vendredi 31 décembre 2010

Tout le monde va...


… c’est certain, je n’en doute pas même, une seule millième de seconde…

… Ce matin, cela va de soi!

Comment pourrait-il en être autrement après tout? C’est normal, c’est la routine, l’usuel. La bonne vieille réflexion. Celle que l’on sort sans trop y penser…

… L’automatisme, parfois chargée de désillusions, parfois de sourires passés…

Mais pas moi, je n’embarquerai pas là-dedans, pas cette année.

Peut-être oserai-je « tenter » d’innover… Pour une fois…

… Peut-être oserais-je glisser, quelque part dans mon déluge de mots, celui appris ce matin…

AUBADE* : n’a-t-il pas fière allure? Si simple mais en même temps, si musical et poétique lorsqu’on apprend à le connaître…

Merci à vous Méli-Mélo pour le partage, une fois de plus.

Vos connaissances participent à l’« instruisance » de l’ange qui sommeille en moi…

(Oups!... J’ai dû louper quelques leçons là!...)

*aubade : petit concert donné au lever du jour sous les fenêtres de la personne qu’on veut honorer; poème chanté à l’aube

p.s. Bien sûr que ce à quoi je faisais allusion c’était des trucs du genre : « Nous voilà rendus à la dernière de l’année… »; « Un an déjà de passé »…; « On tourne la page »… Et bien sûr que moi aussi je vais quand même succomber et vous souhaiter…

UNE BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2011! SANTÉ, SANTÉ, SANTÉ… ET DU BONHEUR EN PROFUSION, COMME SI C’ÉTAIT DU BONBON… L’IMPORTANT N’ÉTANT PAS TANT, COMBIEN ON EN A, MAIS PLUTÔT COMMENT ON PREND LE TEMPS DE LE DÉGUSTER À PETITES BOUCHÉES…

p.s…et croyez-le ou non, mais j’y serai demain, avec mes billets décousus, parfois chargés de tristesse ou encore plein d’allégresse. Avec vous encore je partagerai, parce que si vous n’étiez pas dans ma vie, rien ne serait pareil, ici, dans ce Nord du Nord…

Fitzsou, l’ange aérien xoxoxo (3...)

photo: Voyez-vous la plume de l'ange??...


jeudi 30 décembre 2010

Kuujjuaq se marie...


Pas une seule Branche n’avait été oubliée. Chacune était revêtue de ce voile blanc léger, scintillant comme des milliards de diamants infinitésimaux…

Toutes, sans exception…

Aussi loin que le regard se portait, on apercevait le Givre déposé sans cérémonie par l’Aube. Et loin derrière flottait un Mystère de brume, accroché à l’Horizon…

L’Éclairage était sobre, à peine perceptible. Dans l’air, on imaginait sans peine les Notes de la noce…

Cristaux de glace s’entrechoquant comme l’aurait musiqué un kpanouhoun*.

La Mariée et sa Bouquetière, attendaient impatiemment l’arrivée de l’Homme, comme on attend le Temps.

Droites et fières, roides et blanches d’émotions…

Partout, les Invités costumés et tirés à quatre épines, faisaient la haie d’honneur, livrant du même coup passage à la Froideur, qui se faufilait habilement parmi les Noceurs.

Voilà, tout était en place, ne manquait que quelques Anges flottant dans l’irréalité du moment pour marquer le tout de façon indélébile dans la mémoire de la Collectivité…

Vive les Mariés… et… que la Fête commence!

* instrument de musique de la catégorie des idiophones consistant en une assiette percée de plusieurs trous d'où pendent des pièces de monnaie...

mercredi 29 décembre 2010

Triple jeu





Ce matin, j’ai croqué ces photos que je partage avec vous:

un double soleil…

... un regard risqué sur la Koksoak…

… et la Régie, dans toute la splendeur de ce matin!

Tout cela dans l'ordre inverse, bien entendu...

... mais pour moi c'est quand même un bel essai d'avoir publié plus d'une photo à la fois...

Un jour j'aurai le tour...

Parole d'ange aérien...

mardi 28 décembre 2010

Il y a de ces moments où...


… on a peine à croire que de telles coïncidences puissent réellement exister…

Prenez par exemple, la fois…

« … Nous étions le lendemain de Noël. Le soleil s’étant levé tôt, m’intimait l’ordre de sortir. Ce que j’avais prévu faire, mais un peu plus tard dans la journée.

Avant je devais…


Dans la maison régnait un silence aussi léger qu’une plume, le genre éthéré, nous transportant dans un autre Univers, celui de l’Infini bonheur, celui où on a le goût de dire « merci », tout simplement, sans savoir trop à Qui ni pourquoi…

La veille avait été remplie d’attendrissements, fils ténus entre la béatitude et l’abandon… Et comme à tous les ans, depuis les 53 derniers, le temps avait roulé un chiffre sur moi…

Mais moi, j’en avais fait fi… Occupée que j’étais à baigner dans l’amitié, rien d’autre n’aurait pu m’atteindre…

De toute façon, avec tout l’ouvrage que m’avaient donné mes Amies(s)… je n’aurais rien pu faire de plus.

Lorsque j’allai au lit ce même soir, il m’en restait un à ouvrir… Un dernier… Je n’avais pu joindre la donatrice, alors sagement, j’avais laissé le paquet posé sur le guéridon.

C’est ça que je devais faire en ce lendemain de Noël…

… et c’est (entre autres…), ce que j’y ai trouvé… »

Avouez que c’est « toute qu’un adon »!

(si vous cliquez sur la photo, vous pourrez lire l'inscription sur la tasse...)


lundi 27 décembre 2010

Traces à traces...


Je marchais déjà depuis un petit bout de temps, les yeux rivés sur la surface blanchie de l’accotement, tous les sens en alerte, à tenter de détecter les hypocrites plaques de glace.

Ce ne serait ni la place ni le moment d’avoir comme compagnons de marche, ces espèces de bâton pourvu d'appui-mains, genre...

Alors que les trois-quarts de mon trajet de retour étaient chose du passé, je levai la tête…

Par chance!

Le ciel était là, n’attendant que mon regard impromptu. Non pas qu’il fut inondé de ces aurores aux mille couleurs mais bien, parce que sobrement, il s’offrait à moi, dans sa plus grande splendeur, parsemée de milliers de points lumineux.

À cet instant, je pris conscience de son immensité dans la quiétude de ce soir ouaté. Je pris conscience de la chance que j’avais à me trouver ici, maintenant, à marcher sur ce bord de chemin traversant l’un des quatorze villages isolés du Nord Québécois.

Le vrai Nord Québécois…

Poursuivant ma route, j’aperçus des traces fraîches dans la neige. Pas de géants, oubliés là…

Et cette pensée me vint à l'esprit...

"Peu importe l’endroit où l’on se trouve, on finit toujours par marcher dans les traces d'un quelqu’un nous ayant précédé…"


dimanche 26 décembre 2010

Que les Fêtes continuent...


J’ai été invité après le Candy Drop d’hier, à partager un repas avec les mêmes collègues réunis chez-moi vendredi (à quelques membres près…)

Que voulez-vous, dans le Nord c’est important de se serrer les coudes!

« On se revoit soir après soir, comme si on était tous de la même famille… » de dire S-Stella.

Après s’être extasiés devant le céleste arbre de Noël (véritable œuvre d’art Nunavimiut monté par Avenante Amie F), nous nous mîmes à fredonner des airs de camp de vacances, jusqu’à ce que, avec le même élan du cœur, nous tentâmes tant bien que mal, d’entonner en canon…

« Vent frais, vent du matin…Soulevant le sommet des grands pins… Joie du vent qui passe, allons dans le grand… Vent frais, vent du matin… »

Cacophonie d’émotions, bonheurs cueillis à mains ouvertes, emprisonnés à jamais dans nos boîtes à souvenir, comme on les aurait soufflés dans autant de boules de verre…

Lorsque cocktail dînatoire, dinde farcie et gelée de canneberges furent choses du passé, nous poursuivîmes notre pantagruélique repas progressif chez S-Stella, où il avait été entendu que nous irions prendre le dessert…

Ce fut soirée de pure félicité! Que d’explosions de rires, de mimiques, de sous-entendus…

… Bien pour dire que, pour regonfler des plumes, rien de tel que l’amitié…

samedi 25 décembre 2010

Joyeux Noël à tous!

Le traditionnel "Candy Drop" de Mr Jonhny May... avec un aperçu de la neige que nous avons ici à Kuujjuaq!...

Une foule joyeuse se déplaçait vers les objets qui étaient largués à chaque passage à basse altitude du Beaver Dehavilland. Les "Merry Christmas" fusaient de part et d'autres... L'atmosphère était à la fête.

Privilégiés, nous avons été gâtés par l'agréable température. On dira ce qu'on voudra, mais la place à vivre au Québec c'est... Kuujjuaq!

En doutiez-vous?...

p.s. ce qui descend du ciel est un habit de neige, et non un ange en perdition...
p.s. 2 Bon anniversaire à toi, mon Chum R de Rouyn... xoxoxo

vendredi 24 décembre 2010

Tricherie...


Je sais, je sais... je n’y suis pas vraiment, mais que voulez-vous, mon petit côté toqué ressort fortement en ce matin du 25 (n’ayez crainte, vous aurez aussi droit à un « 25 »…)

Trop occupée hier j’ai été! Les téléphones, la préparation du souper en après-midi… J’ai flotté sur des effluves d’adrénaline toute la journée.

Sans mettre le nez dehors, j’ai laissé filer le temps, comme un aujourd’hui bien nourri…

J’ai déballé mes nombreux cadeaux de fête et me suis extasiée devant toutes ces marques d’affection, d’amour et d’amitié. Il me semble que je n’en mérite pas tant…

Mais faut croire que oui…

Quand j’ai ouvert celui de ma Chum G de Rouyn, j’ai failli reculer devant l’ampleur du travail qui y avait été mis. Dans l’immense boîte, se cachait non pas un, mais une dizaine de présents, tous emballés différemment, tous accompagnés d’un mot gentil, encourageant ou explicatif…

Amazing!

Lorsque j’eus terminé, le salon ressemblait à une fin de réveillon, comme si toute une famille y avait trouvé son compte…

Merci à vous tous, qui m’avez si tant gâtée en ce jour d’anniversaire…

Après un souper en très agréable compagnie, je me suis rendue à l’église anglicane, avec Ami BC et Avenante Amie F… Une cérémonie animée par un sympathique Pasteur qui nous a soufflé des prières et des chants en Inuktitut.

Les enfants étaient bien vêtus de leur beauté juvénile et laissaient derrière eux, cette essence d’énergie propre à eux. Devant moi, une belle petite Inuk, aux couettes juchées bien haut sur la tête et à la robe de velours, reposait endormie, collée contre l’amour de son Père…

Quelle belle scène! Assez pour amener des larmes d’émotion dans les yeux de l’ange

jeudi 23 décembre 2010

Cadeau et ...


… fleurs coupées, au Nunavik!

Eh oui, ma réalité en ce 23 décembre, croyez-le ou non!

Je ne voulais pas vous embêter avec ça, mais j’ai reçu un autre cadeau… cette fois de ma Généreuse Amie G!

Non mais, sérieusement je n’en reviens pas!

Toute la semaine, il me semble avoir reçu plein de marques d’attention, d’affection, de tendresse…

Les fleurs coupées? Ce n’est pas une farce. Mon Avenante Amie F, alors venue me reconduire en voiture, s’est empressée de ramasser mon sac à dos à l’arrière, et, prétextant m’aider, m’a suivi à l’intérieur pour...

… me refiler ce joli bouquet…

Que pourrais-je demander de plus?

RIEN DE PLUS, VRAIMENT, VOUS ME COMBLEZ…

Promis que c’est la dernière fois que je vous parle de toutes mes gâteries. Je ne voudrais quand même pas faire de jaloux!

Déjà 21 :30, ce soir je ne serai pas longue, car je ressens l’appel du sommeil et comme depuis environ trois semaines, il me fuit à tire-d’aile, ce soir je ne le laisserai pas s’échapper…

Parole d’ange aérien!!

mercredi 22 décembre 2010

Suis gâtée...


… encore!

Ainsi, bien qu’aujourd’hui soit le jour « chômé-payé » de mon Ami Lamlou (bon anniversaire!...), c’est quand même moi qui reçoit les cadeaux! Et pas n’importe où!...

Naaa na na na naaa!...

Par chance (ou simplement par bonté d’âme…), mon Avenante Amie F avait accepté bien gentiment, de m’accompagner à la poste en fin de journée!

Quel heureux hasard!

Une fois sur place, ne v’là-tu pas, mon Maître de Poste, s’extirpant une fois de plus de derrière son réduit, les bras chargés d’un énorme, que dis-je, d’un gigantesque, voir même, d’un monumental colis!

Quel « ange » me couve ainsi de sa généreuse préséance? Quel « ange » place toujours sur mon chemin, un « non quelconque » coeur charitable? Je l’ignore et vous avouerez que je ne chercherai pas non plus.

De là sûrement l’expression, « laisser couler », non?...

Ainsi aujourd’hui, c’est le "présent-sourire" de ma Douceur ma Belle qui m’a réjoui et le non-moindre, celui de ma Chum G de Rouyn!

Je les ai placés avec les autres, au pied de mon « sapin-armoire vitrée » (c’est vrai, je ne vous avais pas montré encore, mon fastueux décor de Noël…)!

Hum! Jamais tant eu hâte à ma journée d’anniversaire… En plus ce que je compte faire, c’est appeler chaque personne et ouvrir le cadeau reçu alors que l’on sera en communication…

Deux petits jours encore et ce sera mon tour… Désolé Lamlou, mais toute bonne chose doit avoir une fin… ;-)

Sans rancune!


mardi 21 décembre 2010

96%

… de mon temps, je le passe à vivre…

… l’autre 4%, je le dors (!)… ce qui n’est pas peu dire!...

96%... de ma mémoire vive travaille encore…

… l’autre 4%, oublie que…

96%... du temps, mon Ami Ed est toujours là pour m’aider... même pour déménager…

… l’autre 4%, j’oublie qu’il l’a fait!…

Ça, ça m’attriste…

Et au moment où j’aligne ces mots…

96%... du « sac de chips est déjà englouti » (droits d’auteur : ma Jeune Sœur Chérie)…

… l’autre 4%, disparaîtra dans les jours à venir…

96%... c’est comme un « 69 » à l’envers, qui tire sur la gauche pour gagner sa cause… (Hum! Encore une partie des droits d’auteur pour ma Jeune Sœur Chérie…)

… l’autre 4%, devient un « 31 » bien élégant…

96%... d’une possibilité de « boules de Noël » dans l’arbre de… ben oui, de ma Jeune Sœur Chérie!...

… l’autre 4%, sera cassé par les chats…

96% du temps que j’ai traité ma Jeune Sœur Chérie de « nounoune » en clavardant ce soir…

… l’autre 4%, je le garde pour moi car...

96% du temps, je suis un ange polaire…l’autre 4%, je n’ai « pas l’air d’un ange »…

Finalement ce soir, j’avais 96% de chance d’être intéressante…

… l’autre 4%... de ne pas l’être (prétentieuse que je suis va!…)

BEN NON! BEN NON!... RIEN DE TOUT CELA!

Ce matin à l’ouverture du site Diabète Québec, j’ai constaté que j’avais atteint 96% de mon objectif… pour le Défi de la Grande Muraille!...

Amazing non?...

ENCORE UNE FOIS, MILLE MERCI À VOUS TOUS ET TOUTES!...

billet co-écrit, vous l'aurez compris, en clavardant avec ma Jeune Soeur Chérie...


lundi 20 décembre 2010

Plein feux sur la lune...

Ça m’a sauté aux yeux, dès que je suis entrée dans la petite pièce me servant de bureau… Elle est vraiment tout en beauté!

Il est à peine 6 :00 du matin. Elle m’apparaît, presque ronde, flottant dans cette fin de nuit d’encre, tel un ballon envolé dans l’Univers Infini…

Par la fenêtre, j’aperçois le rayon qui s’en échappe, venu caresser en amoureux transi, l’immense plaque de glace, lui faisant face.

On dirait une histoire de cœurs, gelée par le temps. Miroir d’ombres passées… Patinoire imaginaire aux milles brillances, aux milles secrets…

Et moi je reste plantée là, à l’admirer, à l’observer…

« Mme La lune, livre-moi donc ton énigmatique charisme, que je m’en serve allègrement dans cette vie… »

En attendant, elle se déplace lentement, tirant vers elle son épée dorée… Filet ténu de mystères…

Fin de nuit, début de journée…

Demain, j’en suis certaine, elle sera pleine

dimanche 19 décembre 2010

Je passe...

... en rase-mottes, vous dire que je suis en panne d’inspiration… temporaire, je l’espère!

Je vous reviens dès que les « connections » se feront à nouveau dans mon cerveau…

Sûrement bientôt…

vendredi 17 décembre 2010

Vous faites ma journée!


Ouf! Que d’émotions en cette fin de vendredi après-midi mouillé!

Déjà que ce matin, j’avais démarré à pas de tortue sur un « terrain glissant »…

Tout est bien qui finit bien… Là je sens que mes plumes sont plus légères… Il était temps!

Tout d’abord, y’a eu cette belle journée…

J’ai pu avancer l’un des dossiers qui m’importe beaucoup; j’ai fait part à mes compagnons, compagnes de travail de mon Défi Humanitaire à venir, et j’ai reçu mon itinéraire de voyage pour Inuvik prévu à la mi-janvier. Wow!

C’est ensuivi, la possibilité d’aller à la poste avec Ami BC… Ciel! Une chance! Vous auriez dû voir le Maître de Poste ressortir de derrière son cagibi avec deux « énormes » boîtes (ici comprendre que lorsque tout dans notre vie se déroule à pied… il en faut peu pour que ce qui paraît si simple aux gens du Sud, devienne un Défi pour ceux du Nord!!...) Rewow!

Mais bon la chance était pour moi et je me rendis sans encombre jusque chez-moi… Un Ange y a veillé… Rerewow!

J’ai déposé, élégamment, les colis au pied… de mon divan! Demain je sortirai le sapin, tapi dans le fond d’un carton et je mettrai un peu de « Noël » dans ma maison…

… ou des sourires?

J’ai reçu de Méli-Mélo, un amusant diaporama… Vraiment… Comment se sentir seule au monde après tout ça? Rererewow!

IMPOSSIBLE!

Ce qui est le plus drôle, c’est d’imaginer les deux colis, l’un de Tendre So et l’autre de ma Bonne Amie G, voyageant côte à côte dans le compartiment à bagages du Boeing 737 de la Compagnie First Air…

Ils se sont peut-être contés fleurette… ou encore, ont-ils fait quelques plans de n... pour leur future cohabitation?...

Allez savoir!...

Ah pis! Je laisse couler tiens… C’est mon Psy qui serait content!...

jeudi 16 décembre 2010

"... Marcher la tête haute...

et regarder les gens droit dans les yeux… »

Je viens d’une famille de fiers… Fiers d’être Abitibiens, fiers d’être du fond du rang, fiers d’être de St-Mathieu d’Harricana…

Fiers tout court, d’être nous…

Reçue de ma Meilleure Amie, en ces temps un peu « glissants », cette phrase… dont j’ai décidé de faire mon « grigris » pour les prochaines semaines…

Histoire aussi d’apporter mon appui à une Amie Trécessonnienne qui traverse un temps difficile…

J’ai promis de faire fi de mon accablement pour qu’elle s’en sorte le mieux possible…

Damné coup du sort, de la vie…

Imprévisible imprévu...

Je ne pourrai rien faire de plus que d’oublier mes tourments présents, et diriger mes pensées vers Elle, vers Eux… le temps que passe le temps… Le temps que le temps reprenne son vol dans la bonne direction…

"Aussi loin puis-je être, près de vous je suis… n’en doutez-point…"

« Marcher la tête haute et regarder les gens droit dans les yeux… »

Partout et pour tout… Toujours…

mercredi 15 décembre 2010

Milieu de nulle part...


La mi-décembre… ces dégâts d’eau en Gaspésie, que j’ai peine à voir au-travers de la neige…

Pas la neige du ciel, mais bien celle qui envahit mon écran de télévision, parce que je n’ai pas encore « choisi » de faire brancher le câble…

Comme si je me gardais une petite gêne…

Hésitation…

Ici, le soleil brille, comme pour me narguer, une fois de plus… Le cap rocheux, visible de la fenêtre de la chambre d’amis, m’offre quelques blancheurs et ses mignonnettes épinettes…

J’aurais besoin de partir, m’évader, m’envoler… Changer l’air qui brûle mes poumons, m’époumoner à crier…

« … Comme dans un rêve, j’ai voyagé… L’Italie, l’Inde, l’Indonésie… J’ai visité…

… Rencontré des gens sincères, les honnêtes, les intègres…

Les vrais de vrais…

J’ai mangé un tas de pâtes, de pizza… Et j’ai prié, médité…

Pour me retrouver…

Exténuée, je me suis posée pour aimer… malgré ma peur… »

Aujourd’hui, je me suis perdue avec Julia Roberts dans le film « Mange, prie, aime »…

J’ai aimé… Beaucoup…

Voilà!... C’est tout…

mardi 14 décembre 2010

Ça n'a pas d'allure...

« On gèle au Sud, on sue au Nord »… comme dirait Ferland…

… J’avançais à pas parcimonieux sur la surface glacée, givrant du même coup, toutes mes envies de liberté…

Me suis retrouvée prisonnière de moi-même, aucune fuite possible…

Si un pas était assuré, l’autre assurément, ne l’était pas…

J’étais en terrain glissant, j’avais peur de perdre pied…

« Pour vrai?... »

Pour vrai!...

Ce n’était pas une question de température, plutôt de tempérament…

Simplement…

… N’étais pas faite assez forte pour ces jeux-là…

Pas ceux-là…

J’avais la tête comme un immense trou rempli de gadoue… Impossible d’y réfléchir à sec…

J’avais le cœur qui se déchirait au moindre faux mouvement, la moindre respiration me tirait un air de malheur…

Vraiment trop… Patiner : non merci, pas pour moi… Pas comme ça…

Pas ici… Pas là…

Me restait à trouver l’endroit qui serait le plus rugueux, celui qui stopperait ma dégringolade…

D’où je pourrais réajuster mon plan de vol...

... et reprendre mon envol

lundi 13 décembre 2010

Un rien m'habille...


Je suis un ange de rituels, un ange d’habitudes, un ange « toqué » (TOC : trouble obsessif compulsif…)

Le matin, quand le réveil sonne, je « snooze »* à quelques reprises… jusqu’à ce que, inquiète de manquer de temps, je saute en bas du lit…

Je branche le café, me verse un verre d’eau et je lis ma méditation quotidienne…

Puis je cours me préparer… Peu de maquillage, pas de coiffure élaborée, seulement un peu de parfum…

J’adore les parfums…

Je glisse des anneaux à mes oreilles, ma bague de Ré… ou celle qui me rappelle le « courage » que j’ai eu de traverser le parc La Vérendrye, un jour de mai 2006…

Je regarde le petit bracelet argent, attaché en permanence à mon poignet… Y est gravé à l’endos :

« Je t’aime Maman »

… les lettres sont presque effacées… et pourtant, je les ai refait graver déjà…

Pour terminer, je ramasse la petite chaîne, aussi argentée, où siège un cœur martelé et une oie…

Le bracelet m’a été offert par ma Douceur ma Belle, alors qu’elle avait à peine de quoi le payer…

Mon Grand m’a offert le cœur et la chaîne. Il avait 8 ans…

Le matin, c’est donc de mes enfants que je « m’habille ». C’est ainsi « vêtue » que je peux affronter n’importe qui, n’importe quoi, ou presque…

Parce qu’ils me donnent le courage de croire en moi… Parce que chaque fois dans la journée où mes yeux tomberont sur le bracelet ou que je toucherai le petit cœur, je saurai qu’ils sont quelque part en pensée avec moi…

Ce sont eux qui me donnent l’envie de faire chaque jour ce petit pas de plus… ce petit pas vers je ne sais où…

* petit somme

dimanche 12 décembre 2010

Continuer Pareil - Disney

Je continue pareil...

Je suis allée marcher… Vent de dos, mes ailes m’ont portée… J’avais comme but la Marina... Dix minutes avant l’arrivée, j’ai reculé. Je craignais au retour, la froideur du vent qui soufflait du sud…

De ma marche, flotte encore dans mes oreilles…

« Vrai que la vie est complexe entre le cœur et le cortex, entre l’amour et pis le sexe. Entre les tabous, les complexes, entre les Futures et les Ex, combien de « plasters », de kleenex. Vrai que la vie peut être vache entre les dettes et le cash, le calumet et la hache. On se fait des bleus, on se fait des taches avec des laisses et des cravaches, c’est vrai qu’on en arrache.

Mais, y’a les fleurs, y’a les abeilles, la mer et le soleil. On continue pareil. Y’a Jacinthe et y’a Mireille, les guitares, les bonnes bouteilles.

On continue pareil, envoye!

Vrai que parfois la vie est poche entre les « straights » et les tous croches, entre les « cutes » et pis les moches. On se donne des caresses, des taloches, mais y’a toujours quelque chose qui cloche, c’est toujours au plus fort la poche…Vrai que la vie n’est pas facile, ni révolté, ni docile, ni brillant, ni trop imbécile. On se sent ben et inutile, en équilibre sur un fil, on vas-tu finir à l’asile?

Mais y’a les fleurs, y’a les abeilles, la rivière et le soleil. On continue pareil… Madame Chose, Monsieur Gobeil, les amis, les bonnes bouteilles.

On continue pareil, envoye…

Vrai que souvent la vie est « laite », trop de mensonges, de cachettes, les vieux patterns se répètent. On rembobine la cassette, on accumule les défaites, on voudrait jeter la serviette…

La vie est drôlement faite, maluron-lurette, mais faut la chanter maluron-luré. La vie est imparfaite, maluron-lurette mais faut la danser maluron-luré. On continue pareil. La vie est ainsi faite maluron-lurette, mais faut continuer maluron-luré. On continue pareil. La vie est mal faite maluron-lurette, mais faut la changer maluron-luré…

On continue pareil
… »

Mes aïeux. Droits d'auteur: S.Archambault/É.Desranleau

... Je continue pareil…

samedi 11 décembre 2010

Mais...


… c’est que j’ai un billet à écrire moi!

Un peu paniquée, lorsqu’enfin de retour au bercail hier soir vers 20 :30, je réalisai que, comme depuis quelques jours je pondais mes billets la veille, celui de demain (aujourd’hui…), n’avait pas encore vu le jour…

Vous me suivez toujours?

J’avais pourtant une bien jolie pensée à partager…

Attendez un peu… Si je fouille, je devrais remettre l’aile dessus très facilement…

Voilà… ça dit :

« Aimer les braves gens qui m’entourent, fuir les méchants, jouir du bien,supporter le mal et me souvenir d’oublier, voilà mon optimisme. Il m’a aidé à vivre. Puisse-t-il vous aider aussi.»

André Maurois (1855-1967)

En fait cette pensée m’a aussi aidée à passer au-travers de cette semaine chargée en émotions…

J’imagine que vous vous en étiez doutés…

Mais tout ça fait maintenant parti du passé. Le temps poursuivra son inéluctable œuvre…

… Le temps et les pensées, n’en déplaisent à mon Ami qui les « aiment moins »… (lequel je remercie cependant pour la permission reçue de pouvoir utiliser sa jolie photo…)

photo: clin d'oeil sur Amos...

vendredi 10 décembre 2010

Ah! Ce que j'aimerais...


… ne vous laisser qu’une courte pensée… celle que ma Bonne Amie G, m’a soufflée entre les plumes, il y a un jour ou deux…

Mais je me retiendrai, ce jour à tout le moins, car je sais que, de mon lectorat masculin, il en est un qui n’en est plus capable… Pour lui ça revient tout le temps, plus ou moins, à la même chose…

Je dois avouer que pour une part, il n’a pas complètement tort… Mais quand il y en a qui se pointent juste au bon moment (des pensées, pas des hommes…)… difficile de résister…

Justement…

Ben non! Je résiste!…

Autre sujet…

… J’ai « skippé » le cinéma du jeudi soir! Trop de vent cette fois… Hum! La marche ne sera pas évidente, à moins 35 degrés au plus fort de l’hiver!

Brrr! Je sens déjà le froid glacer mes vieux os! Pourtant, je suis bien enroulée dans ma « doudou », qui n’attend constamment que moi et m’accueille les bras ouverts, pour me donner chaleur et réconfort!...

Beaucoup mieux que n’importe quoi… ou n’importe qui… enfin… presque…

Blague à part, j’ai pris plaisir à bousculer les petites accumulations de neige folle sur le bord de la route. Dans la noirceur, la blancheur de la neige donnait une lueur étrange à ma vie.

Comme une douce clairceur…

Oups! Ça n’existe pas ça, « clairceur »!... Bien sûr… une douce clarté… Ah! Voilà! C’est beaucoup mieux!

Et qui dit «clarté » dit « avancer »… Pour moi, plus question de reculer…

… devant rien, ni personne…

Promesse d’ange-aérien!...

photo: la neige au Nunavik, un 6 décembre...

jeudi 9 décembre 2010

Quelque chose comme...


C’était un matin tout doux, où le vent brillait par son absence et où la dernière étoile n’osait aller se coucher…

Elle m’a accompagnée…

Dans ma mitaine, je sentais les grains du petit chapelet blanc, trouvé dans les effets personnels de Maman Fitzsou, quand nous dûmes nous en séparer, il y a de cela un « million » d’années…

Il m’a apaisée…

Je priais pour mon Grand, ma Douceur ma Belle, Papa Fitzsou… Je priais aussi pour moi…

Ça m’a rassurée…

Tout à coup je pris conscience des mots que je psalmodiais chemin faisant…

« … comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé… »

J’ai senti un léger souffle… le vent, sûrement… à moins que ce ne soit... l'inspiration?...

Arrivée très tôt au bureau, j’ai enfilé la jupe aérienne que j’avais glissée dans mon sac à dos, en espérant qu’elle me donnerait des ailes pour la journée…

Ce qu’elle fit…

… elle et ces quelques mots griffonnés sur un bout de papier, laissé, comme abandonné au hasard de la vie « … comme nous pardonnons… »

Ce soir, quand je me suis installée au petit bureau pour écrire ce texte, j’ai lu la pensée du jour de mon agenda Zen :

« Le plus grand conquérant est celui qui sait vaincre sans bataille. »
Lao-Tseu

J'ai gagné...

photo: la Koksoak, après la bataille...

mercredi 8 décembre 2010

Il était deux fois...


… une gentille Dame, qui vivait sa vie, impassible, sans bruit ni passion de cœur.

Malheureuse elle n’était point. Incertaine de ce que lui réservait le Temps à venir, elle n’osait faire de projets à long terme et laissait les jours s’écouler, sereinement, à l’image du courant de la rivière…

Subitement, un beau jour, on vint troubler sa quiétude. Oh! Sans méchanceté, il va de soi… Mais tout de même...

Troubler…

Et de fil en aiguille, rapidement la gentille Dame se laissa emberlificoter dans une fiction abracadabrante, qui la laissa, à peine quelques mois plus tard, désillusionnée, et attristée…

Se demandant inlassablement, quel message elle devait tirer de cette équipée, ses nuits se transformèrent lentement, en nuits d’horreur, la figeant dans des insomnies, à défaut de trouver réponse à ses tourments…

Un fort sentiment d’avoir été trahie l’envahit…

Heureusement, elle en avait vu d’autres et sagement, elle décida de s’en remettre au Temps…

« Temps, dis-moi, combien de « temps » te prendra-t-il pour me remettre fonctionnelle?... »

Et le Temps de lui répondre :

« Il faudra le « temps » qu’il faudra. Quelques jours sans plus. Après tout, pourquoi passer autant de « temps » sur ce quelque « chose » d’aussi éphémère et illusoire que ce qui fut? »

Rassérénée, la gentille Dame repris tant bien que mal, sa petite vie tranquille. Elle ré-apprivoisa sa solitude et repris sa route, là où elle l’avait laissée.

Une bonne nuit, enfin, elle entendit le signal du train du sommeil. Il arrivait de loin, mais il arrivait…

Alors précipitamment, elle lança quelques bonheurs dans un baise-en-ville et quitta l’espace qui la gardait prisonnière de ses déboires.

À tire-d’aile, elle s’envola

Mais l’histoire ne dit pas, si cette nuit-là, elle trouva vraiment ce qu’elle espérait tant… la sérénité, dans le silence du moment…

photo : bataille sur les rives de la Koksoak…


mardi 7 décembre 2010

Pathétique...


… Après plusieurs semaines de grisaille, le soleil s’est montré le bout du nez.

Enfin!...

Et c’est par un heureux hasard, croyez-moi, que j’ai pu en profiter.

Quelle coïncidence! Mes batteries étaient tellement à plat, et avaient tant, cet urgent besoin d’être rechargées, qu’il me fallut marcher deux heures, directement branchée sur le courant de l’énergie solaire pour arriver à refaire le plein. Le temps d’atteindre la Marina (désertée) et d’en revenir.

Je me sentais l’âme d’une louve blessée et épuisée, cherchant une cache le temps de reprendre ses forces...

Bizarre de comparaison!

Pour la première fois à vie, j’avais ma musique au bout d’un petit MP-3, glissé dans les poches. Des notes plein les oreilles, mes pas ont scandé le rythme pendant le long parcours.

La Grande Muraille n’aura qu’à bien se tenir!!!

Chemin faisant, je regardais, pantoise, le défilement de la nature. Les quelques pauvres épinettes maigrichonnes, poussées aléatoirement, aux quatre coins du territoire, sur cette terre friponne, aspergée de pierrailles…

Cette terre qui devrait à ce temps-ci de l’année, être depuis longtemps recouverte de neige, et qui se présentait à moi, presque nue...

Alors que j’entends que l’Abitibi est ensevelie « sous un édredon tout blanc », le Nunavik tarde à se vêtir de sa fourrure d’ours polaire.

Le monde à l’envers!

Même les pistes de caribous fantômes, n’arrivaient pas à donner un air de Grand Nord à ce Kuujjuaq fuit par la neige…

Ne reste qu’à espérer que le temps sera fidèle à lui-même, et qu’il réparera ce traumatisme dans les jours à venir...

De toute façon, moi je m’en fous qu'il en tombe des centaines de centimètres: je n’aurai toujours que mes ailes à déneiger le matin!

lundi 6 décembre 2010

Piou, piou, piou...

La fin de semaine fut pénible. Trop d’émotions malaisées à décortiquer… Trop d’évènements qui auraient dû être, qui ne furent pas…

... Trop d’évènements qui ne devaient pas être, qui furent…

Enfin bref, ce fut très éprouvant pour moi, mais je suis toujours debout, à tenir le phare…

À mon réveil, le poids qui oppressait ma poitrine hier, avait disparu. C’est du passé. Je suis juste capable encore de situer précisément où il se trouvait… En fait l’inconfort s’est légèrement déplacé un peu plus bas…

Par chance, j’ai eu comme d’habitude, toute une équipe de Bonnes Samaritaines (s) et Amies (s) pour m’éclairer, me supporter…

Merci d’être là, autant que vous êtes… Disons que ce furent les « Bons moments » de mon « Mauvais week-end »…

Aujourd’hui est un nouveau jour, dans la même vie.

Par exemple…mon horoscope de dimanche sur MSN Astrologie… ( je sais, je sais que ce n’est pas la vraie vie… simple curiosité…)

« Il y a du changement dans l’air… Des évènements nouveaux qui pourraient vous entraîner vers d’autres horizons… Mais êtes-vous certaine de le souhaiter réellement? Ne vous êtes-vous pas habituée à une forme de confort ou de routine, qui dans le fond ne vous déplaît pas tant que ça? Pour vivre de nouvelles aventures, il faut être aventurière… Allez, madame, secouez-vous un peu! »

Tiens, tiens… est-ce que ça aurait un lien avec le fait que je ferai ce Défi humanitaire sur la Grande Muraille de Chine pour ramasser des dons pour Diabète Québec?

D’ailleurs je dois vous dire immensément MERCI encore une fois, à tous ceux et celles qui m’ont encouragée. Je trouve extraordinaire d’avoir déjà atteint 50% de NOTRE objectif… grâce à vous!

Allez hop, je dois m’envoler… J’ai comme une grosse semaine de travail de bureau qui n’attend que moi… Et les bouchons devront être de mise pour couper les bruits des Voisins de cubicule!!!!...

Sinon l’ange volera avec difficulté!…

dimanche 5 décembre 2010

J'ai lu un jour...



… chez Nanou la Terre (2010-05-16), ce proverbe, écrit par un Dominique…

« Il y a deux choses que l’on peut léguer à ses enfants : des racines et des ailes… »

… J’aime beaucoup…

… sans aucun autre commentaire…

Bon dimanche!...

samedi 4 décembre 2010

Comme un journal intime...


... J’ai passé la semaine à Kangirsuk… enfin, pour moi la semaine s’est arrêtée le jeudi… pas pour vrai… Juste pour le Nord…

Après moult embûches, j’ai livré, je crois, la marchandise. J’ai passé quelques subtils messages sur le diabète, la façon de le prévenir, de le contrôler…

Peut-être… j’ose espérer…

J’ai quitté Kuujjuaq par un beau lundi après-midi. Sans embûche, j’ai atterri à Kangirsuk, trois villages plus loin.

Mardi : rencontres avec les élèves du secondaire, tentant, tant bien que mal de leur faire comprendre l’importance de bien manger et de bien bouger, pour être en santé…

Mercredi : ma Conférencière est malade… j’assume seule les présentations… J’y arrive, même à la radio FM… les ondes … en anglais, s’il vous plaît… Pour moi en tout cas!

Oui je sais! Que fais-je ici sans être bilingue? Je me le demande moi aussi, chaque jour… Et chaque jour je me dis que je me débrouille somme toute, assez bien…

Alors pourquoi ne pas poursuivre, n’est-ce pas?...

Voilà… j’y suis, j’y reste… C’est tout! Et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas!...

Jeudi: c’est après trois heures de retard que je suis rentrée à bon « aéroport »…

Très heureuse de retrouver mon chez-nous… car ici, c’est maintenant, chez-moi… peu importe ce que l’on en dira!...

Foi d’ange-aérien!

Photo: encore cette luminosité... à Kangirsuk!


vendredi 3 décembre 2010

Lettre à mon Grand


« Vingt-quatre années déjà se sont écoulées depuis ta naissance.

Vingt-quatre belles années t’ont vu grandir, t’épanouir.

Vingt-quatre hivers ont défilé sous tes pieds, parfois chaussés de patins ou de planches à neige…

Vingt-quatre printemps t’ont offert leurs rivières calmes ou tumultueuses…

Vingt-quatre étés t’ont vu voler, explorer le ciel, défier les champs…

Vingt-quatre automnes t’ont vu courir les bois, tantôt seul, tantôt avec des amis, tantôt avec ton Père…

Vingt-quatre années te ramènent là où tu es, à étudier avec de grandes ambitions... à travailler pour subvenir à tes besoins…

Alors moi aujourd’hui, vingt-quatre fois je te souhaite la santé, la joie de vivre, le bonheur…

Que tous tes rêves, même les plus fous, se réalisent et te comblent. Que tes aspirations n’aient d’égales que l’Univers, rien de moins…

Je t’envoie du Grand Nord, le plus chaleureux des câlins, enrubanné de tout l’amour que je peux avoir pour toi…

Joyeux Anniversaire mon Grand!

Ta Mom xoxoxo »

photo: pour toi, la luminosité de Kangirsuk... en ce premier jour de décembre 2010...

jeudi 2 décembre 2010

Lever de soleil, prise 3...



"REGARDE TOUJOURS DANS LA DIRECTION DU SOLEIL LEVANT ET TU NE VERRAS JAMAIS L'OMBRE DERRIÈRE TOI"


proverbe Japonais

(... le bâtiment abrite la piscine municipale...)

mercredi 1 décembre 2010

L'autre versant...



... à peine quelques pieds plus loin...

La belle Kuujjuaq s'offre à moi sans autre façon...

novembre 2010

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue