dimanche 31 juillet 2011

Clin d'oeil du 31...



« Une vie, si tu veux en avoir une, vole-là! … »
Lola Lafleur


photo : « Comme une mince ligne », Lac Stewart, juin 2011

samedi 30 juillet 2011

Spécial vacances...


… de 23 pages! Je suis rendue comme dans les publications populaires… avec un « spécial vacances »!!!

Je vous en explique le pourquoi…

Je sais que publier quotidiennement entraîne une certaine addiction chez les « abonnés membre et non-membre » et que dès qu’une absence courte ou longue, se profile à l’horizon, le désenchantement et le sentiment d’abandon peuvent apparaître rapidement…

Ainsi donc en bonne professionnelle de la santé, œuvrant en prévention depuis belle lurette, j’ai pensé créer un « vaccin virtuel » pour contrer cet éventuel sentiment de déroute.

Voici l’idée…

J’ai déjà expérimenté les pensées quotidiennes avec ou sans photo… Je récidive… En retour, au retour (!), je vous promets les pages de mon carnet de voyage de façon intégrale et diligente. Après tout, un séjour aux Îles de la Madeleine suivi d’une virée en Abitibi, mérite bien billets et photos!

Ainsi en sera-t-il jusqu’au 21 août prochain, temps où, confortablement installée dans une chambre d’hôtel du Grand Montréal, j’attendrai patiemment le vol qui me fera rentrer au bercail des Kuujjuammiut…

Et là, l’Ange vous reviendra en direct de son village d’adoption, la tête et le cœur pleins d’histoires à raconter…

photo: "La prochaine sera la bonne", Kuujjuaq, juillet 2011

vendredi 29 juillet 2011

C'est parti!


Dans quelques heures je m’envolerai, une fois de plus, vers ces Îles lointaines qui me font rêver depuis le mois de janvier.

J’en ai épluché le guide afin d’en connaître les moindres racoins à voir, à sentir, à goûter, à écouter, à toucher…

Suis allée zieuter la météo ce matin… Hum! On annonce de la pluie pour une partie de la semaine prochaine…

Qu’à cela ne tienne! J’ai glissé dans mes bagages, livres et musique; avec ça, je survivrai… Et je n’imagine rien d’autre que le fait que j’y ferai des découvertes, assurément…

Et qui sait toujours, ce que l’avenir peut nous (me!) réserver…

Je vous laisse pour les prochains jours, en compagnie de clichés que j’ai choisis, au hasard, dans ma bibliothèque de souvenirs…Vous ne lirez point de longs textes… Je prends de vraies vacances et comme mentionné dans un billet précédent, je quitte sans ce portable, qui mine de rien, et malgré sa compagnie très agréable, gruge une partie très importante de mon temps…

Pour les temps à venir, ce sera plume et cahier d’écriture qui accompagneront mes longues marches sur la plage. Je vous écrirai les vagues et le vent, la sensation du sel sur la peau, la verdure et les collines…

Et je vous raconterai comme d’habitude, à mon retour le 22 août…

Promis…

photo: "Retrouver mes Amours", Abitibi, juillet 2010

jeudi 28 juillet 2011

Jamais sans Lui...


On ne se connaît pas encore beaucoup Lui et moi, je l’avoue. Mais jamais je n’aurais osé partir sans... Surtout pas si loin, dans ces Îles où je serai confronté à un farniente quotidien et où je n’aurai que « ça » à faire…

Jamais…

Aussi coloré puisse-t-Il être, je Lui ai mis la main dessus, ai caressé du bout des doigts le velours de son apparente couverture…

Sans me laisser berner par ce que je risquais d’y trouver à l’intérieur…

Avec confiance, j’ai fouillé en Lui, comme dans un livre ouvert…

Et j’y ai découvert…

… Mystères…

Je compte bien aller plus loin avec Lui, là où j’aurai replié mes ailes pour les prochaines semaines. Simplement, je me laisserai aller à Lui, engourdie par ses délices…

Je savourerai chaque instant, où Il s’offrira à moi, pure délectation.

Je m’engourdirai de ses facilités, jusqu’à ce que l’Ouest devienne l’Est, jusqu’à ce que le Sud devienne le Nord…

Et tel un Ange, je le survolerai jusqu’à ce qu’Il n’ait plus de secrets pour moi…

photo : « Tel que décrit », Kuujjuaq, juillet 2011

mercredi 27 juillet 2011

Troisième mouvement...

(suite et fin...)



« … À partir de là, ma vie fut transformée...


Alors quand vous pensez que vous vous suffisez à vous-même, sachez qu’un Ange veille sur vous...

Chaque Ami est un Ange placé sur votre chemin. La valeur de l’amitié se mesure avec le cœur.

Je souhaite que votre Ange soit toujours près de vous..

(Merci à Collègue Kathy pour m’avoir fait suivre ce très beau texte…)

photo:"L'Ange aérien", St-Sauveur, avril 2010

mardi 26 juillet 2011

Deuxième temps...


« … La Petite Fille sembla surprise, et me bégaya un « Salut ! » après m’avoir regardé fixement dans les yeux. Elle me rendit timidement mon sourire. Et comme par magie, nous parlâmes jusqu’à ce que la noirceur tombe et que le parc soit complètement désert.

Je demandai à la Petite Fille pourquoi elle était si triste. Elle me regarda en disant :
« Parce que je suis différente. »
Je rétorquai : « Mais tu es toi? ».

Elle sembla plus triste encore en me répondant : « Je sais. »

« Petite Fille », lui dis-je, « tu me fais penser à un Ange, doux et innocent. »

Elle me regarda, me sourit et lentement, se leva me disant : « Vraiment? »

« Oui, tu ressembles à un Ange envoyé pour observer le monde ». Elle fit un signe affirmatif de la tête et me sourit. Elle ouvrit alors l’arrière de sa robe rose et laissa se déployer ses ailes en disant : « Je suis... Je suis ton Ange…», ajouta-t-elle encore avec un sourire malicieux. J’étais sans voix, certain que j'hallucinais.

« Pour une fois que quelqu’un ne pense pas qu’à lui-même. Mon travail est fait... » dit-elle.

Je me levai à mon tour.

« Attends! Pourquoi personne n’arrêterait jamais pour aider un Ange? »…

Elle me regarda, me sourit et dit : « Tu es le seul qui pouvait me voir. » et elle s’en alla…

(suite et fin ... demain!)

photo:
«Princesse Abitibienne», Abitibi, avril 2011


lundi 25 juillet 2011

Histoire en deux temps, trois mouvements...


(Ce qui suit est une traduction libre, d’un texte en anglais ayant circulé sur Internet il y a quelques semaines de cela… Je ne gagnerais peut-être pas de prix, mais je crois avoir conservé l’essence même du message… Enjoy!...)

« … Il était une fois

... une Petite Fille assise, esseulée, sur un banc de parc. Les gens passaient, nonchalants, sans s’inquiéter de son regard si triste.

Habillée d’une robe rose usée et sale, sans chaussure, elle se tenait là, sans rien dire, pendant des heures, à regarder passer les gens. Tous allaient devant, sans jamais s’arrêter.

Le jour suivant, je décidai de retourner au parc pour voir si la Petite Fille s’y trouvait toujours.

… Elle y était, à la même place que la veille, avec la même tristesse dans les yeux. J’allai vers elle, car selon moi, un parc plein d’étrangers, n’était pas un endroit pour un enfant seul.

Comme je m’approchais, je remarquai l’effet de la robe dans son dos. C’était grotesque. Je pensai que c’était peut-être la raison pour laquelle les gens ne lui parlaient pas. Règle générale, les gens ayant des difformités ne sont pas bien acceptés dans notre société de perfection, pas plus d’ailleurs, que les gens voulant leur porter assistance.

M’apercevant, la petite fille baissa les yeux pour éviter mon regard. Je vis mieux la forme de son dos. Il y avait une énorme bosse. Je lui souris pour lui faire comprendre que j’étais là pour l’aider. Je m’assis à ses côtés et la saluai d’un simple « Allô »…

photo: "Banc délaissé", Beijing, mai 2011


(suite demain...)

dimanche 24 juillet 2011

Suite d'hier...


… Après le souper? Et bien ce fut ma première leçon de « Comment voyager léger »!

Forte de l’expérience passée de ma Bonne Fée, je fus, je crois, élève attentive et conciliante. Elle, de son côté, a bien rendu, et la théorie et la pratique. Lorsque le « cours » fut terminé, ma valise l’était aussi!

Yé!...

Mais étrangement pendant la nuit, et ce, malgré mon sommeil paisible, j’ai dû y rêver, car...

... au réveil, une évidence : il me fallait faire d’avance une plus petite valise, contenant tout ce que j’aurais besoin pour mes deux premières soirées, sans avoir à manipuler la « torrieuse» de grosse!

Aussitôt pensé, aussitôt fait!

J’ai maintenant un bébé bagage à débarquer chez Cousine C et Petit Ed, et le même foulera le sol Néo-Brunswickois samedi soir.

Ce que j’ai hâte!

J’espère que je ne perdrai pas de« points» pour cette initiative. Je devrai me souvenir (!) de mentionner que le « bébé » en question, remplacera le sac à dos qui aurait dû se retrouver dans l’avion...

À mon sens, ce sera là que prendra la vraie signification de « voyager léger »!

p.s. C’est décidé : je partirai sans mon portable! Je vivrai les deux semaines aux Îles comme une retraite pour purifier mes plumes!

photo : « Voyager léger », Kuujjuaq, juillet 2011

samedi 23 juillet 2011

L'Inuksuk, prise 2!


« Voilà! C’est comme ça! » que je m’y suis prise pour cette deuxième pratique de création d’Inuksuk!

En randonnée cet après-midi, nous avons fait une halte au Repaire de l’Ange. Après l’alternance de pluie et de soleil, nous avons pu, ou nous asseoir quelques instants, ou vagabonder à la recherche de LA roche rare, qui viendrait augmenter la valeur « sentimentale » de nos collections respectives…

Activité du samedi…

Activité du Nord…

Le temps fut clément, la marche à saute-moutons sur les rochers, un peu ardue pour mes vieilles articulations, mais j’ai tenu bon…

Comme d’habitude, la Compagnie fut plus qu’agréable et l’exercice profitable.

Pour clore le tout, un souper partagé avec ma Bonne Fée et…

… vous saurez le reste… euh… demain?...

photo : « Angélique Inuksuk », Kuujjuaq, juillet 2011

vendredi 22 juillet 2011

Folie douce


La semaine s’est terminée, s’écroulant de fatigue sous une tonne de fous rires…

J’ai osé entreprendre le décompte officiel vers les vacances: encore sept dodos!

Non pas que le temps soit ici au ralenti, bien au contraire…

Non pas non plus que je m’apprête à faire quelque chose de bien spécial… Après tout, les Îles ont été visitées et revisitées depuis des lustres, par des milliers de personnes… (!)

Alors Moi, de plus ou de moins… Pareil au même!

Jusque…

Pas évident de vivre ni de travailler dans le Nord! Il y a des moments où le Sud peut nous manquer… Vaut mieux alors en rire qu’en pleurer! Ce que nous fîmes sans retenue cette semaine, ma Bonne Fée et moi…

Pour clore le tout, le « 5 à 7 » ou « Happy hour » de ce soir, s'est terminé par une courte visite aux Serres où l’Amie So, Ma et S-Louise cultivent avec ardeur. Ça m’a permis de croquer dans une tige de ciboulette fraîche…

Ciel que c’est bon… mais quelle haleine post ingurgitation!!!

Qu’à cela ne tienne! Au moins, les moustiques, ont daigné me laisser tranquille…

... parce que je vous jure que lorsqu’ils s’infiltrent sous vos plumes, on a vraiment envie de s’envoler là aussi, sans retenue!

photo : «Plus que huit... », Kuujjuaq, juillet 2011

jeudi 21 juillet 2011

Canicule...

www.meteo.gc.ca

Kuujjuaq
Conditions actuelles 5 °C

Enregistrées à: Aéroport de Kuujjuaq
Date: 21h00 HAE jeudi 21 juillet 2011

• Condition: Bruine faible
• Température: 4,8°C
Vent: N 13 km/h

Prévisions ce soir
4°C

Vendredi
16° (espéré!!!...)

"Le bonheur c'est l'art de faire un bouquet avec les fleurs qui sont à notre portée."

(vous auriez dû voir celui apporté par ma Bonne Fée ce matin... Magnifique!)

Un Ange frigorifié!


mercredi 20 juillet 2011

Sécurité d'abord...


Je ne l’ai jamais fait auparavant, peu importe où je vivais…

Ici, parce qu’une « légende » (qui n’en est pas vraiment une) dit qu’à tout moment, quelqu’un peut entrer, se diriger vers le frigo et se servir à manger, j’en ai pris l’habitude…

Bon, je ne crois pas que ce soit déjà arrivé chez un « qallunaak »* mais sait-on jamais… et je n’aimerais pas devenir « la » légende…

Ainsi donc…

Dès que j’arrive chez-moi, je tourne derrière moi, le loquet de la porte extérieure . Façon de me sentir en sécurité.

« Voilà. C’est comme ça… » Et ne me demandez pas pourquoi…

Ce matin, un peu en retard, je commence à chercher frénétiquement ma clé, car on doit l’avoir pour barrer derrière nous. De là probablement, l’expression : « Fermer à clé »…

Mais voilà qu'elle a disparu! Intriguée, car je ne m’en sépare jamais, j’ouvre la porte, à tout hasard…

Devinez ce que j’y ai trouvé?

Morale de l’histoire : dans mon quartier, les gens n’ont pas encore très faim!...

L’Ange A...mnésique!…

*homme blanc

photo:"Éloquence", Kuujjuaq, juillet 2011

mardi 19 juillet 2011

J'adore...


… lire des pensées, rêvasser sur des paroles ayant mille sens et menant vers des réflexions profondes…

Comme nouvellement, celles lues sur le Daily OM

Par ce fait…

J’aspire à ce que demain, soit encore meilleur que ne le fut aujourd’hui…

J’ose espérer que dans un futur rapproché, si je maintiens l’équilibre sur mon nuage, je me réveillerai un bon matin, survolant mon destin…

J’y poserai les pieds et présumerai que les aubes à venir auront la transparence de la franchise, la clarté de l’intégrité et la douceur d’un sourire…

Je poursuivrai mes éternelles chimères dans un nouveau monde de lumière et de liberté. Les ombres fuiront, éblouies…

J’écrirai enfin : «Now I know what I want, what I am... » sans accent ni hésitation...

J’aurai le Temps comme Ami, et nous serons très amoureux… Nous vivrons bien au chaud, sous un ciel étoilé... à souhaits...

Pas trop, juste assez…

Et nous vieillirons, le cœur plein des bonheurs que l’air nous aura transporté, de la Toscane jusqu’aux montagnes…

Et ce sera ainsi, réalisation de mes Cinq rêves de vie…

photo:" Cinq rêves de vie...", Kuujjuaq, juillet 2011

lundi 18 juillet 2011

À deux, c'est mieux...


Ce que vous vous apprêtez à lire pourrait ne pas convenir à un jeune lectorat. Aussi la supervision d’un adulte est fortement recommandée…

C’est le genre d’histoire invraisemblable, qu’on ne voudrait jamais avoir à raconter…

… genre d’histoire incroyable, qui pourrait arriver à n’importe qui, sauf à un Ange menant une vie si bien rangée…

… genre d’histoire impensable, celle où on comprend que ça en prend vraiment deux pour être heureux…

… genre d’histoire improbable, du moins ici, entre les quatre murs d’un si minuscule appartement…

… genre d’histoire chimérique, qui ne peut se produire qu’au Nunavik…

… genre d’histoire inimaginable, où on réalise que c’est à deux qu’on est le mieux…

… genre d’histoire fantastique, qui pourrait déranger le cours d’une vie…

… genre d’histoire…

Se perdre dans un 4 ½... Non mais…

p.s. merci au Dictionnaire des synonymes pour les six adjectifs...

photo : « Lui seul », Kuujjuaq, 2011


dimanche 17 juillet 2011

"Summer vacation party"



J’avais comme invités hier soir, une belle brochette d’Amis (puisque le masculin doit l’emporter sur le féminin!...) avec qui j’ai partagé une succulente soirée…

Comme d’habitude, il y avait beaucoup trop de plats au menu, mais pour le même prix(!), nous avons décidé d’en faire un repas quatre services : entrées, salades (2 choix), croustillant au thon transformé en croustillant au saumon, accompagné d’un couscous aux légumes, gâteau aux petites baies « Kuujjuaquienne », bleuets « grandeur nature » et yogourt vanillé, madeleines et sablés…

Raisins et fromage s’offrant au même rythme que les conversations, on arrosa le tout de bons rouges, comme de raison!

Délicieux moments, gourmands échanges, avec quelques écarts, non pas alimentaire, puisque notre partage épicurien relevait presque de la gastronomie Nordique (!), mais disons quelques amicaux « gossips », sans faire pour autant nos « langues sales » bien entendu…

Lorsqu’au départ de mes compagnons (!... puisque le masculin doit encore l’emporter sur le féminin…), je sortis les poubelles, je fus surprise de constater qu’à l’extérieur, l’air avait une douceur veloutée, comme pour finir d’arroser cet exquis festin…

Il ne restera plus maintenant pour tous les membres de notre petit groupe, à chausser espadrilles ou enfourcher vélo, pour que nos corps oublient, ces suavités…

À vos marques, prêts… volez!...


photo : « Douceurs du Nunavik», Kuujjuaq, juillet 2011

samedi 16 juillet 2011

"Nos vies sont faites...


de plusieurs chemins, lesquels nous pouvons choisir d’utiliser pour provoquer des changements dans nos vies…

Pour certains, les sentiers ressembleront à ceux de la "Grande Muraille, longs, étroits et ardus" (sic); pour d’autres, ils seront clairement identifiés…

Déterminer quelle étape nous mènera sur la route la plus directe de la réalisation de soi et de l’accomplissement de nos objectifs de vie ne semble pas toujours facile. … Souvent notre petite voix intérieure nous dicte la marche à suivre… Nous devons l’écouter, parce que nous sommes les meilleurs juges pour savoir ce qui est bon pour nous…

Les choix que nous avons fait dans notre vie ainsi que nos rêves, nous indiquent ce que nous ne voulons plus et ce que nous aimerions pour l’avenir…
Visualiser notre futur et faire une liste de nos attentes, nous aideront à prendre la bonne direction.

La méditation, un journal personnel et autres activités récréatives peuvent nous inspirer et nous faire voir notre intérieur et nous indiquer le chemin de vie qui nous satisfera le plus.


Si nous nous permettons de croire que faire le premier pas est aussi facile que de mettre un pied devant l’autre, vous verrez que le prochain pas est toujours celui que l’on pose en avant de nous.

Tout ce qui nous reste à faire c’est d’avancer
… »

Traduction libre d’un texte du « Daily OM » d’un Ange en liberté… surveillée!

photo : « Premiers pas », Kuujjuaq, juillet 2011

vendredi 15 juillet 2011

Penser en anglais...




“It is when you are willing to listen to yourself and be fearless that figuring out your next step becomes easy.”
Daily OM


« C’est quand vous être prêts à vous écouter et que vous n’avez pas peur, qu’arriver à faire le pas suivant, devient facile »

(traduction libre)

Il y a quelques jours, mon Amie F m’a fait parvenir ce lien, celui du “Daily OM”... Un genre de « Matins Magiques »... Mais…

… parce que mon Amie F est anglophone et aussi parce que nous assistons à la méditation du mercredi soir ensemble, elle a pensé que cela m’intéresserait…

Je crois à la synchronicité, vous savez, cette série de petits signes venus de l’Univers Infini ou de n’importe quelle autre source laquelle vous pouvez croire…

Ou pas…

Cette semaine, j’en ai reçu un… Un signe… Même deux, si je compte celui de ma Bonne Fée… Je pourrais même dire que j’en ai reçu plusieurs depuis le mois de janvier, et peut-être même depuis décembre…

Ce n’est pas peu dire!

Aujourd’hui, j’ai fait mon « pas », sans peur… Vers où? Je m’en doute…Vers quoi? Je l’ignore... Juste que je l’ai fait...

Après je verrai. Après tout, un Ange, s’est fait pour voler, pas pour être en cage… Mystère et boule de « plumes »…

photo: "La mer m'appelle", Fleuve St-Laurent, juillet 2009

jeudi 14 juillet 2011

S comme dans...

Mais non, je ne vous ferai pas le coup deux soirs en ligne voyons!...

Je pourrais cependant me servir de ce prétexte pour introduire le billet de ce 14 juillet, cadeau à mon Ami Méli-Mélo, qui a dû souligner sa fête nationale aujourd’hui…

Mon sujet sera donc un spécial juste pour Lui et traitera des… eskers.

Ayant piqué la curiosité de Méli-Mélo hier en lui laissant un commentaire sur son blog, je me dois de lui fournir quelques explications… ou du moins l'aider à trouver quelques définitions!

Quelques kilomètres à l’opposé du bout du rang de l’ancienne terre de mon grand-père paternel (ouf!), est exploitée depuis quelques années, une usine produisant l’eau Eska. Il y a longtemps, non loin de là, une minuscule usine avait tenté en vain, de prendre le marché. C’était l’usine d’Eau Périgny.

Belle tentative, malheureusement peu fructueuse…

Mais un jour arriva, la Grosse Organisation qui décida de prendre racine sur cette esker, et d’embouteiller à grande échelle, une des eaux les plus pures au monde…

Parole d'Ange Aérien!...

Depuis ce temps, les citoyens du village ont accès à prix réduit, à cette eau cristalline embouteillée, alors qu'à peine quelques kilomètres plus loin, les puits domestiques fournissent une eau ferreuse endommageant les adoucisseurs d’eau installés dans les maisons… (c'est mon cas!!...)

Curieux non, comment la nature peut parfois être injuste!...

photo: "Et si c'était l'eau la plus pure?", Kuujjuaq, juillet 2011

mercredi 13 juillet 2011

M comme dans...


Mercredi;

M comme dans…
Maringouins

M comme dans…
Mouches noires…

M comme dans…
Moustiques!...

M comme dans…
Marché,

M comme dans…
Manger!...

M comme dans…
Marcher,

M comme dans…
Méditer!

M comme dans…
Me laver;

M comme dans…Me coucher!... ;-)

photo: "Vol en formation", Kuujjuaq, juillet 2011

mardi 12 juillet 2011

Nuée d'Angelots...



Ça prenait bien de la visite de Québec pour m’entraîner « on the land » par un beau mardi soir! Et tout ça parce que j’étais trop fatiguée pour sauter à pieds joints sur mon vélo « à la roue arrière qui dégonfle » en fin de journée!… J’ai proposé plutôt une marche après souper, ignorant jusqu’à quel point, ce serait en si bonne compagnie (!)…

Je vous jure que ma tête de mule a été mise à rude épreuve. Imaginez…

Ici plein de monde circule avec des filets enfoncés sur la tête pour se protéger de ces petites bestioles aux allures angéliques

Comme moi je m’entête à vouloir adopter la manière de vivre des Inuits, philosophie de ma Jeune Sœur Chérie, qu’elle m’a transmise in extremis, quelques temps avant mon départ en novembre 2009, alors que j’étais en pleine crise existentielle « desquelles marques de manteau et de bottes, je devais acheter pour être certaine de ne pas geler à Kuujjuaq», alors je circule sans…

Ce soir, hum… je suis passée à deux plumes d'enfiler la veste filet que j'avais dans mon sac à dos! Ce n’était pas tant pour me protéger des piqûres comme d'éloigner le bourdonnement hallucinant et leur présence envahissante, j’oserais dire, étouffante!...

J’ai tenu le coup. Je verrai demain à quel prix. Je crois avoir quelques reliquats dans le cou et sur la tête, mais le capuchon de mon chandail, tout comme celui des « locaux », a fait le travail…

Reste à savoir si j’arriverai à faire les seize prochains jours comme ça!

photos:
"Angelots Kuujjuammiut", Kuujjuaq, juillet 2011
"Visite", Kuujjuaq, juillet 2011

lundi 11 juillet 2011

Dénouement...


« Voilà! C’est comme ça!... » C’est ici que ça se termine.

Pardon? Vous ne saisissez pas? Pas encore peut-être, mais bientôt, je dirais que « 36 » d’entre vous comprendront (à moins que vous n’étiez des « 10 » livrées le « 6 » alors vous savez déjà…)

Les « 24 » qui restent ne liront pas ceci (enfin d’après ma déduction), mais d’eux, certains savent peut-être déjà… Ainsi pour les autres, la surprise sera totale.

Pareil pour le « 1 » qui attend toujours la Visite…

Pour les Gabriel et les Francine qui se sont creusés la cervelle pour trouver, et bien, ce n’était rien de plus que quelques lettres que j’avais à poster… des étampes à coller, un tampon encreur à tamponner… de l’encre à sécher… quelques mots à adresser…

Oh! Parlant de mots! Je désire m’excuser auprès des « 10 » à « 12 » Bons Premiers, à qui j’ai omis d’en laisser… Je regrette beaucoup. Mais sachez que ma gratitude envers votre geste d’encouragement n’en est pas moindre… Jusque quand j’ai débuté tout ça, je me disais que ça n’avait pas d’allure de laisser un mot sur « 61 » copies…

De là le « Pire qu’à Noël »…

Prise de remords, j’ai décidé de prendre mon courage à deux ailes et me suis lancée…Les « Derniers » auront gagné les mots!...

Pas mal moins d’ouvrage que fabriquer du papier recyclé ou des cartes n’est-ce pas?

C’est qu’il est un peu paresseux l’Ange Aérien!

photo : « Mains-tre de Poste », Kuujjuaq, juillet 2011

dimanche 10 juillet 2011

Fin du "bricolage"...

… ou de la surprise numéro un!

Demain vous saurez tous, enfin je l’espère, de quoi il était question. Ce sera mon billet du 11 juillet…


J’ai passé la moitié de la journée à y travailler. Pas rien quand même. À l’heure où je vous parle, «24 » sont à sécher, « 23 » sont prêtes et il y en a toujours « 1 » qui attend que la Visite se pointe le bout du nez…

Mais j'ai oublié de vous dire que dans "1" il y en avait "3" et que "1" comptait pour "2"...

Fin de l’énigme demain…

Aujourd’hui aussi, j’ai commencé pour vous, la préparation de la surprise numéro deux, celle que je vous servirai d’ici trois semaines…

Tiens bizarre ça, en même temps que mes vacances…

Je me demande bien ce que ce sera… (!)

Donc rien de neuf à l’horizon et qu'une vieille photo (!: 9 juillet 2011...) à vous offrir car je n’ai point mis le nez dehors de la journée. J’ai parlé avec Papa Fitzsou et avec ma Chum G de Rouyn-Noranda, et croyez-le ou non, j’ai ré-écouté « Eat, pray, love », juste pour être bien certaine que je n’y comprenais toujours que dalle dans la version anglaise…

Et dire qu’il y en a qui me parle d'apprendre l’Inuktitut… Non mais…

…Sachez qu’un Ange ne peut apprendre deux langues concurremment…

Tenez-vous le pour dit!

photo : « Jeunes pousses Kuujjuamiut», Kuujjuaq, juillet 2011

samedi 9 juillet 2011

Ballade au Nord de la Terre


Fantastique après-midi où nous avons, une fois de plus, récidivé avec une randonnée aux multiples cascades et difficultés…

On veut en faire un rituel : on se rejoint comme ça, quelques unes et on marche, on explore, on rigole, on placote pour finir par manger du «gâteau aux pommes à la Su»…

Hum! Angélique délice : et le gâteau, et la randonnée! (euh… probablement que la randonnée deviendra un rituel mais pas nécessairement le gâteau!!!...)

La température nous a été favorable et malgré le trente pour cent de « probabilités » d’averses annoncées, nous n’avons pas levé le nez (ou baissé les bras…) sur les efforts à déployer tout au long de notre excursion. Même si à certains endroits, avouons-le, ce fut quelque peu hasardeux, n’est-ce pas Amie J?... Quelques secteurs m’ont même rappelé nos escalades sur la Grande Muraille.

Pas de farce!

Retour à la maison après trois heures vingt-deux minutes de marche. Je suis mûre pour le Machu Picchu!!! Mon exercice étant fait, je peux maintenant me permettre de laisser la fainéantise m’envahir jusqu’à…

Je verrai bien…

En passant… des nouvelles de l’expérimentation culinaire de jeudi soir dernier : ma Bonne Fée a apprécié les « boulettes tofu-pois chiches-thon » préparées selon la recette originale et traditionnelle dans ma famille, des fameuses « boulettes de porc aigre-douce »…

Comme quoi l’imagination d’un Ange peut parfois déborder des cadres habituels!!! Chum de Trek Go, si jamais tu cherches une assistante, je te ferai parvenir mon CV (et la recette expérimentale)!!!...

photo : « T’es sûre que ça passe? », Kuujjuaq, juillet 2011

vendredi 8 juillet 2011

« Le malheur des uns...


… fait le malheur des autres...»

Je sais, ce n’est pas le dicton habituel, mais moi, j’ai le droit de dire n’importe quoi, parce que…

... je suis un Ange!...

Vendredi après-midi : moment important de la semaine, le temps de fermer les yeux sur les tâches dont on n’est pas venues à bout, lever notre verre aux trois belles soirées à venir, aux deux belles journées entières qui s'offriront rien qu’à nous…

Habituellement, j’adore la « fin de la semaine », les « 5 à 7 » entre amis… Mais cet après-midi j’appris avec consternation qu’une tragédie était survenue hier en fin de soirée, ici même à Kuujjuaq. Une jeune dame a été happée mortellement par un véhicule tout terrain… Triste fin…

Par respect, le « lounge » de l’Auberge ne pouvait donc nous accueillir pour notre rendez-vous hebdomadaire…

Par une invitation fortuite, je me laissai donc entraîner avec Amie J et ma Bonne Fée, chez Collègue F, demeurant à deux (cent) pas de chez-moi. Le vin fut bon, nos discussions allèrent bon train, et « gossips » ou pas, on a refait une partie du monde, une partie du nôtre du moins...

Et malgré le goût amer de l’évènement d’hier, le soleil était au rendez-vous ici ce matin, pour souligner quand même, ce 8 juillet…

photo: "Aqpiq road", Kuujjuaq, 8 juillet 2011

jeudi 7 juillet 2011

Soirée CIRQINIQ


Depuis deux ans, toutes les communautés du Nunavik reçoivent des membres du Cirque du Soleil qui ont pour mission, d’entraîner des jeunes à devenir instructeurs, afin d’initier à leur tour, d’autres jeunes aux plaisirs du cirque. Pour la deuxième année consécutive, un camp d’été s’est tenu à Kuujjuaq, regroupant plus d’une cinquantaine de jeunes provenant de 13 communautés.

Transportés sur les ailes d’Air Inuit, ils ont passé toute la semaine dans l’une des deux écoles du village, dormant dans les gymnases, se douchant au Forum (aréna) et s’entraînant à longueur de journée.

Ce soir c’était la représentation. Incroyable ce que ces jeunes ont appris et accompli en à peine une semaine. Décors, chants de gorge, performances athlétiques… quelques-uns avaient même cousu leur costume!

Amazing! Le Centre communautaire Katittavik était rempli à craquer du tout Kuujjuaq. Je me suis surprise à penser que c’était quelque chose de bien grand pour un si petit village isolé et sans route. Bref, ce fut une super soirée (surtout que je n’ai eu à marcher que très peu à l’aller et pas du tout au retour; des Anges ont croisé mon chemin!...)

Avant cette soirée, je m’étais affairée à cuisiner quelques boulettes de porc aigre-douce pour un dîner communautaire que nous aurons demain, Nous, la Gang du Midi… Pis tant qu’à y être, j’ai tenté d’inventer un « pendant » presque végétarien, en remplaçant jambon et porc par tofu, pois chiches et thon… Hum! J’aurais bien aimé avoir Chum de Trek Go près de moi pendant l’expérimentation!

Les boulettes auraient peut-être eu le « goût » de se tenir les coudes plus serrés!!!...

Je vous dirai demain, ce qu’en a pensé la Principale Intéressée…

photo: "Sans dessus dessous", Kuujjuaq, juillet 2011

p.s. «une» attend toujours la visite; «onze» ont séché; «neuf» sont faites et elles sont maintenant «24» à attendre quelques mots...


mercredi 6 juillet 2011

Pire qu'à Noël...


Je voyais ce que je voulais faire, ce que j’avais à faire… Là, «déposées» sur le lit, dans la petite chambre d’amis…

(… inutilisée…)

Je me disais que si je m’y mettais chaque soir cette semaine (à la tâche… pas dans le lit!!!...), j’arriverais d’ici à samedi prochain, à finaliser le «tout » sans trop de difficulté…

La besogne pesait donc sur mon intention et ce n’était pas un poids plume

J’ai donc débuté « par un beau dimanche au soir », juste pour voir si j’arriverais à maintenir le rythme de « dix » par veillée…

Nous sommes mercredi. À l’heure où j’écris ces lignes :

- j’en ai livré « dix » ce matin;
- « une » attend que la « visite » me donne signe de vie;
- « douze » sont prêtes;
- « onze » sont au séchage;
- « quinze » attendent les mots que j’ai omis dans quelques unes des « douze » prêtes et des « dix » livrées et …

…« neuf » restent à faire!

D’après vous, qu’est-ce que je prépare???...

Certains savent déjà... Plusieurs s'en doutent... Les autres auront la surprise... Tous vous apprécierez, je l’espère…

Au plaisir…

photo:"Insolite", Kuujjuaq, juillet 2011

mardi 5 juillet 2011

"Jusque..."


J’en r’viens pas… Chu pu capable décrire pantoute… Ni de parlé, par le fais maîme…

Dans ma taîte, toutes les laittres sansmêlent… pours vrai!

WOUACH! Oh sekours!...

Oh moins, sept apprêt-midi, ma Collègue Kin m’a montray un nouevôt mot : « supporter ». Pas « supporter »; non « supporter », comme « reporter »… non… mets là… pas le « reporter » con reporte cent fin, non l’otre, celui qui rapporte toux le tant…

Vou me suievai?...

Aussiteau écrit, aussiteau me v’là rendue sur Google à inspecthé s’il navet pas d’otres « er » se prononssant « eur » cent « u »…

Saigneur! Mât-tu m’man sortire?

Toux sa, pare se que je voulè aikrir qu'ailes ques maux à Zoreilles et que je me suie vue aikrir: « JUSQUE »… pie là, geaitaie sure que sétaie pa un maux...

O'quai! Suie fatikée! Vêt me repeauzé 1 poeux!

M. Le Factotum : ce swoir vous avé congé de krection de mes photes. Vou ne vou en saurtirié pas, Annie wé…

Suie complaîtement défasée… (mais ça ressemble drôlement à certains écrits lus sur certains sites…)

;-)

photo: "Trouvez l'erreur", Lac Stewart, juin 2011

lundi 4 juillet 2011

La bittt à Tibi - Raôul Duguay

Danser sous la pluie



Vive la pluie qui va finir de faire fondre la neige!...

Vous vous rappelez la photo du 24 juin publiée le 27? Et bien voici celle du 2…

…JUILLET!... Même heure, même poste ( presque…)

D’accord, elle a fondu un peu… mais nonobstant ce fait, il en reste encore! Drôle de contraste avec les jeunes pousses qui se poussent les unes contre les autres, convoitant la meilleure place au soleil… (si votre système vous permet d’agrandir l’image, vous les verrez très bien se bousculer…)

Je les comprends de vouloir se faire chauffer la couenne avant qu’une nouvelle bordée ne vienne les saborder…

JUILLET! Non mais quand même!

En Abitibi (car… « moé j'viens de l’Abitibi, moé j'viens de la Bitt à Tibi…* »), dans la jeune vingtaine, je travaillais dans ce que nous appelions à l’époque, un Foyer pour personnes âgées. Une belle nuit, j’entrai travailler, mes petits petons glissés dans des sabots. Le matin venu, « j’avions » les deux talons dans la neige!

Début juin! M’en souviens comme si c’était hier… (pffff…)

Morale : l'Abitibi, c'est le P'tit Nord; ici c’est le Moyen Nord… et plus haut encore, c'est le vrai Grand Nord!

Parole d’Ange aérien!

* La Bitt à Tibi, Raoul Duguay

dimanche 3 juillet 2011

Clair comme de l'eau de roche...




Les devinez-vous ces Pierres à Vœux, un peu pêle-mêle, sous les effets miroitants et un peu trompeurs, de cette eau limpide? Si dans la vie, tout pouvait être aussi transparent, comme tout serait plus simple…

La serait-elle trop, à nous en donner le vertige parce qu’on n’y perdrait alors nos repères?...

Hum!... Ne nous embarquons pas dans une réflexion philosophique juste parce que dehors le sol Nunavimiuq se noie sous les larmes du ciel

Autrement dit…

Le lac Stewart : c’est ici qu’on puise l’eau potable pour le tout Kuujjuaq. C’est ici que l’on intègre la notion de l’importance de protéger nos ressources naturelles…si on n’avait pas eu l’opportunité de le faire avant…

Hier, les Filles et moi, nous nous sommes promises de revenir y faire un pique-nique, là ou un peu plus loin, sur les rochers, ceux qui ne baignent pas dans l’eau chatoyante…

Juste pour savourer encore plus, la transparence de l’amitié…

photos :
« Clair-voyance », Lac Stewart, juillet 2011
« Incapable de m’en empêcher », Lac Stewart, juillet 2011


samedi 2 juillet 2011

Randonnée de filles


Nous voulions prendre l’air… Une petite marche… Nous sommes donc parties tôt en début d’après-midi, direction chemin Lac Stewart…

Quelques 13 kilomètres plus loin et deux heures trente plus tard, nous arrivions en face de l’hôpital.. Sur notre chemin, point d’ours nous n’avons rencontré, à peine quelques véhicules parfois avec conducteurs indulgents, parfois non…

Le soleil était au rendez-vous, mes Amies Ja, Su et ma Bonne Fée aussi. Et c’est sur la rive du Lac Stewart que nous nous sommes reposées un trop court instant. Plus loin, à la Base d’hydravion, un Beaver était sagement amarré et attendait Mr May…

Nous avons constaté qu’il restait encore un peu de neige dans les creux rocheux. Mais têtue, la verdure poussait pour se faire valoir et même quelques fleurs pourpres osaient fleurir sur les bas côtés de la route.

Ce fut un « amazing day with some amazing Friends » qui s’est poursuivi pour ma part, par un souper « de filles en langue anglaise ».

Ouf! Ce que l’on a ri! Aux éclats, entre chaque plat, avec ou sans raison, avec beaucoup de démonstration et d'émotions…

Paraît que je serai invitée encore… Wow! Beaux moments de vie après mes « Oh!... » d’hier…

Votre Ange se retire, repu et fatigué…

photo : « Amazing Friends », Kuujjuaq, 2 juillet 2011

vendredi 1 juillet 2011

"Oh..."


… que j’ai les culottes pleines ce soir! Et « Oh!... » que La journée s’est mal terminée…

Pas la soirée, La journée!...

Mais « Oh!... » que je vais Lui claquer la porte au nez pour les quarante-huit prochaines heures et…

« Oh!... » que je reprendrai ça lundi…

Seulement lundi…

Parce que « Oh!... » que je tiens à mes fins de semaine comme on tient à la prunelle de ses yeux; comme on tient à un inestimable trésor…

« Oh!... » que non, que je ne me laisserai pas abattre par ce trente minutes d’ignominieuses remarques… mais plut…

« Oh!... » que je déploierai mes ailes sur le minime « félicitations » de la fin…

Parce que « Oh!... », comme j’ai craint, une fraction de seconde, qu’une simple rafale venu du Nord, ne me fasse m’envoler subitement vers le Sud…

Mais « Oh!... » que j’ai la tête dure et quand je décide de me battre, je me bats jusqu’au bout…

Ce que je ferai, promis-juré!

Foi de D…

photo: "Oh!...", rivière Koksoak, juin 2011

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue