jeudi 31 janvier 2013

Histoire en Ils majeur : chapitre du 7 janvier



Ils avaient fait un peu de voyeurisme le long de la route, lui, se plaisant à lui montrer les plus belles demeures chemin faisant, elle, ayant les yeux grands ouverts sur ces nouveaux paysages. L’alentour du condo qu’elle occuperait pour les treize prochains jours lui avait plu. Beaucoup de verdure, de sobriété et de calme, une piscine au fond bleuté et deux étangs brunâtres, où sur le bord de l’un, un banc l’attendrait. 

Peut-être… 

Et où apparemment logeaient d’énormes et laides tortues.

Peut-être
 
En début d’après-midi, il l’avait menée le long de l’immense étendue de sable blanc aussi fin que du sucre en poudre. Pour elle qui travaillait depuis presque quatorze ans en diabète ça faisait un drôle de constat. La plage de Lido key s’étirait en une longue strie aussi pâle que la plupart des peaux qui s’étendaient sur elle en début de séjour. Si on ne pouvait la qualifier de déserte, les touristes pour l’instant, semblaient la bouder en la laissant presque tranquille et abandonnée. Elle avait d’ores et déjà décidé au plus profond de son être d’en faire son coin, son repaire d’ange égaré sous ce soleil de plomb. 

Un peu plus loin, d’une exploration à l’autre, ils arrivèrent inopinément sur un grand oiseau qui mine de rien, garda la pause, pour elle et pour les autres… 

Impressionnant…

En fin de journée, ils s’arrêtèrent au ChaCha Coconuts où elle dégusta, confortablement installée le nez au soleil, un mahi-mahi-riz jaune-fèves noires-plantains délicieux qu’elle fit passer avec un genre de marche digestive tout le long de l’arrondissement d’un St-Armand’s Circle bourré à bloc de boutiques hétéroclites et de bon goût du genre de celle de Foxy Lady jusqu’à celle où on vendait le yogourt glacé, en passant par la galerie d’art aux œuvres en verre soufflé ou encore à celle de ces hamacs bien pendus, au confort multicolore… 

En ce qui concernait le lendemain? Ils verraient bien


mercredi 30 janvier 2013

Histoire en Ils majeur…



Prologue d’un 6 janvier…
 
Ils étaient là à attendre le vol 758 de la US Airways depuis déjà deux bonnes heures. Comme bruits de fond, musique de pas scandés sur terrazo, roulis roulant de bagages à mains aux pieds de voyageurs circulant à pas pressés, murmures de conversations captés en vol, l’espace de deux-trois secondes… 

Elle venait pour la première à fois à vie, de prendre un léger dîner dans une minuscule entité de l’immense Chicago…



De façon incongrue, elle apercevait au loin, une immense couronne de Noël, dont le cœur était resté accroché à une passerelle de verre, comme oubliée par un quelconque évènement passé date. Tandis que près d’elle, les gens circulaient avec leurs gougounes et bermuda délavé, le soleil lui, par derrière, réchauffait sa couenne… 

Traître…

Devant elle, des affiches géantes dont l’une d’Angela Jastrzebski où l’on aurait dit que le temps s’était arrêté. Elle devait être en vacances quand elle avait créé cela… Parce que c’est ça qu’on fait en congé non? Prendre le temps de se perdre dans son imaginaire en rêvassant à des ailleurs...


À moins d’avoir choisi de vivre sa légende sans se poser trop de questions… à l’avance…



Elle n’en était qu’à sa première journée du voyage et dans le fin fond d’elle, elle se disait : « Je verrai bien… »

photo:"Oeuvre d'Angela Jastrzebski", Chicago, janvier 2013 

mardi 29 janvier 2013

Le retour...



Je me suis tue pendant trop longtemps… Le temps est venu de remettre les pendules à l’heure et de vous donner des nouvelles. J’ai quitté l’Abitibi vendredi dernier, en plein milieu d’une nuit qui s’était annoncée trop courte de toute façon. J’ai fait la route avec un gentil monsieur-camionneur-retraité avec qui j’ai placoté du début à la fin, malgré l’avertissement sans sourire qu’il m’avait servi dès le départ :  « Je ne parle pas moi… » Arrivés dans les Laurentides je lui ai fait la remarque :  « Finalement, vous avez pas mal de jasette… »
 
Il s’est mis à rire…

Je l’ai apprivoisé, l’espace d’un Amos-Vald’Or, rien de moins. Nous nous sommes serrés la main à Saint-Sauveur. Nos routes se séparaient là. Ma Bonne Fée m’attendait les bras ouverts, ces deux filles, les quatre pattes en l’air… L’une comme les autres m’ont fait un bien énorme. L’air frais du village, les cafés du Cozy, l’écoute de mon Amie et les siestes en après-midi, le nez levé vers un soleil glissant ses rayons dans le solarium, ont diminué la fatigue cumulée durant les trois semaines précédentes. 

Bizarre cette habitude que j’ai de m’épuiser en vacances…

J’ai repris lundi matin, le ciel vers le Nord, comme une grande fille, après avoir eu le privilège de croiser la vie d’un Taxi la Nuit. La vie nous réserve parfois de ces drôles de hasards. À Kuujjuaq, j’ai mis les pieds dans une aérogare remplie d’amitiés et de bras ouverts tendus vers moi. 

Ça m’a émue plus que je ne voulais le laisser paraître…

Dès demain je débuterai sous forme d’histoire à la troisième personne, ce voyage vers le Sud, puis vers le Nord. Me reste qu’à vous souhaiter… 

« Bon voyage »!...

photo: "Aérogare de Chicago", janvier 2013

dimanche 6 janvier 2013

Non, non…



Je ne vous ferai pas le coup des pensées quotidiennes… c’est juste parce que je file taquine et qu’en même temps que vrombissent les moteurs d’un appareil d’Air Inuit au-dessus de ma tête, je suis là où je ne serai plus du tout en date du 6 janvier (je suis encore assise à pianoter des mots un 2 janvier) et tout ça pour prolonger le plaisir de mon Amie Matin d’automne qui a eu l’audace de me dire qu’elle viendrait malgré l’avertissement officiel de mon absence, voir chaque jour si j’y serais...
 
Qu’est-ce que je ne ferais pas pour prolonger un tant soit peu le plaisir littéraire d’une Amie?... 

En passant Matin d’automne, à l’heure où ce billet sera publié, je devrais être confortablement installée dans l’appareil E70 de la compagnie Air Canada (à moins qu’ils ne tentent de concurrencer Air Inuit avec… Non, non… pas de médisances en 2013 j’ai dit…)…

... Promis : j’aurai une pensée pour Toi!...

Byyyyyyye… xoxoxo


samedi 5 janvier 2013

Extra...



... pour ma Fidèle Amie Matin d’automne qui ne se sera pas posée en vain sur ce site en ce matin d’hiver...
 
J’adore les débuts d’année, celle qui commence et se termine tout à la fois. J’adore les calendriers et les agendas (bon… même si Amie Sue n’est pas chaude à l’idée que je conditionne mon cerveau-lent à ne pas se forcer…) j’avoue que ces petits recueils cartonnés libèrent dans mon crâne l’espace nécessaire afin d’y stocker des trucs dont j’aurai à me servir plus fréquemment comme…

les chiffres et les codes s’alignant  dans le Grand Livre de mon programme par exemple… 

Passons…

En défaisant le repère de l’année 2012, celui de mon bureau, qu’elle ne fut pas ma surprise de constater, même après les y avoir vu défiler mois après mois, qu’il était question de quelques unes des grandes villes de ce monde. J’ai reçu un coup à l’estomac, un peu comme une invite à voyager. Encore plus grande fut ma stupéfaction, lorsque je réalisai que des douze suggérées, j’en avais déjà visité (!) deux. Ainsi puis-je dire, que Beijing et Rome sont pour moi maintenant du connu (!)… Mais que dire des London, Toronto, San Francisco, New York, Rio de Janeiro, Paris, Amsterdam, Sydney, Cancun et Schwangau?...

Euh… Schwangau???...

Oh oui… bien sûr! Schwangau! Où avais-je la tête?...

Sûrement dans mon agenda!...



 

Tentant non?...

Alors dans l’ordre ce pourrait être : Paris, London, Toronto, New York, San Francisco, Rio de Janeiro, Amsterdam, Schwangau, Cancun et Sydney peut-être?...

Hum… va peut-être falloir que je retarde un peu la prise de ma retraite là… 

Ou ben je la devance???... 

vendredi 4 janvier 2013

Je pars en voyage…



… mais j’déménage pas… Quelque part…
 
Je pars en voyage…

… donc j’n’y serai pas… pour le prochain mois…

N’importe où, n’importe quand… Je vous raconterai…

Vous le savez bien depuis…

Depuis longtemps déjà…

Peu importe où que ce sera, je vous rapporterai

Souvenirs de ciels bleutés et de cocasseries…

Je pars en voyage…

… mais je reviendrai… un 28 janvier…

Ouououuuu… Ouououuuu… Ouououuu…


Photo :  « Plage d’un no-where », Floride (?!...), août 2012

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue