mardi 31 janvier 2017

En avais-je vraiment besoin?



« … Ça ressemble drôlement au titre du mystérieux livre numérique emprunté à la bibliothèque il y a quelques jours! Je l’ai terminé dimanche soir. J’ai aimé. Beaucoup.
 
Bien sûr, M. McSween  raconte dans son « En as-tu vraiment besoin? », des trucs lesquels, pour la plupart, nous avons déjà entendu parler. Les relire aide un peu…

Ai-je besoin de : cartes de crédit (pas vraiment, ça dépend); des dernières technologies (non); de vêtements de marques (pas vraiment); de faire un budget (oui!); d’une voiture neuve (non); de mariage (seulement du papier légal); d’épargner (oui…beaucoup!); d’amour (peut-être… ça dépend); de travailler (ben sûr… au moins le Temps d’épargner!); de produits neufs (non); de devenir propriétaire (pas vraiment); d’assurances (pas toutes et pas tout le Temps); d’argent (ça aide…); de dettes (non!); de voyager (curieusement… pas vraiment!); de cuisiner (assurément plutôt que d’aller au resto!); de coiffure (pas autant que ça!); de prévoir la mort (oui… À suivre…). Et j'en passe, et j'en passe...

J’ai bien aimé le passage suivant : 

« Puisque le temps est notre bien le plus précieux et qu’il nous est compté, pourquoi passer sa vie à payer pour une consommation inutile ou excessive?...
…Mais qu’est-ce qui nous pousse à consommer autant? La réponse à cette question qui tue, est très personnelle et force à l’introspection. »*

« En as-tu vraiment besoin? » 

J’ai inscrit ce pense-bête** sur chacune des enveloppes de mes cartes princières. 

Espérons qu’il saura me guider lors de prochains achats!… »
* En as-tu vraiment besoin?, Pierre-Yves McSween, Guy St-Jean Editeur, 370 pages
** À la fin du livre de M. McSween, on trouve un étui semblable. J’ai trouvé l’idée géniale et l’ai… copié! À un coût très-très minime… Je crois avoir compris une partie de la leçon! ;-)
« En ai-je vraiment besoin? », Amos, janvier 2017

lundi 30 janvier 2017

Parlant de glace



« … J’avais un lundi tout organisé : accompagner l’Amie Lil à son rendez-vous à Vald’Or, puis aller faire quelques commissions, prendre un bon lunch et … et… aller patiner à La Forêt récréative!
 
Eh oui! Deuxième fois que je chausse des patins pour la saison 2016-2017! Pas un franc succès encore une fois, mais nous avons quand même glissé sur la glace pendant 1.9km… 

… Avec l’aide de ces espèces de support en tuyau ABS!! Pas de gêne!

L’endroit est magnifique. Mais… Je n’ai pas vraiment eu l’impression d’en profiter, laissant peureusement mon regard porter sur les moindres interstices risquant de provoquer une chute. 

Non découragées, Amie Lil et moi, avons décidé que nous récidiverions encore au moins une fois, histoire de valider si oui ou non, je suis toujours en « âge » de reprendre le patinage!

Sinon… Je penserai sérieusement à extirper mes skis de fond des boules-à-mites!... » 
crédit photo: http://cdn.narcity.com/montreal/wp-content/uploads/sites/4/2016/02/Patin-400x273.jpg

dimanche 29 janvier 2017

Glace à part



« … Hier, marchant pour aller louer les films qui accompagneraient mon samedi soir, du pont, je portai attention aux traces brunâtres qui sillonnaient l’Harricana.
 
De bien téméraires motoneigistes étaient passés par là. Courageux ou écervelés? Je ne saurais dire. Une jase avec mon Grand m’a rassurée…  

Apparemment, la névasse* n’est pas à craindre car dessous, il y a la glace… 


Je veux bien croire plutôt qu’imaginer le pire! Disons que ça m’enlève le goût de m’aventurer sur les surfaces gelées cet hiver!

Dans un autre ordre d’idée (tout en conservant un lien ténu), un beau matin, frappée par la singularité du paysage apparaissant dans l’immense glace de la salle de bain, la réflexion me porta à la réflexion… (j’avais écrit « réflection »… parce qu’il me semblait que c’était un mot décrivant l’action de réfléchir. J’ai obstiné le correcteur. Il avait raison. C’est un anglicisme. Réflexion donc, que l’on pourrait qualifier, selon les recherches que j’ai faites,  de polysème, idem pour le mot glace!...)

Par une si étroite ouverture, la nature se faufilait jusqu’à moi! 

Jeu de glaces qui nous propulse à mille lieux plus avant. Nous déforme ou nous montre sous notre vrai jour.

Hantise. Fugacité. Réalité. Qui elles, ne fondent pas… »
* névasse : neige chargée d’eau; sloche, de l’anglais « slush »

samedi 28 janvier 2017

Belle et insouciante jeunesse!

« … Ce jour-là, dès que sa voix s’était élevée pure et assurée, par-delà le chœur de la cathédrale, j’avais pris ma décision. Cette jeune chanteuse qui  présenterait un spectacle pour ramasser des fonds pour financer son premier album, et bien… je serais du nombre qui irait l’encourager au sous-sol de la petite église de St-Mathieu-d’Harricana! 
 
Et c’est avec l’Amie Tweety que j’irais! (c’est même elle qui s’est occupée de l’achat des billets!…
Vendredi soir, dix-neuf heures trente. La salle est pleine. On refuse du monde. Question d’assurances. Ça jase. Je revois des figures connues, reconnues. Placés à l’avant, devant nous, les enfants de l'Artiste, et ceux d’un couple d’amis. Tout ce beau monde est assis directement par terre. Par choix. Et les pieds se balancent de gauche à droite, en des semblants de pantins désarticulés.
Les mots sont lancés. Chantés. Clamés. Poésie du moment, odes à l’Abitibi. Aisance sur scène. Assurance d'une ménestrelle
Beauté par tant de simplicité.
...Y’a aussi l’Allemand qui fait parti du party. Lui, il était en visite à Montréal. Ami-de-l’Ami-de-l’Artiste, il s’est fait embarqué dans une traversée de Parc. Et le voilà sur scène, à scier de son archet, les notes magiques de son égoïne. Frissonnant… 
Presque extatique…
Véronique Trudel. Retenez son nom. Elle compose. Elle joue. Elle récite. Elle s’inspire de Jorane*, d’Alanis Morissette. 
Ouais!… 

Pureté… Aisance… Simplicité… Talent… 
Cette voix, quelle voix!…
« Bravo Véronique! Tu t’en es super bien tirée. 
Telle que tu es. 
Telle que les gens te connaissent… 
T’aiment… »
*Une sorcière comme les autres… 8 :27 minutes, a cappella s’il vous plaît!!!... RÉUSSI HAUT LA NOTE!
« Douceur Abitibienne », St-Mathieu d’Harricana, janvier 2017

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue