dimanche 31 octobre 2010

Alfred Jarry a dit...

" Le courage est un état de calme et de tranquillité en présence d'un danger, état rigoureusement pareil à celui où l'on se trouve quand il n'y a pas de danger."

... le genre de truc qui nous donne des ailes au moment où on en a le plus besoin...

samedi 30 octobre 2010

Hervé Desbois a dit...

" Ne vous laissez pas emporter par la tempête. Restez calme."

Je suis certaine qu'Hervé ne connaissait pas l'ange-aérien "soupe au lait" que je connais...

vendredi 29 octobre 2010

David Baird a dit...

"Ne gaspillez pas trop de temps à vous en faire pour demain au point d'oublier aujourd'hui."

Wow! Comme j'aimerais me greffer ce dicton dans ma coloquinte emplumée une bonne fois pour toutes...

jeudi 28 octobre 2010

Lao-Tseu a dit...

"Paie le mal avec la justice, et la bonté avec la bonté."

Sans commentaire... vraiment, les batteries céphalique de votre "ange" sont en panne d'inspiration...

mercredi 27 octobre 2010

William Shakespeare a dit...

" On a encore jamais vu un philosophe qui sache endurer avec sérénité une rage de dents."

Qu'en est-il d'un dentiste??... Ciel! Je parie qu'il ne consulterait pas...

mardi 26 octobre 2010

Trois fois passera...


J’hésite…

Ça y est! Toutes les pièces du puzzle « Défi » sont maintenant en place… Je pourrais vous dévoiler ça, là, là…

Mais… j’hésite… Vraiment!...

Je voulais aussi vous parler de ce passage piétonnier qui a pris naissance aux côtés de « mon » pont! Les travaux sont presque terminés. Si j’avais vraiment été un bon reporteur, je vous aurais photographié l’évolution des travaux aujourd’hui…

Mais je ne le suis pas… en fait, je ne suis qu’humblement moi, « procrastinatrice », perfectionniste « butcheuse »… Et voilà que je m’envole pour 2 ½ semaines en plus…

Hum! Fais pitié l’ange-aérien!

Alors de la passerelle ou du Défi ou encore de mon absence pour les prochains jours… Que choisir?

Dire que je suis parfois de longues minutes devant mon écran bleuté avant d’oser y lancer quelques lettres qui deviendront mots d’où naîtront histoires, tristes ou gaies… Et que ce soir, tant de choix s’offrent à moi…

Hum! (bis…)

Je crois que pour le Défi, quitte à me pénaliser, je vais attendre au 8 novembre… J’ai déjà une idée pour vous présenter le tout…

Pour ce qui est de la passerelle, eh bien! Vous en aurez une partie ce soir, et l’autre… à mon retour!...

Quant à ma relative et prochaine absence, j’en ferai une réalité. Je ne sais ni quand ni comment j’aurai l’occasion de vous entretenir à nouveau. Je quitte Kuujjuaq demain pour assister au Congrès Diabète Québec à Québec. Mon vol me fera passer par Schefferville et on m’attend pour souper à Québec (YÉ!...)

Je reviendrai tranquillement pas vite avec la gang de Vald’Or-Malartic dans mon Abitibi natal, dimanche… Se succèderont une tonne et demie de rendez-vous de toutes sortes, entrecoupés de tendres câlins avec mon Grand, ma Douceur ma Belle, ma Meilleure Amie, ma Jeune Sœur Chérie, mes Amies…

Mon Méo et mon P’tit Bonheur…

Ainsi donc, pour les prochains jours, j’opterai pour plagier les pensées de mon agenda Zen 2010… J’ajouterai selon mon bon plaisir au gré des jours, des commentaires…

Et on se retrouve sinon, le 15 novembre!!!...

lundi 25 octobre 2010

Une Première...


N’est-ce pas que c’est beau? Oh! Ça aurait pu être encore plus romantique, plus « travaillée », plus songée comme photo, mais…

… c’est tout ce que j’ai pu me permettre après une autre saprée nuit d’insomnie qui a fini par me faire passer tout droit ce matin!

Pas de beaucoup, un retard d’une vingtaine de minutes… Disons que je me suis faite aller les ailes en grande vitesse!

J’avais déjà remarqué à 4 :00 ce matin, la lueur un peu spéciale sur laquelle jouaient les luminaires orangés…

Une sombre clarté…

Le sol était immaculé. Quelle beauté, après ces nombreuses semaines de poussière grisâtre (décidément, il existe vraiment une période annuelle « grisetounette » ici!)! Malheureusement, étant un peu plus tard qu’à l’habitude, ce ne sont pas mes pas qui ont foulé cette première neige. Déjà bien des traces la marquaient!

Mais enfin c’est lancé! Même si ce midi, tout était presque déjà fondu. Qu’à cela ne tienne : je sais que nous sommes plus près de la neige que de n’importe quoi d’autre.

Et moi l’hiver, ça me fait chaud au cœur!...

Bizarre non?...

dimanche 24 octobre 2010

Prions...


Wo, wo! On se calme! Je sais pertinemment bien que parler de religion est très délicat.

Je ne vous en ferai pas un sermon…

Mais voilà! Plusieurs d’entre vous, savez déjà que la spiritualité occupe une place particulière dans ma vie…

Pas exagérément, juste correct. Juste… ce dont j’ai besoin.

Je dois avouer bien humblement, que s’il n’y avait pas eu la Mission Catholique à mon arrivée à Kuujjuaq, vous n’auriez probablement jamais lu les 339 derniers billets…

En tout cas, ils n’auraient certainement pas eu le Nunavik comme trame de fond…

Ces derniers mois, j’ai boudé la Mission. Le besoin n’y était plus, simplement.

Et mes prières avaient pris d’autres formes, à d’autres endroits…

Mais ce matin, tout comme dimanche dernier, j’ai repris ma marche pieuse dominicale. À mon arrivée dans la petite chapelle portant le poids des années, j’ai ramassé par habitude le livret « Prions en Église ». J’aime y lire les objectifs-vie de la semaine…

Puis j’ai examiné le texte du début, ceux de la fin.

Quant tout à coup…

Photo : voilà ce que j’ai découvert à la page 29 de l’édition du 24 octobre!

C’est fou comme coïncidence, non?

En tout cas, ça m'a saisi les plumes des ailes! Et de coincer Kujjuaq entre Faaite et ce Bitam du Gabon.

Spécial non?...

samedi 23 octobre 2010

Planning



« Il y a un lieu en moi où je vis toute seule. C’est là que se renouvellent les sources qui ne se tarissent jamais ».
Pearl Buck

C’était bien la danse hier… Je suis embarquée sur la piste, y suis restée presque 1 ½ heure sans pause, sans autre intention que de laisser la musique circuler en moi, comme le faisait le sang dans mes veines… Les yeux fermés, avec de brefs coups d’œil à l’occasion pour m’assurer que mon espace était sécurisé…

La fatigue a eu raison de moi… Je suis rentrée, seule, en traînant mes pas sur l’asphalte ensablé, sous un voile de lune… et quelques étoiles…

C’est comme ça que ça peut se passer, un vendredi soir ici…

Ce matin, je nettoie mon « grand » 2 ½ ! Puis j’irai faire quelques heures au bureau, histoire de terminer l’étiquetage des nombreuses boîtes qui doivent s’envoler au-dessus du Nunavik pour atterrir dans chacune des 17 écoles parsemées sur le territoire.

Je compte être raisonnable et me garder du temps pour marcher jusqu’au radar, histoire de voir si les lacs n’auraient pas changé de place depuis la dernière fois (!), et histoire de poursuivre mon entraînement… vous savez… le Défi?...

Et si le cœur y est, je prévois finir par le cinéma… juste pour aller y voir Leonardo DiCaprio…

Et hop! Samedi sera passé! Me restera à attaquer Dimanche…

Mais demain est un autre jour… et une autre tranche de vie… Faut que j’apprenne à me calmer le pompon et à vivre le présent…

Hum, hum…

vendredi 22 octobre 2010

Je me dis...


… qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Non?...

Ce soir, pour la première fois depuis mon arrivée à Kuujjaq, je vais mettre les pieds au "Bar"… La place pour aller danser…

J’ai accepté, sans trop réfléchir, l’invitation de mon Jeune Voisin… Avec plusieurs autres Collègues, j’irai enfin, faire papillonner mes ailes au « Zoo » (nom que l’on donne à la place)!

Et pourquoi pas?

Après tout, ne suis-je pas depuis hier, vingt ans plus jeune?...

photo: découverte d'un petit rapide, en amont de la Koksoak, un beau samedi matin...


jeudi 21 octobre 2010

Badminton

Il y avait bien 20 ans que je n’y avais joué. La dernière fois, je m’étais infligée une vilaine blessure au genou, ce qui avait mis fin abruptement à ma carrière, déjà très peu florissante…

Mardi dernier, encouragée par deux Collègues nouvellement débarqués au Nunavik, et motivée par la présence d'un Ami d’Amos, je risquai enfin un pas dans le gymnase annexé au Forum.

Je crois que je suis tombée en amour : avec l’ambiance, les jeunes, le jeu, le plaisir...

Habituellement le jeudi, je priorise le cinéma. Mais ce soir, exceptionnellement, il n’y en avait pas. Alors…

… je suis retournée jouer!

Vraiment, je crois que j’ai rajeuni de vingt ans!

Ciel que ça fait du bien! Ça va me donner des ailes solides pour mon Défi.

En passant, je n’ai même pas eu le temps de retourner mon « questionnaire ». J’espère que ça ne retardera pas le dévoilement officiel!

p.s Meilleure Amie, mon Grand et Jeune Sœur Chérie, je me suis occupée d’entraîner « votre » partenaire le temps qu’il se trouvait ici ;-)


mercredi 20 octobre 2010

Enterrée...


... par l'ouvrage...

Sans autre commentaire pour ce soir!...

Oh! En passant, d'un coup d'aile...

"Si l'avenir vous inquiète, regardez ce que vous avez déjà accompli. Cela vous tranquillisera peut-être."
(Hervé Desbois)

Oh! Et puis c'est vrai...

... j'ai reçu aujourd'hui la trousse d'information pour le "Défi"... J'ai complété "le questionnaire", le faxerai demain...

Hum! Ça sent le dévoilement officiel pour bientôt!

Préparez-vous... au pire????...

mardi 19 octobre 2010

Il y a de l'espoir...


Les jours sont parfois plutôt gris de ce temps-là, dans l'un des petits appartements du « 290 »…

Le temps maussade suit l’humeur ou l’humeur suit le temps… Allez savoir…

Je traîne la patte, en fait j’en traîne même deux, c’est encore pire…

Mais ( car dans mes histoires, se glisse toujours à un moment ou à un autre un « mais » ) ce matin mes réflexions quotidiennes m’ont apporté un peu d’espoir, une lueur dans la grisaille…

Ça va comme suit (et c’est bon pour tout le monde…)

« Ce n’est pas parce qu’une chose était juste et correcte hier qu’elle l’est aujourd’hui. C’est pourquoi tu dois vivre un jour à la fois, et vivre pleinement dans le merveilleux éternel présent (ça, c’est du connu…); car lorsqu’il te sera possible de le faire sans réserves ni idées préconçues, tu pourras accepter le changement sans résistance et la vie coulera avec aisance et douceur ( ah ouin?).
C’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire, spécialement lorsque tu as senti que tout allait bien et que tu as enfoncé profondément tes racines, te sentant en sécurité dans ta situation présente.
Que ta sécurité soit en Moi et jamais dans une situation, un plan, une personne ou une chose; car ce qui est là aujourd’hui peut avoir disparu demain. Mais JE SUIS là de toute éternité. Donc, recherche-Moi, trouve-Moi, et ne crains rien.
Laisse les changements survenir, sache simplement que chacun d’eux sera pour le meilleur
(YOUPI!) et qu’il est nécessaire pour la croissance et l’expansion du tout. »*

Voilà… vous aurez compris que les mots entre parenthèses n’étaient pas dans le texte initial…

Bien sûr…

Cette lecture m’a permis d’entreprendre ma journée du bon pied, et bien m’en pris parce que…

… ça en a été toute une!!! Parole d’ange vanné!...

* La petite voix, méditations quotidiennes pour 2010. Caddy, Eileen, les Almaniaks.

photo: premier givre sur les berges du lac Stewart

lundi 18 octobre 2010

Bonne Fête mon Tendre Neveu...


Wow! Ne me demandez pas pourquoi… Ne me demandez pas d’expliquer, mais…

Déjà presque un an que j’ai quitté l’Abitibi pour un Nord encore plus Nordique. Voilà que je réalise ce soir, que trop peu de fois, j’ai pensé téléphoner à ce petit « grand » bout d’homme.

Aujourd’hui c’était jour de fête. Jour de SA fête!... Ses huit ans! Alors que je sirotais mon café ce matin, je lui adressai quelques lignes, vœux d’un Ange en exil, vœux puérils…

La journée se poussa sous son éternelle grisaille et n’osa que faire dégoûter un ciel encore plus morne…

Encore et encore…

Lorsque je m’extirpai du bureau à 16heures, je m’empressai d’enfourner mes deux brassées de vêtements, sans chicane, dans chacune leur machine… J’ouvris mon portable, curieuse d’y découvrir mes messages…

Victor m’avait répondu. Avant même de quitter pour son école… Un court message, charmant de simplicité, de spontanéité…

Poussée par ce même élan, je décrochai le combiné et signalai son numéro.

« Oui allo! »

« Léonie? »

« Oh!... »

Mon Énergique Filleule! Nous avons fait un brin de jasette. Elle m’a entretenue sur ses 6 ans, ses cours de gym et de piano…

« Est-ce que je peux parler à ton frère? »

« Viiiccctttooorrr… »

« Salut Victor! Comment vas-tu? Bon anniversaire… »

Bla bla bla...

« Hey! Je chausse des 4 d’adulte… »

« Ouh la la! Tes pieds sont maintenant plus longs que les miens. Tu es grand comment? »

« J’arrive au cou de ma Mère. »

« Tu dois être plus grand que moi alors… »

« Je suis sûrement plus grand que toi… »

Une demi-heure plus tard, nous mettions fin à la communication (non sans avoir parlé avant à ma Jeune Sœur Chérie).

Et c'est là que je me suis promis, de ne plus jamais laisser couler autant de temps entre les appels…

dimanche 17 octobre 2010

Ma Jumelle...


La semaine dernière, alors que je préparais mon souper pendant que la télé défilait les nouvelles du jour, j’entendis soudain des bribes de reportage concernant Marilyn Monroe.

Je ne m’intéressais pas outre mesure à ce qu’on disait jusqu’à ce que je lève les yeux juste à temps pour voir ces mots à l’écran :

« Alone, I’m alone, I’m always alone … »

Devenant plus attentive, je réalisai qu’on parlait du lancement d’un livre: « Fragments » Poèmes, écrits intimes, lettres de Marilyn Monroe.*

Bien sûr j’ai fait une courte recherche…

Ce qui me frappe c'est ce qu'on dit d’elle: qu'elle avait une « sensibilité exacerbée », qu’elle était souvent "mélancolique", qu'elle adorait lire et s'intéressait à la littérature.

... Que c’était un « être fragile en perpétuelle introspection et en permanente quête d’amour »…

Ciel que ça me ressemble ça!...

… « Alone, I’m alone, I’m always alone… »

Comme ça que je me sens...

J’ai tenté d’expliquer cet état d’âme à une Amie hier : peine perdue. Je n’arrivais pas à poser les bons mots sur les « comment je me sens »…

Comme si c’était quelque chose de coller en-dedans de moi, depuis tellement longtemps, que peu importe toutes les belles lignes de pensées, lignes de vie, techniques de croissance personnelle, de méditation, d’estime de soi : tout finit par me passer dix pieds par-dessus la tête…

L’automne? Due pour une pause? Je ne sais pas… Même l’écriture ne m’apporte plus autant de réconfort.

Enfin pas de ce temps-là…

Oh! Et pour en finir avec Marilyn, il y a vraiment un point que nous n’avions pas en commun : elle était blonde et jolie…

* édité par Bernard Comment et Stanley Buchthal et préfacé par Antonio Tabucchi, publié au Seuil

photo: L'ombre de moi-même sur les eaux du lac Stewart... pas ma meilleure mais je trouvais qu'elle imageait bien le billet...

samedi 16 octobre 2010

"Les Navajos...


… enseignent à leurs enfants que, chaque matin, quand le jour se lève, il y a un nouveau soleil flamboyant et neuf.

Il naît chaque matin, il vit une journée et disparaît chaque soir pour ne plus revenir.

Dès que les enfants sont en âge de comprendre, les adultes les emmènent à l’aube et disent :

« Le soleil ne possède qu’une journée, tu dois bien vivre cette journée pour qu’il n’ait pas gaspillé son temps précieux. »
Reconnaître que chaque jour est précieux est une bonne manière de vivre, d’entrer en contact avec notre joie fondamentale. »
Pema Chödrön

(Tiré du site de Marie-Pier Charron, Matins magiques, vendredi 15 octobre 2010)


Voilà! Pas très original pour un samedi où je pourrais prendre une partie de la journée pour cogiter sur un sujet et pondre un billet époustouflant!...

Mais si vous saviez l’heure qu’il est réellement… ce que j’ai fait de mon vendredi soir… vous comprendriez sûrement…

Le pire c’est que j’ai pour demain, le défi d’une longue expédition… en autant que le soleil daigne se montrer le bout du nez…

Je prévois partir très tôt, en vélo, avec dans mon baluchon, victuailles pour le dîner, que j’irai fort probablement déguster, au Repaire de l’Ange

Si je vais mon chemin, avec cahier d’écriture et crayon de plomb, je devrais faire long…

Enfin j’espère…

Et si par mégarde, quelques audacieux paysages osaient se pointer, certainement je les croquerai…

En partie pour vous… et pour pouvoir un jour, avoir la joie de me les rappeler…

photo: Akulivik, septembre 2010... ben non cé pas la même que celle du 9 septembre, il y a une nuance bleutée...

vendredi 15 octobre 2010

Insomnie


Elle est revenue me hanter, comme seul un fantôme sait si bien le faire. Depuis ces dernières semaines, Elle ne me laisse jamais en paix. Elle se cache là où je m’y en attends le moins, dans un recoin obscur de mes ténébreuses pensées…

Je m’applique à être à l’écoute de "ce" signal qui tarde toujours un peu. Quand je crois le ressentir et que je me précipite sous les draps, il me laisse me tourner et me retourner, encore et encore, me laissant pantelante et épuisée, non pas d’une torride nuit d’amour mais bien de ce sentiment de parfaite impuissance devant Elle…

Je me dis que je ne dois pas assez prendre l’air… Alors malgré le temps gris et plutôt frais, je vais tenter de reprendre le vélo, quelques fois par semaine à tout le moins…

Si ça ne suffit pas, alors… Rien, je ne sais pas… Damnée saison plate qui entraîne toujours ces états d’âme…

Heureusement, je profite toujours de quelques « Bons Moments » dans la journée. Tenez aujourd’hui par exemple, après le travail, réglée comme une automate, le jeudi je marche jusqu’à la poste et prolonge impunément ma marche bien au-delà…

Ce soir, dans mon casier, j’ai découvert deux missives : l’une de mon Jeune Notaire Retraité, l’autre de mon Amie A avec qui j’ai partagé plein de « Bons Moments » au Camp pour enfants diabétiques de l’est du Québec (CEDEQ) l’été dernier.

Si la carte postale d’Amie A m’a frappée de plein fouet par la ressemblance et le synchronisme avec lequel elle venait faire le lien avec mon billet d’hier, la carte du Jeune Notaire Retraité est venu me chercher par ses mots aux couleurs d’automne et de senteurs de campagne d’octobre…

Tout à coup, le voile déposé sur mes épaules ces derniers jours, s’est fait encore plus léger qu’une plume. C’est peu dire.

Alors… « Moi, mon « Bon Moment », c’est quand j’ai aperçu ces deux Cadeaux venus on ne peut plus directement du ciel… »

Et Dieu que ça m’a fait du bien!...

jeudi 14 octobre 2010

Ma préférée...


… celle que j’avais apportée avec moi, qui m’a suivie pendant un an, dans le fond de ma poche ou dans le creux de ma main. Celle que j’ai « barouettée » d’un bout à l’autre du Québec (indice…), de St-Mathieu d’Harricana à Kuujjuaq; d’Hopedale Labrador, à Halifax, de Québec à Montréal, Schefferville, Kuujjuaraapik, Puvirnituq, Aupaluk, Quaqtaq, Kangiqsujuaq, St-Jean-Port-Joli, Rivière-Ouelle, St-Sauveur…

… celle qui venait d’une plage de la Gaspésie, qui s’était laissée laver par l’Atlantique, qui s’était chargée de tout ce pouvoir conféré au Pierres à Vœux : énergie de la terre, de l’air, du feu et de l’eau…

… La polie, la plate, en forme de cœur brisé… À la cicatrice encore vive sur l’un de ses côtés…

ELLE A DISPARU!!!...

Je l’avais déposée dans la cavité d’une plus grosse Pierre, échouée sur le rivage, assez haut, eussè-je l’erreur de penser, pour ne pas que les marées l’emportent…

Il y avait bien des semaines que je n’avais pris la direction du chemin du Range. Ce soir, mue par un urgent besoin de libérer cette impression d’être un « signet coincé dans un bouquin de 500 pages au dénouement quotidien parfois triste, parfois heureux », j’enfourchai ma bicyclette et roulai vers la rivière…

Je retrouvai facilement l’ancre de ma Pierre à Vœux, mais Elle, n’y était plus… J’eus beau chercher, remuer le sable, tantôt tout près, tantôt éloignée…

Elle s’en est allée avec les marées. Je ne sais même pas si elle a dû lutter, ou si au premier coup de vent, elle fut emportée.

Je voulais la récupérer… Elle m’a joué un tour et m’a laissée en plan… Comme si blasée de mon vœu, elle avait voulu y mettre fin…

Pourtant, j’en aurais eu encore besoin…

Bon, j’imagine que si une fois de plus, je me secoue les plumes bien d’aplomb, je pourrai continuer à voler

Même sans « aile»!

Histoire à suivre…

mercredi 13 octobre 2010

À vous, dirais-je?...

Pendant que tombe la pluie et que grisonne le temps, quelque chose se fricote au « 290 »…

Après la période d’ébullition initiale, voilà que j’ai abaissé la chaleur et que je laisse mijoter le tout, lentement, à feu doux.

Bizarre de « comfort food » mais ça sent bon… le Défi!

Je n’ai pas oublié que je vous entraînais dans mon sillage… Certains d’entre vous, tentent de me soudoyer…

Peine perdue!

Les spéculations vont bon train… (devrais-je dire, « bon vol »?). M. Sobieraj a pensé à Compostelle, Zoreilles a parlé de croisière…

Hum!... Curieusement, l'un et l'autre, sans être dans le vrai, brûle un peu...

Je glisse vers vous quelques indices… Ce Défi, a rapport avec le mot « Québec »…

Voilà! Intéressant non?

Aujourd’hui j’ai donné un coup d’aile de plus dans l’avancement du projet. Je devais envoyer une photo (et oui!...), je ne vous dis pas de quoi ni de qui…

Mystère…

Si tout va comme je le prévois (et non pas à l’image de la journée d’hier…), je devrais être en mesure de vous dévoiler le tout d’ici la fin de semaine.

Ça vous irait?

Alors les paris sont ouverts… Tentez votre chance, on ne sait jamais.

Je pourrais bien avoir la folle idée de faire miroiter un prix mirobolant (peut-être pas non plus)…

Cependant je vous avertis : je ne tolèrerai aucun agiotage…

Tenez-vous le pour dit!

mardi 12 octobre 2010

Quaqtaq, un jour...

… Quaqtaq, toujours... sur liste d’attente!

Mésaventures vous dites?

Je me présente, on time at the airport, le vol est prévu à 14 :00. Il est 13 :00…

14 :00 : le vol est retardé à 17 :00. Nous aurons un avion spécialement pour nous, un Beech King Air… Température oblige…

17 :10 : l’avion est là… mais il y a trop de poids… car pour nous amener, comme il s’agit du vol d’Inujuak, ils doivent remplir les réservoirs à ras bord…

Exit les bagages… ou les passagers… Un premier Monsieur, devant les choix s’offrant à lui (et à nous…), se décline. Les choix sont :

- Soit on décolle et on tente de se rendre à Quaqtaq, mais on ne peut embarquer les bagages; ils arriveront demain;

- Soit on décolle mais on ne peut atterrir à Quaqtaq donc on doit se rendre à Iqualuit pour y passer la nuit (toujours sans bagage…);

- Soit on attend, mais pas à demain parce que le vol est déjà plein, donc à mercredi;

- Soit, en ce qui nous concerne, la Conférencière (arrivant de Puvirnituq) et moi, on part mercredi… on fait notre activité jusqu’à vendredi et là, Elle part vers Salluit pour y coucher une nuit car pas de vol vers Puvirnituq, et retour chez elle dimanche…

Je la laisse décider… et finalement, on annulera le tout…

Donc, adieu, non pas veaux, vaches, cochons, couvées, mais bien… activité à Quaqtaq! La ronde des annulations débutera sous peu : école, CLSC, FM, municipalité…

Et vous savez quoi?

Ben… cé ça… travailler au Nord!!!!...

Épilogue : Vous ne le croirez pas… Lorsque vint le temps de récupérer mes bagages… ils avaient égaré l’une de mes boîtes…

Où est-elle? Dans quel coin de la planète se trouve-t-elle?

Énigme… Le Bon Dieu l’sait, pis l’Diable s’en doute!...
Pis cé ça, travailler au Nord bon!...

lundi 11 octobre 2010

Pensée pour un lundi...

"Si tu dois vivre parmi le tumulte, ne lui livre jamais ton corps. Garde ton âme calme et retirée. C'est un sanctuaire où tu trouveras, quand tu le voudras, le bonheur."
Alexandra David-Neel

Je ne prends pas de chance... je ne suis jamais certaine de quoi sera fait demain... Donc ce soir, dimanche, j'écris pour demain, lundi...

Vous me suivez?

Le vol est prévu pour 14:00. Ça c'est si la conférencière, qui elle partait de Puvirnituq, aura réussi à s'envoler!

Je devrais avoir le temps de vous prendre quelques photos avant que ne tombe la noirceur...

Si à Quaqtaq, je me rends!...

dimanche 10 octobre 2010

10-10-10, 10:10... 10:10pm!

Je ne m’y étais pas vraiment arrêtée jusqu’à ce que la « speakerine » en parle…

J’ai suivi le décompte…

Quant est arrivée l’heure fatidique, j’ai fait un vœu : je savais qu’il y avait, à une multitude d’endroits différents, horloges, cadrans, montres, de tous genres tous acabits, qui se « fendaient » les aiguilles en deux, pour afficher dans un incroyable tic-tac top chrono, cette heure magique qui ne se reproduira encore qu’à deux occasions, dans toute l’histoire de l’humanité…

… TOUTE L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ!... Y pensez-vous?

À moins que dans 100 ans (ou avant!), on décide d’ajouter douze mois au douze existants, multipliant ainsi les possibilités…

À quoi nous servirait alors, d’avoir le mois de Jantropdeneige, Féedesamours, Marsquifond, Avrilquidégoûte, Maiquifleurit, Juinquiréchauffe, Juilletquiserepose, Aoûtquirécolte, Septembredespommes, Octobredechasse, Novembregris et Décembredescadeaux?

Dites le moi?...

Alors à part le 11-11-11, 11 :11, 11 :11pm et le 12-12-12, 12 :12… jamais plus nous n’aurons l’occasion de faire un vœu à mille vœux…

Dommage!...

Moi j’aurais bien aimé en profiter! Quoique si je suis honnête avec vous, je dois avouer qu’ici, il pleut des « cennes » de « luck » à plein ciel… Tellement que quand j’en trouve, je ne sais même plus quoi souhaiter…

Ou serait-ce que tous mes vœux ont déjà été réalisés et qu’il ne me reste plus qu’à…

… les vivre?...

Réflexion… que j’irai poursuivre à Quaqtaq à partir de demain! De retour jeudi, je ne vous promets pas que je pourrai être là, quotidiennement…

Mais je serai « là », ça c’est certain…

vendredi 8 octobre 2010

Pour une dernière fois...


... avant de m'envoler vers Quaqtaq, lundi prochain, une dernière photo de Kangirsuq! Vu cette fois, de l'extrême ouest du village...

« L’amour dont on a besoin n’est pas celui qui nous est donné… C’est celui qui est déjà à l’intérieur de nous et qui cherche à s’exprimer. »
Marie-Pier Charron

Il mouille des grenouilles ici ce soir. Et déjà il fait sombre... Ça sent l'automne à plein nez... et une fin de semaine de farniente bien méritée!...

jeudi 7 octobre 2010

AGM


Deux jours que ça devait durer… Ça m’inquiétait un peu…

En anglais en plus…

Je m’y suis présentée le premier matin, le sac à dos plein d’un courage, coincé entre mes sandales « chic-madame-urbaine » et un paquet de feuilles récupérées retenues par une pince noire…

J’étais fin prête!

« Ullakut! » « Ullatsiakut! » « Good morning! » « Welcome to the AGM »

Pardon? Ce que je faisais? Eh bien, l’hôtesse à l’accueil, ça me semble évident!

Non?...

J’ai adoré! Non… pas de faire l’hôtesse (quoique ce fut plus que très agréable de serrer la pince de tous ces gens, leur souhaitant la bienvenue avec le sourire…), non, plutôt d’entendre haut et fort, les besoins, les attentes, les inquiétudes, les questionnements de ces représentants des quatorze communautés, saupoudrées aux quatre vents, sur la grande région du Nunavik.

Je me sentais pour une rare et première fois, en vrai contact avec eux. Avec toute l’énergie de mon bilinguisme en devenir, j’ai cherché à comprendre l’ultime analogie des « cultures », et celle disant « que nous étions (Non-Inuit) les outils pour les menuisiers (Inuits) »*.

À l’issu de ces deux jours, j’ai repris le chemin du « 290 », les plumes gonflées, les ailes déployées…

« Prêts pas prêts… j’y vais! »

* paroles d’une Grande Dame du Nunavik rapportées dans l’une des présentations

photo: le "Town Hall" à l'entrée de Kuujjuaq, décembre 2009

mercredi 6 octobre 2010

Lu ce matin


Le matin, j’ouvre toujours brièvement mon portable, le temps de lire en rafale les blogs de Contes de Fée, Méli-mélo, Zoreilles, Nanou la Terre

Parfois j’ose aller fureter ailleurs… discrètement ou avec sparages… Mais sans plus…

Cette lecture succède à celle des messages (habituellement peu nombreux) qui ont atterri subrepticement dans ma boîte de réception pendant la nuit.

Mais toujours il y a celui de… http://www.matinmagique.com/ms1.html … et particulièrement en ce beau mercredi d’un gris duveteux, y traînait cette pensée « magique » :

« Quels que soient les défis que la vie vous oppose, rappelez-vous de regarder toujours le sommet de la montagne, car de cette façon, vous regarderez la grandeur. Souvenez-vous de cela, et ne laissez aucun problème, quelle que soit son importance, vous décourager ni vous distraire par plus petit que le sommet de la montagne.
C’est la seule pensée que je peux vous laisser. »

Alfonso Oriz

Non mais!… J’ai déjà dit et je continue à dire que, Marie Pier Charron a le don de lancer ses messages pour qu’ils viennent me frapper de plein fouet.

Quoique celui-là, je pourrais bien pour une fois, le partager amicalement avec ma Bonne Fée! Elle qui semble de plus en plus apprécier les ballades en montagne…

S’agira alors juste de ne pas en perdre, soit le Nord… ou le sentier!...

photo: communauté de Kangirsuk dans toute sa splendeur... et son étendue, septembre 2010

mardi 5 octobre 2010

"Jag Bog da, tak bedzie..."


... “À la grâce de Dieu”... … « As God wishes »… Saisissez-vous la portée de ces quelques expressions?

Ça y est! Je l’ai fait, et pas plus tard que ce matin! J’ai même reçu la confirmation de la réception de mon inscription

D’accord, je dois attendre encore avant de sauter trop haut ou trop loin, mais je sens qu’aujourd’hui, je suis passée à une autre étape.

Celle de l’action…

J’ai abandonné la couverture du Lonely Planet pour laisser voler mon esprit ludique de la Terre à la Lune… L’espace d’un moment, juste assez longtemps pour décrocher de mon rationnel et me lancer à l’aventure…

Rien n’est encore vraiment fait, loin de là. Il reste…

… plein de choses que je vous dévoilerai au fur et à mesure…

Je vous donne un indice : je me prépare à partir en voyage…

Où?

Quand?

Comment?

Pourquoi?

À suivre, bien sûr… Mais je vous assure…

… qu’aujourd’hui j’ai vraiment « pris la vie comme elle est venue »!...

Et ciel que ça m’a fait du bien!

"Si les anges volent c'est qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère"
Gilbert Keith Chesterton


lundi 4 octobre 2010

Prendre la vie comme elle vient...


La journée a débuté sous le vent et la pluie. Pas de gros froid, sinon j’aurais parlé de flocons…

… mais ils n’y sont pas encore… et de toute façon, quand ils viendront…

Je me suis présentée au bureau un peu fripée par une nuit écourtée et parsemée de réveils patibulaires…

J’ai pris la journée comme elle venait, c’est-à-dire…

… Très tôt, je me suis mise à courir dans les escaliers (le photocopieur sur l’étage étant hors d’usage et ayant une « tonne de copies » à faire...); je me suis envolée vers le deuxième…

Monte, descends, remonte, redescends, reremonte, reredescends

Pourtant, je m’étais levée avec la ferme résolution, de faxer en premier, l’inscription pour…

J’ai tout fait, sauf trouver le temps de le faire… Probablement, que j’ai pris le travail comme il est venu…

Dossier après dossier, tâche après tâche…

Quand je me suis assise pour commencer ce billet tout à l’heure, j’étais à court d’inspiration…

Mon regard a glissé une fois de plus sur la pensée du jour :

« Les résolutions sont comme les anguilles; on les prend aisément. Le diable est de les tenir. »
Alexandre Dumas, fils

Qu’est-ce qu’il était brillant cet Alexandre! Il avait compris lui, qu’il vaut toujours mieux d'essayer « de prendre la vie comme elle vient »…

Simplement…

photo: Kangirsuk qui prend la vie comme elle vient...

dimanche 3 octobre 2010

Nouveau mois...


… Je pourrais souhaiter un nouveau départ, un nouveau mois sous un nouveau jour, un dernier sprint vers un premier anniversaire…

Mais j’y reviendrai, chaque évènement en son temps…

Un dimanche gris, un peu triste, résolument sombre…
Pourtant, je me suis aérée l’esprit, plus que moins, en allant marcher « on the land », sautillant de pierre en pierre, évitant les trous humides, ne perdant pas de vue mes repères, qu’ils soient Inuksuit ou crucifères…

Jamais la pluie ne s’est mêlée aux vents présents…

Je crois que je suis bénie… du moins un tout petit peu…

Sac à dos au dos, je portais le poids des derniers jours… Pas un gros poids, quelque chose qui se porte bien… avec lequel on finit par s’accommoder…

En plus, il faut que je me pratique…

Je vous ai parlé il y a quelques semaines, d’un Défi que je voulais me lancer… J’ai complété ce jour, la feuille d’inscription… Je lance demain, ma « ligne à l’eau »… Enfin, je l’espère…

Dès que j’en aurai une nouvelle, je vous livre enfin mon secret, ce rêve fou, ce Défi… Et c’est là que vous pourrez m’aider à réaliser cette fanfaronnade (merci « Dictionnaire des synonymes Français « )…

Intrigués(es)?...

Je l’espère, parce que si je réussis à juste relever le Défi de « faxer » mon inscription, je n’ai pas fini de vous importuner avec…

Mais j’y reviendrai, chaque évènement en son temps…

D’autant plus important quand on a le vent continuellement dans les plumes comme moi!...

photo: la rivière Arnaud en colère... Kangirsuk, septembre 2010...

samedi 2 octobre 2010

Kangirsuk (suite)


« Chaque saison a sa place, et j’ai une place dans chaque saison. Peu importe la couleur du ciel ou de la terre, il y a toujours un endroit où je peux être bien et goûter le calme en paix. »

Hervé Desbois

vendredi 1 octobre 2010

Kangirsuk



« Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu ».
Confucius

Voilà une vue d’ensemble du village, du haut de mon promontoire. Là où j’ai failli m’envoler, portée par le vent…

Dans l'hôtel situé juste en-bas, presqu'au centre de la photo, j'ai rencontré deux hommes venant de Vald'Or... Travailleurs rattachés aux projets de réfection des logements, ils m'ont servi au déjeuner, une intéressante discussion sur l'euthanasie, la peine de mort et le remaniement du clergé...

Ouf! Pas reposant le domaine de la construction!...

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue