samedi 31 décembre 2016

La dernière mais non la moindre



« … Stéphane Laporte a écrit dans La Presse un très bel article sur 2016… et les antérieures et les à venir… 
J’abonde dans le même sens. 
 
Ainsi, je ne la dénigrerai pas… Je me félicite plutôt, d’avoir su l’apprivoiser malgré ses hauts et ses bas. Je fus à la hauteur de mes propres espérances, et j’ai vécu là, un autre très beau chapitre de ma Vie. 

Tout compte fait.

À l’aube de ce que me réservera à son tour 2017 et de quoi elle sera faite… euhhh… plutôt de ce que J’EN ferai, j’espère être assez solide et déterminée pour : 

-     Tourner ma langue 7 fois avant de parler ou de promettre quoi que ce soit;
-     Pardonner tout, à tous ceux qui mériteront… mon pardon ;
-     Être indulgente envers les différences, peu importe lesquelles;
-     Être plus réservée dans ma générosité (oui, oui, vous avez bien lu...);
-     Avoir un plus grand respect envers … mon budget (si je ne veux pas devoir retourner sur le marché du travail à 65 ans!!!...);
-     Continuer à apprécier les petits riens de la Vie et offrir du Temps à ceux que j’aime;
-     Voyager, lire, aimer, visionner des histoires à dormir debout ou dormir sur mes deux oreilles dans de vrais rêves…

À la croisée des chemins, je vous dis simplement… à demain!... »
« FIN », 
Amos, 31 décembre 2016


vendredi 30 décembre 2016

Sully : 10/10



« … Hier, à l’agenda : 
 
-     apporter Petit Escape chez son docteur pour faire réparer l’embranchement du bloc moteur. 
« Une chance que je vous ai M. Jacques! »;

-    en profiter pour marcher très tôt jusque chez Papa Fitzsou et faire quelques activités inhabituelles avec lui (en fait… il était si somnolent qu’il a dormi tout le long sauf pour le Temps du repas);

-   rejoindre à la marche (pour compléter le mille…!), Bonne Amie Ghi pour une jasette à la P’tite Bouteille et en profiter pour faire vérifier, porte voisine, le billet de loterie du 24 décembre (aucun gain de ce côté Grand Frère mais encore merci car le geste vaut toujours beaucoup plus…);

-    sur le chemin du retour, ramasser quelques bons films pour meubler la soirée à venir;

-    reprendre Petit Escape en passant (heureusement, la facture du Docteur ne fut pas trop lourdej’aime bien aller à cet « hôpital »…); 

-    faire le plein pour être fin prête demain matin pour la virée à Vassan;

-   faire une marche avec l’Amie Lil après souper (bon… finalement… ce sont les films qui l’ont emporté mais ce n’est que partie remise…).

J’ai donc écouté deux films : « Embrasse-moi comme tu m’aimes », un québécois d’André Forcier que je quotte à 7/10 et « Sully », film basé sur une histoire vraie (j’adore… et tu aimerais sûrement Jeune Frérôt…), réalisé par Clint Eastwood, et mettant en vedette le beau (et talentueux) Tom Hanks.

À ce film j’ai donné, 10/10… »
« Et le gagnant est… », Amos, décembre 2016

jeudi 29 décembre 2016

L’art de se mettre à table



« … Le moment était arrivé de prendre mon courage à deux mains, et de donner son congé à Celui qui tirait de la patte dans la salle à manger. Je n’avais d’autre choix que de Le mettre à la porte. Parce que de prime abord, Il était impatiemment attendu à… La Motte. 
 
Quelle coïncidence !

Ça ne m’attristait pas outre mesure. J’avais été heureuse avec Lui. Et je le serais tout autant… sans. En fait, j’étais heureuse pour Lui! Il allait enfin retrouver sa vraie place. Auprès de Celle qui l’espérait depuis plus d’un an déjà. 

Ainsi va la Vie! 

Dans le fond de mon cœur, depuis déjà trois longues années, c’était d’un tout autre auquel je rêvais. La première fois que je L’avais vu, je visitais l’une des rares maisons de Kuujjuaq possédant un sous-sol. 
Soirée impromptue, coup de foudre inattendu!

C’était un Blond d’apparence trapue, duquel se dégageait une certaine sobriété mêlée d’élégance. 
Une certaine légèreté oserais-je ajouter… 

Un naturel sans flafla ni fioriture. Simple, simple, comme j’aime… 
Sa beauté résidait dans sa retenue. Il s’exhibait de façon à ce qu’on le remarque. Sans plus. 
Je vous dis, un vrai coup de foudre…

Les années se sont succédé, laissant au Temps le loisir de cultiver l’espoir qu’un jour, nous nous retrouverions à nouveau dans une même pièce. 
Quand dans un ultime bonheur partagé, nous serions enfin réunis. 

C’est en novembre que nous avons refait les premiers pas. Et ce n’est que tout récemment, dans les derniers jours de décembre, que je me suis enfin faufilée entre ses pattes…

Maintenant bien rétabli, Il a déjà pris possession d’une partie de mon cœur et… de la salle à manger!... »  

« Tout vient à point, à qui sait attendre », Amos, décembre 2016
  

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue