jeudi 31 mars 2011

Bye Mars!


Ouf! J’avais hâte!

Vraiment…

Là au moins, je peux commencer mon décompte avant les prochaines vacances : départ dans 20 jours!!!...

Direction l’Abitibi, puis la Chine!... En passant, j’ai vu ce matin que le montant amassé pour la recherche en diabète avait encore augmenté : $ 2 495.00…

Je n’aurais jamais imaginé…

Ciel que le monde est généreux!... Merci à vous tous qui me lisez… Encore, encore, encore…

… une fois de plus!

Me reste à poursuivre l’entraînement en avril pour être au meilleur de ma forme pour bien vous représenter… car vous saviez n’est-ce pas, que vous ferez tous et toutes l’expédition avec moi?

Non? Hé bien ce sera une surprise alors! Vous devriez vous entraîner à votre tour…

Tout à coup je déciderais de vous offrir le billet?...

photo: "Ce que je veux pour Noël...", fenêtres des bureaux de Makivik corp., mars 2011

mercredi 30 mars 2011

L'année du lapin?

Vous saviez ça vous, que 2011 était l’année du lapin?

Moi non…

Lu aujourd’hui par hasard, dans une revue pas rapport, que j’ai dégoté au bureau de poste…

À ce qu’on dit:

« … le lapin, aime les jolies choses et est le signe le plus susceptible de trouver le vrai bonheur….
On peut toujours compter sur l’amabilité, la courtoisie et les conseils judicieux du Lapin… »

Sérieux là, je n’aurais jamais pensé ça!...

Pour en avoir élevé quand mon Grand et ma Douceur ma Belle étaient plus jeunes…

Pour les avoir vu se multiplier à une vitesse effarante…

Pour avoir dû m’en débarrasser à la fin de chaque été en les donnant parce que je n’avais pas le courage de les tuer (évidemment, ils portaient tous un nom…)

Je dois vous avouer que pour la courtoisie et les judicieux conseils, on repassera!

... Mais qu’est-ce que je dis là moi? Il n’est pas question ici de VRAIS lapins!...

Quel ange perturbé je fais ces temps-ci…

mardi 29 mars 2011

Histoire de si...


Ça aurait pu être si simple, si seulement j’avais eu juste un petit peu plus d’inspiration…

J’avais glissé ce thème, celui des si, dans mon Cahier d’écriture, celui posé sur ma table de travail et toujours prêt à recevoir les idées si elles se décident à poindre sans préavis ou bien si au contraire, elles hésitent à le faire…

Si seulement, ça allait de soi…

Mais voilà! Si certains soirs c’est fluide et que les mots jaillissent sous les touches effleurées avec le doigté enseigné par les religieuses à l’école Assomption, d’autres soirs c’est le blocage total…

Comme ce soir…

Ah, si seulement j’avais la prose aussi riche qu’un Alexandre Jardin...

Si j’avais le suspense aussi inné qu’une Mary Higgins Clark…

Si de ma vie, je n’avais jamais d’hésitation, jamais de peur…

Si je pouvais déblatérer sans fin sur un sujet aussi insignifiant qu’un si

Enfin, si du moins j’osais le faire, peut-être que ce si deviendra ce la, et que je serais en moins de deux, transposée dans une gamme d’émotions, bien au-delà d’un simple si

Bon, voilà, je m’amusais c’est tout...

Si seulement j’étais un ange plus sérieux...

photo: "Si seulement...", Kuujjuaq, mars 2011


lundi 28 mars 2011

Train de Vie - Mes Aieux

L'autre jour...

… au gym, pendant que je pédalais tout mon saoûl, je me suis surprise à écouter attentivement les paroles de la chanson « Train de vie » du groupe Mes Aïeux.

Celle qui raconte l’histoire d’Alexis Lapointe, surnommé « Le Trotteur »…

En fait, je me suis arrêtée sur le dernier refrain qui dit :

« Alexis, ralentis
Assis sur la galerie du Paradis
Toi tu r’gardes d'En Haut ceux qui te r’gardaient de haut
On court pis on s'énerve comme des p'tites fourmis
On s'épivarde, on s'éparpille comme des vraies queues d’veaux
Hey, on court après quoi, on court après qui ?
On s'essouffle pour épater la galerie
Hey, on se prend pour quoi, on se prend pour qui ?
On court après nos vies, ça en vaut-tu le prix… »

http://www.parolesmania.com/paroles_mes_aieux_11881/paroles_train_de_vie_403374.html
Tout sur Mes Aieux: http://www.musictory.fr/musique/Mes+Aieux


« On court après nos vies, ça en vaut-tu le prix… » Vraiment, quelle belle et juste question existentielle, n’est-ce pas?

C’est là que j’ai pris conscience, que j’étais arrivée à l’entraînement, 10 minutes après mon quart de travail… que j’aurais aimé me dépêcher à faire les 45 minutes plus vite qu’en 45 minutes pour pouvoir déjà aller prendre un bain, faire mon souper, écrire mon billet, lire…

Après ça je me demande pourquoi je vole bas… Pourtant, tout ça devrait être plaisant…

Bizarre tout de même, ce que je choisis de faire de « ma » vie…

samedi 26 mars 2011

Bonne fête Chuck!



Il était une fois, un bien beau et grand jeune homme qui avait dû s’exiler, le temps d’une année, de sa Hollande d’adoption, dans un tout petit village, niché sur le bord d’une brune rivière.

C’était un être d’une grande tendresse et d’une grande générosité de cœur sous des allures voilées… Il pouvait du bout de ses doigts, laisser naître cette sensibilité sur un papier blanc, qu’il noircissait de traits pour en faire de petits chefs d’œuvres de légèreté…

Comme un oiseau aurait traversé le ciel, insouciant…

Ces mois ne furent pas toujours faciles. Il eut à s’adapter à une famille, qui sans lui être parfaitement étrangère, ne lui était pas parfaitement connue. Il eut à apprendre à faire des concessions, à accepter des règles qui ne faisaient pas toujours son affaire…

Mais il sut toujours, garder la tête haute, et demeuré parfaitement conscient de ce qu’il était, de ce qu’il voulait, de ce qu’il pouvait être.

Pas à pas, il a poursuivi sa route jusqu’au bout…

Quelques années plus tard…

… il est encore dans la fleur de l’âge, à peine 25 ans et marié à une Belle Princesse Algonquine… Ses pas sont maintenant cadencés sur ceux de l’Armée… Et au moment où j’écris ces lignes, il est, je crois, dans un lointain pays, risquant sa vie, comme bien d’autres, à défendre des droits et des êtres qu’il a accepté de faire siens…

« Aujourd’hui, du haut de ce Moyen Nord, je t’envoie mes affectueuses pensées et j’en profite pour te partager ma fierté que tu aies un jour traversé ma vie…

Bon anniversaire à toi, qui fut pour un temps, mon Troisième Enfant… Je t’aime… xoxoxo
»

photo: La "brune rivière" vue du P'tit Nord, Abitibi, septembre 2009


vendredi 25 mars 2011

Doux matin...

… ouaté à souhait, sans froidure ni poudrerie. La marche fut plaisante malgré la lourdeur de mes pas dans la neige.

Fatigue obligeait…

Enfin Mars tire à sa fin. Plus que quelques jours et Avril pointera son bout du nez… Il est grand temps…

… Jamais eu si hâte depuis mon exil dans le Moyen Nord Québécois…

Je ne sais pas pourquoi…

… ou plutôt si… mais je n’en parlerai pas… Pas tout de suite en tout cas…

Avec ce printemps, les rhumes ont envahi les cerveaux de plusieurs Collègues en plus du mien… Moi, ça me laisse dans un drôle d’état brumeux malgré le bleuté du ciel

Comme si je flottais, mais pas vraiment au Septième Ciel

Quoi que…

… Et que me réservera demain? On nous a prévenus : il y aura interruption de courant de 8 :30 à 16 :30… Devinez ce que je ferai alors : coup de balai, correspondance manuscrite et … lecture?

Je me le souhaite!

photo: Matin ouaté, Kuujjuaq, février 2011


jeudi 24 mars 2011

Juste un peu de travers...

"... Douleur à l'épaule droite, secondaire à une chute lors d'une séance de patinage en début décembre dernier...

Depuis, Madame a de la difficulté à mobiliser son épaule et éprouve une diminution de l'amplitude du mouvement de son bras droit...

De plus, elle ressent des douleurs aïgues pendant la nuit, qui perturbent son sommeil et l'empêchent d'adopter certaines positions...

Non soulagée par l'acétaminophène; contre-indications à l'utilisation d'ibuprofène à cause d'une créatinémie fluctuante; cortisone non tentée à ce jour, malgré une prescription en sa possession...

Madame craint un déplacement ou une fracture donc nous demandons un cliché de l'épaule droite avec un comparatif de l'épaule gauche: tout est normal...

Comme la douleur diminue la qualité de vie de Madame, nous orientons vers le service de physiothérapie pour une évaluation...

Madame est vue rapidement et avec diligence de la part de la Physiothérapeute en poste. L'évaluation confirme la limitation de mouvement sans apparence de luxation. Des exercices sont données à pratiquer quatre fois par semaine. Madame se dit non compliante habituellement...

... Madame a été revue après une semaine. Curieusement, elle a fait les exercices suggérés à tous les jours et elle dit noter une amélioration de 75% de son état, soit: diminution de la douleur; recouvrement d'une partie de l'amplitude des mouvements, problèmes de sommeil ne sont plus reliés à la douleur et les douleurs crampiformes lors des étirements matinaux sont disparues ou très peu présentes...

Nous ajoutons donc un cinquième exercice aux quatres précédents, et reverrons Madame dans une semaine pour un suivi...

Nous avons bon espoir que ce que nous croyons être une déchirure du muscle subclaviculaire ne dégénèrera pas en capsulite, problème qui s'étend souvent sur plusieurs années avant de se résorber..."

Voilà ce que j'aurais rédigé comme notes au dossier de l'Ange Aérien...

p.s. note de l'auteur... j'ai complètement dévié de mon titre... en fait, j'ai appris hier que finalement, j'avais "l'omoplate droite juste un peu de travers par rapport à l'autre..."
;-)


mercredi 23 mars 2011

Une fois de plus...

… suis enrhumée…

Moi la résistante, celle qui bat des records de « non attrapage de rhume ni de grippe », me voilà, pour la deuxième fois en moins de deux mois, victime de cet intrus…

Ça vous dirait vous, de vous entraîner avec un rouleau de papier de toilette glissé dans l’une des poignées du vélo ou de l’escaladeur? Je l’ai fait! C’était d’un chic fou!...

Mais comme je ne vais au gym ni pour montrer mes vêtements Louis Garneau ni North Face ni n’importe quel autre, alors… je m’en fous!...

J’ai pédalé tranquillement, me suis rendue à la même place que tous les soirs auparavant (!), j’ai monté encore environ 45 étages (!) et fait la pause sur le « chapeau mexicain » un cinq minutes…

Bon! Je me sens aussi vidée que si j’avais fait un marathon… Pas de farce…

Je ne suis pas rendue en Chine!

Donc pour moi ce soir : une mielleuse tasse d’eau citronnée, une doudou, un livre et… un divan-ge

Quoi, vous ne connaissez pas? C’est ce truc généralement utilisé par tout homme qui se respecte, non pour s’asseoir mais bien pour s’affaler sans retenue…

Maintenant vous voyez?...

photo: "Éléments contemporains de torture", Kuujjuaq, mars 2011

mardi 22 mars 2011

Les ténèbres de l'hiver


Je les ai vues hier, enfin… Les belles, les douces, celles qui dansent sans fin. Celles qui s’étirent voluptueusement, presque sensuellement…

Je les ai vues, innocentes et pures, enlacées ou agacées, quand elles s’énervent ou s’excitent…

Je me suis permis de faire du voyeurisme, par la fenêtre de ma chambre. J’avais ouvert grand le store, j’étais couchée, la tête au pied du lit, et emmaillotée, j’ai admiré…

Tout d’un coup j’ai eu peur que l’une d’entre elles ne pénètre ma maison, sans invitation…

On ne sait jamais…

Et si c’était vrai ce que l’Ami Jeannot a écrit?...

J’ai essayé de siffler pour les faire danser encore plus… Ça n’a pas marché… J’étais trop loin je crois… Elles ne m’ont pas entendue…

Mais si « les aurores boréales sont les esprits du ciel qui jouent dans les ténèbres de l’hiver, et qui si on siffle fort, qu’on peut les faire danser »*…

… alors il devait y avoir foule de par le monde, à siffler en chœur à la nuit tombée, hier!...

* commentaire de Jeannot le Madelinot, suite à mon billet du 20 mars dernier. Merci pour l'inspiration...

Photo : « Là-haut sur la colline, y’avait… », Kuujjuaq, 22 mars 2011

lundi 21 mars 2011

Clic Revenu...

Vous le saviez, vous, qu’il fallait « obligatoirement » s’inscrire sur ce site pour je ne sais trop quelle raison, mais moi ça a rapport avec le fait que je demeure dans le Moyen Nord?...

Vous le saviez, vous, que ce site est très, très, très, très sécuritaire, car inaccessible par le commun des mortels?...

Vous le saviez, vous, qu’on peut vous écrire que vous avez besoin de joindre le service d’authentification gouvernementale si "une erreur technique se produit" pendant l'inscription?...

Vous le saviez, vous, que si on tente de faire le 1-866-423-3234 la fin de semaine qu’on vous dit que les services sont offerts du lundi au vendredi, de 8 :00 à 18 :00?...

Vous le saviez, vous, que si on fait le 1-866-423-3234, le lundi, de 8 :00 à 15 :30, la ligne est toujours, toujours, toujours engagée?...

Vous le saviez, vous, que si on réussit enfin à avoir la ligne à 17 :40, qu’on vous met en attente (car « tous nos agents sont présentement occupés »), et qu’on vous avise que le temps d’attente est de 20 minutes et qu’on vous rappelle l’heure tous les 5 minutes?...

Vous le saviez, vous, que lorsqu’il est rendu 18 :20, et qu’on vous donne toujours l’heure et que ça fait longtemps que le 20 minutes d’attente est passé, qu’il se peut que s’insinue l’idée que peut-être on ne vous répondrait pas avant…

… le lendemain matin?... Hum! C’est là que j’ai décidé de raccrocher…

… car c’est là que la patience de l’Ange a flanché!…

photo: Droit comme un piquet, Kuujjuaq, mars 2011


dimanche 20 mars 2011

Faut que je me parle...

Quand je me suis levée ce matin, flottait dans l’air, un drôle d’effluve, comme un petit quelque chose d’attristant…

J’ai débarqué du lit avec tout l’enthousiasme (!) de mes 53 ans et de ses reliquats de la marche d’hier en montagne…

J’ai bruité mes grains de café de l’Armorique dans le drôle de petit moulin, j’ai attendu que le liquide brunâtre soit à point pour m’en servir une bonne grosse tasse et suis venue m’asseoir devant mon portable pour prendre le pouls du monde extérieur, car oui, je le sais, il existe un monde à l’extérieur de Kuujjuaq…

Mais toujours sourdaient ces émanations…

Mine de rien j’ai pianoté sur le clavier à la recherche du gîte Outaouais qui serait prêt à accueillir l’Ange en avril prochain… Sorte de mi-fugue, mi-vacance que je me permettrai bien hardiment et sans aucune culpabilité par rapport à toutes ces Amies (is) que je négligerai alors de visiter par le fait même…

L’Ange a besoin de fuir… ailleurs que dans le P’tit Nord!!! Pas longtemps, juste le temps de changer d’air…

En parlant de changer d’air, qu’est-ce que je respire ici, dans cet appart depuis deux jours? Comme un relent de tristesse sur fond de mélancolie…

Non mais… qu’est-ce qui me prend là? N’est-ce pas aujourd’hui le printemps, avec tout ce qu’il implique de renouveau, de joie, de chaleur?...

« Allez ouste, ma Grande… va prendre l’air… et tout ira bien mieux! … »

photo: "On a toujours le choix de ...", Kuujjuaq, mars 2011

samedi 19 mars 2011

Princesse des Glaces

« … il ventait un vent de fou… un vent de l’ouest-sud-ouest (je n’ai jamais compris pourquoi il fallait revenir au point de départ… me semble que si il vente de l’ouest et du sud, pas besoin d’ajouter que ça revient à l’ouest… M’enfin…). Ma Compagne d’entraînement pour le week-end, S-Stella, de dix ans ma cadette, se faufilait entre ses sifflements avec l’aisance d’un elfe…

Moi je peinais devant, suivant les pas d’une Maya déjà fort bien entraînée…

Nous avons monté la côte du radar par les caps rocheux, adoptant les anciennes pistes de motoneiges en guise de raquettes. À un moment, le vent était si fort, le paysage si magnifique, que je me suis imaginée en train de faire l’ascension d’un Kilimanjaro…


Finalement, non merci… pas pour moi!
Enfin, j’aime le plein-air, je suis physiquement active, je m’alimente bien et je gère tant bien que mal mon stress… … mais Ciel que le principe du plaisir demeure important pour la Princesse des Glaces que je suis!

Si l’effort dépasse la passion, c’est déjà trop…


Si l’essoufflement m’empêche de mémérer, c’est encore trop…


Si le froid s’engouffre dans mes vieux os, c’est encore et toujours trop!...


Alors voilà : au retour, après que S-Stella eut examiné attentivement et en profondeur tout mon matériel pour l’
expédition sur la Grande Muraille de Chine (... message en passant… pour ceux qui n’ont pas encore encouragé l’un des marcheurs (!)… ça tire à sa fin…), que j’eus tenté à maintes reprises sans succès, d’aller m’inscrire sur le site Clic-Revenu, que j’eus clavardé quelques minutes avec ma Bonne Amie G et qu’enfin j’eus commencé ce billet… ... je me suis fait couler un de ces bains chaud et mousseux…

C’était juste ce qu’il fallait pour transformer cette Princesse des Glaces en un
Ange de sagesse avant le passage du Bonhomme Sept heures… »

photo: Kuujjuaq, un matin de mars...

vendredi 18 mars 2011

J'ai déjà donné

Quand j’ai écrit, mardi passé, la « petite douceur pour le cœur » tirée de « je n’arrive plus à retrouver où (est-ce chez-vous Zoreilles, que j’aurais pris ça?)», je n’avais pas imaginé qu’elle me porterait si loin dans ma réflexion…

« … IL N'Y A QUE DEUX HÉRITAGES DURABLES QU'ON PUISSE LÉGUER À NOS ENFANTS. L'UN D'EUX EST DES RACINES, L'AUTRE DES AILES… »

Depuis ce jour, quand j’ouvre ce blog et que je la relis, je pense à mon Grand et à ma Douceur ma Belle…

Je crois avoir enraciné mes deux Trésors dans une terre féconde et fertile, d’où jaillissent la franchise et l’honnêteté. La terre y est assez meuble pour qu’explosent dans le sol toutes ces graines de courage, d’espoir et de rêves, que sans relâche, je leur ai supplié de ne jamais abandonner…

Bien que je puisse être perçue comme une tête en l’air (!), je suis au contraire, parfaitement songée… dans presque tout… avec quelques pics de folie passagère et momentanée…

Et c’est un peu de cette folie, que j’espère aussi leur avoir transmise, qu’ils puissent à leur tour goûter à la liberté de l’essai et au lâcher prise de tout ce qui n’est pas essentiel ni utile à la réalisation de leur bonheur…

C’est tout… Rien de plus, rien de moins… Foi d'Ange Aérien!...

photo: Plus grande que nature..., Kuujjuaq, mars 2011


mercredi 16 mars 2011

Arc-en-ciel


La voyez-vous? Là vers la droite, tout près de la piscine? Un peu blafarde mais bien présente…

Il faisait un de ces temps magiques ici ce matin! Pas une once de vent… rien pour chatouiller la fumée qui sortait d’une traite des cheminées!

Un soleil réservé qui tentait, tant bien que mal de percer les nuages… Doux temps avec de chauds vêtements…

Ici, tout est différent, avec ou sans vent…

Deux mondes…

Quand je suis revenue ce soir, j’avais croqué 14 photos du soleil, des habitations, du Forum, de la Régie…

Mais comment pourrai-je faire pour vous les montrer? Une à une, ça me prendra deux semaines, et d’ici là j’ai bien le temps d’en prendre d’autres…

Impasse…

Je crois que je me laisserai porter par celles qui me souffleront de parler d’elles… Celles qui chercheront spontanément à s’envoler vers vous par le cyberespace…

Après tout, qui sait tout ce qu’elles pourraient avoir à vous raconter…

photo: Arc-en-ciel d'hiver, Kuujjuaq, mars 2011

mardi 15 mars 2011

Petite douceur...


"IL N'Y A QUE DEUX HÉRITAGES DURABLES QU'ON PUISSE LÉGUER À NOS ENFANTS. L'UN D'EUX EST DES RACINES, L'AUTRE DES AILES."

(Petites douceurs pour le coeur)

photo: Kuujjuaq, vu du Forum, mars 2011

lundi 14 mars 2011

... 2mars 2011, 20h22...

" Montréal, terminus d’autobus…

Flot humain… Mélange incongru et incessant de races, de couleurs, d’odeurs… Les portes s’ouvrent pour laisser passer les voyageurs vannés, les pressés, les amoureux… Elles se referment derrière ceux qui s’élancent dans un voyage vers l’inconnu…

À l’intérieur, des spectres délabrés, errant en quête de cette pièce de deux dollars, celle qui changera leur vie…

Un court instant…

Pour ma part, j’ai deux heures trente à tuer… Si les portes peuvent se refermer, je vais arrêter de grelotter! En attendant, j'en profite pour avaler une pointe de pizza-fromage sur le pouce. La place était triste à en mourir, mais l’Homme avait un sourire si chaleureux… Me sentant prisonnière de mes encombrants bagages, enfants sages cependant, je n'ai pas pris la peine de m'asseoir…

Suis retournée flâner...

Le café est fade et les noisettes le parfumant ont sûrement connu des jours meilleurs... Mais bon… Je crois que je vais me claquer un chocolat en guise de réconfort. Et je le croquerai tout en portant fièrement mon sac à dos annonçant le Défi de la Grande Muraille avec Diabète Québec

Ben quoi? Où y’a d’la gêne, y’a pas de plaisir… même pour un Ange!..."

(texte écrit au Terminus de Montréal, pour tromper l'attente...)

photo: Kuujjuaq sur fond de Koksoak, mars 2011

dimanche 13 mars 2011

Bon 90ième Papa Fitzsou!


…90 ans! Vous y pensez!... Toujours sans problème de cholestérol, ni d’hypertension artérielle, ni même de diabète, malgré son ti bedon tout rond…

Il demeure maintenant dans un très grand et beau « château »*, tout près du lac qui l’a vu maintes et maintes fois se poser en hydravion

Je lui ai parlé presque une demi-heure cet avant-midi…

« J’attends ma visite. Tu sais c’est le 13 mars aujourd’hui, c’est ma fête… » qu’il me disait…

Ben oui, Papa Fitzsou, je le sais bien que c’est ton anniversaire… En plus, il paraît que le soleil a fait un spécial juste pour toi, et qu’il inonde l’Abitibi de ses beaux et chauds rayons…

Chanceux va! (ici aussi on a le soleil… mais aussi le vent, celui du Nord, qui nous refroidit le sang avec son moins 32…)

Joyeux anniversaire à toi, mon Petit Papa!... xoxoxo

* Papa Fitzsou est déménagé depuis quelques semaines dans une résidence que l’on appelle le Pavillon Harricana, établissement situé à l’intérieur d’une ancienne école d’agriculture, dirigée par les Clercs St-Viateur, dans le charmant petit village de Trécesson.

photo: " Coucou! Je suis là!...", Kuujjuaq, mars 2011

samedi 12 mars 2011

Isabelle Boulay - Blanche comme la neige

"... Blanche comme la neige...


belle comme le jour… Ils sont trois capitaines, qui veulent lui faire la cour

Le plus jeune des trois, la prend par sa main blanche… Le plus jeune des trois, la prend par sa main blanche…

Montez, montez, la Belle, dessus mon cheval gris, à Paris je vous mène, dans un fort beau logis…

Finissant ce discours, le Capitaine rentre… Finissant ce discours, le Capitaine rentre… Mangez, buvez, la Belle, selon votre appétit… Avec le Capitaine, vous passerez la nuit…

Au milieu du repas, la Belle est tombée morte… Au milieu du repas, la Belle est tombée morte…

Sonnez, sonnez, les cloches, tambours et régiments, ma Maîtresse elle est morte, à l’âge de quinze ans… » (Interprété par Isabelle Boulay)

J’ai fait un survol des billets précédents… j’avais vaguement l’impression d’avoir déjà partagé cette chanson… Je n’ai pas retrouvé…

Désolée, mais c’est l’air qui me turlupine depuis que j’ai aperçu ce ptarmigan dans le raccourci, cet après-midi…

Je m’en allais à un rendez-vous galant…

Incroyable! Jamais reçu pareil massage… Parole d’Ange Aérien : la meilleure massothérapeute a pignon sur rue ici même à Kuujjuaq!...

Ce que j’ai déclaré sans ambages à mes Amies G et J pendant le souper « de filles » que nous avions planifié…

Super beaux moments…

Photo: Blanche comme la neige, Kuujjuaq, mars 2011

vendredi 11 mars 2011

"Viens, on va jouer à vivre..." *


Je ne sais pas si c’est à cause de l’incongruité de cette mort la semaine dernière…

… ou si ce sont celles survenues dans mon patelin dernièrement…

… ou encore si c’est à cause de ces petits (ou grands) malheurs qui nous touchent ici et là au fil du temps… sans savoir comment, ni pourquoi ça arrive…

… à moins que ce ne soit parce que j’ai su… pour le Japon… catastrophes naturelles qui laissent les gens démunis, appauvris, meurtris…

… ou encore peut-être est-ce à cause, simplement parce que j’aurais le goût de suivre l’élan du printemps et laisser mon cœur s’emplir d’amour pour un homme…

Mais voilà, peu importe: ces six mots dégotés dans un commentaire de Zoreilles* sur le blog de Crocomickey*, viennent me chercher… Beaucoup plus que vous ne pouvez l'imaginer...

Pourtant au départ, ils étaient odes à l’amour…

Curieux, n’est-ce pas?

Ce doit être le lot des Anges, après mûre réflexion, de vouloir à tout prix « jouer à vivre »…

photo: fin de journée sur le raccourci, Kuujjuaq, mars 2011

jeudi 10 mars 2011

The fighter

Cinéma ce soir... Je déteste la boxe... vraiment, littéralement, indubitablement...

Devinez quel était le film?

L'histoire vraie de deux frères... dont l'un occupe une plus grande part du coeur de sa gérante de Maman... Le Jeunot en arrache mais finit par prendre sa place...

Mais que de violence, de coups, de coups bas... Je ne comprends pas, comment d'une part on peut préparer et faire des activités pour dénoncer la violence à tous les niveaux, et d'autre part aimer ce genre de... pas d'activité... pas de sport... pas de loisir...

Au fait, vous le savez vous, dans quelle catégorie on peut "logiquement" classer la boxe? Moi je n'y arrive pas...

Mon coeur sensible d'Ange... fort probablement!...

Croyez-le ou non, j'en ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises de constater tant de brutalité... pour le plaisir?...

Et en quittant le cinéma, devinez ce que faisait dans le hall, la dizaine de jeunes venus visionner le film?...

mercredi 9 mars 2011

Effet d'entraînement

Depuis trois jours, fidèle, je quitte le bureau à seize heures. Je prends la direction du gym, situé dans le Forum (aréna), troisième bâtiment à droite de celui de la Régie. Une clé magnétique me donne accès aux installations… Vélos stationnaires, rameurs, tapis roulant, poids, attendent patiemment les Zélés… euh… les Motivés!...

Une petite salle nous permet de revêtir nos vêtements d’entraînement. Ne reste plus qu’à passer à l’action.

… J’enfourche le vélo après l’avoir ajusté. Pas question de pédaler les jambes à demi allongées… Et je pars…

… Je ferme les yeux… Dans ma tête, le focus s’en va diminuant, ne laissant qu’un point noir… avant l’éclatement d’un imaginaire délirant…

« La première tournée se fait en boucle en longeant une partie du lac Stewart, mon trajet de l’été passé… Un minimum de 17 kilomètres, mais souvent beaucoup plus… Puis je me retrouve en Abitibi, pédalant le Chemin Dénommé, puis le Desrosiers, en passant devant l’usine d’embouteillage d’eau Eska, dévalant enfin le Chemin Lanoix avant de reprendre la route 109 vers la Base Figuery… Boucle de 18.9 kilomètres… »

J’ouvre les yeux. Déjà 20 minutes que je pédale comme une déchaînée (pas vrai, c’t’une blague!… J’haïs ça ne pas avoir de plaisir à bouger donc je m’organise pour ne pas trop forcer…). Quelques étirements et me voilà installée sur le rameur…

Même stratège : yeux fermés, je pagaie l’Harricana, la crique à Jolin, la petite rivière Miniac…

Ainsi, peu m'importe que je sois ici à Kuujjuaq, dans ma tête, y’aura toujours les endroits dont je garde les plus beaux souvenirs…

Parole d’Ange Aérien!

photo: Le chemin du retour, 9 mars 2011


mardi 8 mars 2011

Pierre à Voeux ou de Bonheur Universel?...

Est-ce que ça pourrait exister?... Je le souhaiterais tellement…

Suis revenue dans mon patelin d’adoption hier… J’ai ouvert mes courriels reçus dans les dix derniers jours… Ceux du bureau…

Certains étaient faciles à supprimer, d’autres demandaient action… Je n’ai même pas réussi à compléter mon compte de dépenses…

Demain… un autre jour…

Mais dans l'un des courriels, j'ai appris... Pendant mes dix jours d’absence, deux tragédies ici… La Banque CIBC a été complètement détruite par un incendie… et … une jeune fille de quinze ans a décidé de mettre fin à sa vie…

Alors, quand je revenais du bureau ce soir, après mon entraînement, et que je touchais dans le fond de ma mitaine, cette Pierre à Vœux, supposée travailler depuis des lustres à réaliser MON vœu, je me suis dit alors, que ce serait bien, s’il en existait une sorte, une qui n’apporterait pas la réalisation des Vœux, mais juste le BONHEUR, tout le temps, en permanence, dans tous les cœurs…

Alors je crois que je vais l’inventer, l’imaginer et la distribuer… pour que ces Pierres réchauffent les cœurs en peine, les durs à cuire, les tristes à en mourir…

Que le BONHEUR envahisse tous les êtres qui auront accès à ces Pierres, les enlace, leur insuffle ce souffle de légèreté, propre aux Anges

Oui, vraiment, je vais y travailler très fort… Ne dit-on pas que le Nunavik est un sol riche en minerai?

La Pierre du Bonheur, certain qu’elle est ici quelque part…

lundi 7 mars 2011

"MA GATEE"


Samedi soir, 26 février, 19 :30hres. J’accompagne Amie LouP à son travail. But de l’exercice : me retrouver 32 ans en arrière et …

Je dois vous dire que j’ai débuté ma carrière comme infirmière dans un Centre d’hébergement pour personnes âgées. J’y ai travaillé un peu plus de deux ans, sur le quart de nuit. À l’époque, nous faisions la séquence 10-4 : dix nuits, quatre jours de congé…

Ouf!...

… Amie LouP me présente à Dame B, 76 ans… Il est question d’une partie de « Scrabble »...

Les paris sont ouverts…

À tour de rôle nous avons pigé nos lettres, les avons sagement alignées… La chance avait favorisé Dame B pour débuter…

Les mots se sont succédés au rythme lent des piges et longues haltes de jasette… Croyez-le ou non, nous avons joué (et jasé…) pendant deux heures et demi…

Vrai comme j’étais là!...

Le dénouement fut serré : nous avons utilisé toutes les lettres sauf une… La partie s’est terminée avec un point de différence. L’une de nous avait le « Q » (8 points)…

Devinez qui de la Sage ou de l’Ange l'a remporté?...

... Merci Dame B pour cette trop merveilleuse et magique soirée…

Et comme je finis toujours par dire, peu importe que la chance soit ou non avec moi:

« Belle game! »


dimanche 6 mars 2011

Fatiguée...

... mais toujours vivante! Ne vous inquiètez pas!...

Je suis doublement, triplement, quadruplement désolée de vous avoir laissé ainsi, tout ce temps, sans nouvelle...

Problème de temps... parfois d'Internet... mais non d'inspiration...

Quelques billets sont nés dans mon cahier boudiné... Je vous les partagerai, et vous raconterai ces quelques jours passés de Québec à l'Abitibi en passant par Montréal...

Sachez que ce matin, c'est de St-Mathieu d'Harricana que je laisse s'envoler ces mots... Le soleil pointe à peine, succèdant à cette nuit d'insomnie... J'aurai droit à quelques cafés, histoire d'aligner mes deux yeux dans le même trou (!)...

Dernier jour dans mon patelin, je reprends le ciel demain matin... La Princesse des Glaces voyagera avec la Cour!!!...

Rien de moins...

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue