jeudi 30 septembre 2010

De retour...


Sûrement pas la première fois que j’utilise ce titre… Oh mais c’est vrai! Mon système me le dira dès les premières lettres…

Hum… C'est la première fois!...

Mon court séjour à Kangirsuk fut truffé de changements de programme : funérailles, organisations fermées, personnel malade…

Système D et allez hop! On s’adapte et on continue!

Je suis revenue fatiguée un brin… Et dire que les voyages forment la jeunesse! Mon œil! Ils accélèrent la vieillesse plutôt oui!

… C’est une farce… Vous savez bien que je n’en crois rien…

Juste que…

Bon... j’ai trouvé cette communauté, bien enchâssée parmi les blocs rocheux. D’ailleurs, j’ai osé affronter les vents déments pour escalader une partie de l’un d’eux… Le paysage me faisait penser à un site minier, ou encore, comme sur la photo, à un paysage lunaire, bien que je n’en aie jamais vu.

Bizarres tout de même, ces pierres effilochées…

Le village doit bien s’étendre sur plus de deux kilomètres, longeant les bords de la rivière Arnaud. J’étais découragée lorsque j’ai aperçu le bureau municipal, à mi-chemin d’une pente abrupte, complètement à l’extrême ouest.

Et ce vent à écorner les bœufs… Il en gonflait mes plumes au point que je me sente prête à m’envoler.

Ciel

Et comme d’habitude, la vie me surprit par ces rencontres extraordinaires que l’on peut faire lors de ces voyages…

Devinez…

mercredi 29 septembre 2010

Le camp...


Ma Douceur ma Belle et moi, possédons dans le fin fond des bois, ce charmant petit camp.

Refuge idéal contre les tempêtes de la vie, il y fait toujours chaud, car la chaleur humaine y règne en reine et maître.

À l’intérieur, entre en permanence, une lumière brillante, car seule la transparence est admise…

De ce temps-là, je m’en ennuie.

Je m'ennuie du crépitement du feu dans le poêle à bois, du léger suintement de vapeur de la bouilloire poser sur son dessus… De la musique du 99,5 de Radio-Canada qui égrène par intermittence et en sourdine, ces notes classiques…

L’odeur de pourriture automnale… les arbres dénudés… la rivière qui s’étire aussi loin que mon regard se porte…

Je ne garde que de bons souvenirs de tous ces moments passés en forêt…

Spécialement pour toi Zoreilles qui est présentement en vacances dans un environnement semblable, comme promis voici à quoi ressemble le camp de l’ange-aérien, ni plus ni moins…

… Quoi que si tu souhaites en voir plus que moins, j’avais déjà publié pour ma Bonne Fée, du 25 au 28 octobre 2009, quelques photos…

À chacune nos repaires…

mardi 28 septembre 2010

L'ange est absent...


Eh oui! Si tout s’est bien déroulé hier, je suis présentement à Kangirsuk… Mais je ne vous ai pas oublié… et pour vous, voici…

… Dimanche en descendant la côte du radar, mon regard a glissé sur ce paysage et sans trop savoir pourquoi, j’ai su que je devais le photographier…

Ce n’est ni un lever ni un coucher de soleil… Aucune brillance sur une partie d’eau… Aucune des couleurs de l’arc-en-ciel… Ni même le voile angélique d’une aurore boréale…

Juste…

Juste, ces rochers durs mais invitants… Ces broussailles ensoleillées par les humeurs de l’automne… Ces épinettes maigrichonnes, et ces mélèzes qui se jaunissent avant de s’éteindre pour l’hiver…

Et un horizon infini qui cogne les escarpements rocheux, très loin, de l’autre côté de la Koksoak…

Juste pour ça, je la partage avec vous… parce que vous êtes vous…

lundi 27 septembre 2010

En blocs prise 2...


Aujourd’hui lundi. D’habitude c’est ma journée souffre-douleur. Celle que j’aimerais voir terminée avant même qu’elle ne soit commencée…

Triste hein?

Je n’aimerais pas dans la vraie vie, être une « lundi ». Celle qui arriverait toujours trop vite, celle qu’on aimerait voir repartir aussitôt…

Mais voilà : pour fuir ce « lundi », je m’envole vers Kangirsuk jusqu’à mercredi.

Bien sûr dans mon « seul et unique » baluchon (gestion de bagages oblige, surtout si je veux avoir mes effets personnels avec moi…), reposera mon appareil photo. Première expédition dans cette communauté : soyez assurés que je vous rapporterai quelques souvenirs…

Pour tromper votre impatience, je vous laisse sur la suite et fin du billet « En blocs », publié le 20 septembre 2010

Sans plus de commentaire que celui-ci : les travaux sont terminés. Les deux côtés du pont présentent le même aspect. Je suppose qu’on reposera le prochain sur ces blocs géants…

Mais j’y pense! Aimeriez-vous une dernière photo du produit vraiment, vraiment fini?

D’accord alors! Mais ce sera vraiment la dernière… Après tout, je n’envisage pas de poursuivre plus longtemps ce travail d’ange-reporteur-aérien

dimanche 26 septembre 2010

"10 000 visages univers'elles"

Hier, samedi… 13 :30, à la Régie…

Là où j’étais… Une initiative de Collègue Ed…

De toute ma vie, je n’avais eu la chance de poser pour un vrai photographe… ni « une » d’ailleurs ! Maintenant, c’est fait. J’ai connu NathB, l’espace de quelques minutes, l’espace de deux clichés…

Amazing!

J’ai été fortement impressionnée par son charisme, son entrain, son sourire et … son talent! Vraiment! D’un bref coup d’œil, elle m’a indiqué la bonne posture à prendre, m’obligeant à tourner le regard du seul côté que je ne voulais pas…

Elle a eu raison, comme de raison…

Activité dans le cadre de la 3ième Marche Mondiale des femmes(MMF), j’ignorais tout de cette démarche avant de prendre connaissance de l’invitation du Collègue Ed. C’est de retour à l’appart, que je suis allée fureter sur le site www.10000visages.com et que j’ai appris que le projet se voulait une « union symbolique avec celles et ceux qui travaillent et luttent contre toute forme d’inégalité et de violence envers les femmes ».

Un rassemblement national aura lieu à Rimouski le 17 octobre 2010. Et « à Goma, capitale de la République démocratique du Congo, une mosaïque géante sera remise aux représentantes internationale de la MMF en signe de solidarité des femmes du Québec ».

Vous vous rendez compte? Le visage de votre « ange » flottera aux côtés de 9 999 autres, quelque part dans un pays d’Afrique…

De Kuujjuaq à Goma: faut le faire, non?...

p.s. Je vous invite à vous rendre vous aussi sur son site. Vous ne le regretterez pas.

samedi 25 septembre 2010

Juste parce que c'est beau, prise 2...


La nature morte c’est l’œuvre de ma Douceur ma Belle… Secondaire « quelque chose »…

Mon Grand en avait fait une semblable quelques années auparavant. Ça semblait être le projet d’une année « spécifique »…

Le tableau trône fièrement en plein centre de mon petit appartement...

... La première chose que les gens voient quand ils pénètrent l’antre de la « louve esseulée »…

… la principale toile qu’ils observent quand ils se vautrent sur le confortable canapé…

Les rares fois où je reçois des amis pour un souper, je dépose une nappe en fausse dentelle sur la longue table de bois blond…

Et je sors le vin… si j’en ai!... Pas n’importe lequel, une bonne bouteille… Je déteste les vins insipides, n’ayant pour seule raison d’être, que d’initier l’enivrement…

Cette photo est née d’un après-souper... Je la trouvais juste assez douce et aérienne pour être publiée…

Vous ne trouvez pas qu’il y a quelque chose d’angélique qui en exsude?...

p.s. je lève mon verre en souvenir des 44 années qu'à durer le mariage de mes parents... ce 25 septembre, ils en auraient fêté le 56ième anniversaire si Maman Fitzsou n'avait pas été si pressée de quitter le monde terrestre...

vendredi 24 septembre 2010

Juste parce que c'est beau...


" Traverse tranquillement le bruit et la fureur et n'oublie pas la paix que peut t'apporter le silence."

Helen Fielding


Souvenir d'une courte expédition sur le plateau, un soir de semaine...

Le soleil se préparait à aller se coucher... comme nous trainaillions sur les rochers...

Moment magique, bon moment...

... qui ne dure jamais plus qu'un court instant...



jeudi 23 septembre 2010

Bon voyage, mais...


À la poste hier midi, m’attendait mon nouveau passeport. Ce dernier sera valide jusqu’en septembre 2015…

Ouf! J’ignore où j’en serai à ce temps!...

« … Serai-je encore résidente de Kuujjuaq? Aurai-je déménagé mes pénates dans un autre village? Une autre région? Un autre pays?...

… Est-ce que mon Grand et ma Douceur ma Belle seront sur le marché du travail? Ou encore à l’Université?… Serai-je grand-maman pour quelques petits ou petites Prouts (es)?...

… Aurai-je retrouvé mon chien Méo et la chatte P’tit Bonheur?...

… Aurai-je visité la Toscane? Aurai-je été médité avec les Moines Tibétains? Aurai-je marché Compostel?...

… Est-ce que je travaillerai encore? En nursing? Comme libraire? Comme restauratrice? Comme tenancière… d’une Base d’hydravions?...

… Est-ce que je vivrai dans un loft? Ou dans un condo, dans une grande ville? Ou encore dans une maison de campagne nichée dans les Laurentides?...

… Est-ce que j’aurai une petite papeterie, rue Principale, à St-Sauveur? Ou si je m’amuserai à rénover de vieilles maisons pour les rendre « cosy » et confortables?...

… Est-ce que j’aurai rencontré l’homme de ma vie? Est-ce qu’il aura de larges épaules? Ou sera-t-il très grand et grisonnant?...

… Est-ce que je roulerai constamment à vélo? Ou en patins à roues alignées? Ou simplement j’irai à pied?…

… Dans cinq ans, aurai-je encore mes ailes?... »

mercredi 22 septembre 2010

C'est si simple dans le fond...


J’avais la tête gonflée de termes anglophones et l’amère impression de n’avoir rien compris…

Deux jours que ça dure, deux jours…

J’ai regagné mon "down town", le cœur prêt à éclater. Me suis arrêtée au petit dépanneur et là, là-là…

… il y avait un p’tit bout d’homme d’à peine 7-8 ans, qui s’apprêtait à placer des barres de chocolat sur les tablettes. Comme je m’adressais à lui, il tourna les talons et revint avec une Dame, que je présumai être sa Mère ou du moins un Être cher…

Je regardai cette belle Inuk et me sentis obligée de lui expliquer que ce soir, j’étais fatiguée et que je prendrais le plus mauvais souper que l’on puisse se permettre… Et sur le champ, je lui demandai un Miss Vickie’s* « vert » et un «bleu »… en lui précisant que j’accompagnerais le tout d’une liqueur (sans sucre tout de même!…)

Et cette Dame eut alors pour moi, le plus chaleureux, le plus affable des sourires qu’il m’ait été donné de recevoir en une fin de journée un peu moche…

Un des miracles de la vie… Le don de raviver une âme sans éclat par une simple contraction musculaire faciale…

Amazing!

À la maison, je me suis roulée en boule sur le divan, enroulée dans un jeté (il y a un problème avec le chauffage et la température n’est vraiment pas confortable à mon goût…).

C’est ainsi que je pus enfin, refermer mes ailes et lisser mes plumes, le temps que passe le temps…

*marque déposée de croustilles

mardi 21 septembre 2010

L'automne au Nunavik


Dites, il est arrivé chez-vous aussi, cet automne? Hier ou aujourd’hui? Quand j’étais jeune, nous changions de saison les 21… Maintenant c’est le 20!

Qu’importe après tout!... Moi je garde le 21!

Je me surprenais, il y a quelques jours, en échangeant avec un ami, à penser que je n’avais plus vraiment de but dans la vie, vous savez ce « pourquoi » on avance, ce « quelque chose » supposé nous mener quelque part…

Oh j’ai bien une ébauche de défi en tête!… Rien de concret à date, malgré mon souhait sincère d’aboutir enfin à une décision dans les prochaines semaines… Mais pas vraiment de but…

Je lisais ce matin, dans « La petite voix »*, combien « il est important dans la vie d’avoir un but et d’avancer sans cesse vers lui ».

Drôle de coïncidence!

Mais là, en ce matin ensoleillé, le premier de l’automne (!), je me questionne…

Pas facile de dire que tel ou tel point sera notre prochain but… Est-ce le temps qui nous y mène sans qu’on n’y prenne garde? J’ai des rêves, il est vrai, comme celui de poser ma tête sur une épaule solide, le temps qu’il faudra pour profiter du « temps qui passe »…

Mais bon, pour l’instant, les seules épaules solides à ma disposition sont les miennes!... Je dois donc faire avec…

La pensée du matin se poursuit par

« Tu ne peux jamais t’installer confortablement et être satisfait de toi-même (…). Tu cherches toujours à atteindre le barreau suivant sur l’échelle de la vie, et tu sais que chaque barreau te mène plus près du but; aussi éloigné puisse-t-il être.

Alors continue,
Ange-aérien*, encore et toujours, et n’abandonne jamais! »

* « La Petite voix », Méditations quotidiennes pour 2010, Eileen Caddy, Les Almaniaks
* non dans le texte original

lundi 20 septembre 2010

En blocs...


En Abitibi, j’avais un pont qui s’offrait à moi tous les matins de la semaine. C’était simple : malgré le fait que je demeurais à 10 kilomètres de la ville, j’arrivais plus tôt et je me stationnais à environ 10 à 15 minutes de marche du CLSC.

En optant pour la direction Est, je profitais des éclaboussures de soleil… La ville s’étendait calmement à mes pieds, telle un sujet devant sa Reine (le rôle de la Reine étant tenu par nulle autre que moi-même…)

Mais tout ça, j’ai déjà conté…

Ici à Kuujjuaq, lorsque je traverse le petit pont qui mène à la Régie, j’ai toujours une pensée pour le pont d’Amos, quoiqu’aucune comparaison ne soit à ce point, possible.

Vous en conviendrez…

L’autre jour, j’arrivai sur les abords du pont et remarquai d’immenses blocs de ciment. Des travailleurs préparaient le terrain pour la réfection de son tablier. Enfin, il me semble que c’est comme ça que l’on dit.

Imaginez : un jeu de blocs de construction géant, comme ceux de notre enfance (enfin de la mienne…).

J’étais subjuguée et évidemment, la fois suivante, mon appareil en main, je photographiai discrètement ces matériaux pour vous en faire profiter.

Peut-être est-ce ainsi que l’on fait pour tous les ponts, qu’ils soient Nordiques ou pas… Je l’ignore…

Mais je vous assure que je vous tiens au courant de ce « dossier », parole d’ange-reporteur-aérien!...

dimanche 19 septembre 2010

Solitude...


Je suis retournée sur la côte du radar en fin d’avant-midi. Toute seule…

Comme d’habitude… Par choix, évidemment…

J’ai marché en bravant le vent et la pluie qui s’acharnait à mouiller le bas de mon pantalon. Mais au moins, elle était là, elle…

J’ai gravi la montée sans problème…

Comme d’habitude… Avec le même temps top-chrono…

Arrivée en-haut, j’ai marché le plateau. Oh! Pas longtemps... Le temps de me trouver un immense rocher contre lequel me réfugier, à l’abri de ce vent du sud, qui m’amenait le fait que très bientôt, l’automne serait avec moi…

Lui aussi…

Je me suis arrêtée, le temps de laisser planer mon regard sur l’horizon. Pour faire changement, parce que de ce temps-là, je suis toujours, les yeux à terre, à la recherche de quelconques Pierres à Vœux…

Pas que j’en aie vraiment besoin… J’aime bien en offrir ou en laisser traîner ici et là… On ne sait jamais les petits bonheurs qu’elles pourraient apporter, ni à qui…

Lorsque j’ai repris le chemin du retour, j’ai eu cette vision d’un oiseau paniqué qui se cogne contre les murs de la pièce où il a pénétré par un carreau fracassé…

… son petit cœur qui bat à tout rompre, les plumes qui vibrionnent tout autour de lui…

Tout à coup j’ai compris que cet oiseau, c’était moi…

Qui tentait de mille et une façons d'échapper à une situation se voulant, sans véritable lendemain…

photo: la côte du radar... 25 minutes plus bas...

samedi 18 septembre 2010

Bla, bla, bla...


« Le courage, le vrai, ce n’est pas d’attendre avec calme l’événement; c’est de courir au devant, pour le connaître le plus tôt possible, et l’accepter.»
Roger Martin Du Gard

La semaine avait été plutôt chargée, pas difficile, juste chargée… Plusieurs dossiers, plusieurs programmes, à mener de front.

La rentrée oblige...

Je voulais aller prendre une bière au Lounge, à l’Auberge Kuujjuaq Inn. Après avoir tenté, sans succès, de me trouver quelqu’un pour m’accompagner, je décidai d'y faire un vol en solo.

Je savais que de toute façon j’y rencontrerais des visages connus. Ce qui immanquablement, arriva. Je m’assis à la seule place disponible à une table de six.

C’était correct. Je lampais ma bière par petites gorgées jusqu’à ce que je prenne conscience du bruit, de la musique, me ramenant des années en arrière…

Soudainement, je sus que ce n’était pas là ma place, pas ce soir...

Simplement…

Lorsque mes collègues se levèrent pour aller manger, je déclinai l’invitation. Je ressentais l’impérieux besoin de me retrouver seule avec moi-même.

Simplement…

« Can you take me home? For a little while. Can you bring a smile?... Can you take me home? I wasn’t that prepare... To tell the truth, I’m scared of myself...”
Ian Kelly

photo: Notion d'infini... la queue d'une Amie en plus!...


vendredi 17 septembre 2010

Oh! Un anniversaire?...


Vous allez penser que je radote, que je ne me souviens pas d’avoir souhaité un joyeux anniversaire à mon Jeune Frérot le 4, ou encore à ma Jeune Sœur Chérie le 14…

Serais-je à ce point perturbée?...

Mais non voyons! D’une famille de cinq enfants, trois ont eu la merveilleuse idée de naître en septembre. Ça aide pour l’achat des cartes (au lieu d’une seule, j’en ramasse trois…) et je me tiens sur mes gardes jusqu’à dépassée la mi-septembre, de peur que la « journée » de l’un des trois ne m’échappent.

Fiou! Cette année, c’est réussi!

Aujourd’hui, c’est le tour de ma Meilleure Amie. Alors à toi, que cette fin de journée entraîne avec elle la plus douce folie que tes « jeunes années » peuvent te permettre de recevoir.

Je t’envoie une brassée de bisous frisquets et un immense câlin.

Oh mais j’y pense! J’ai un autre anniversaire à célébrer : aujourd’hui, il y a quinze ans, je vivais ma première journée sans fumée après vingt ans d’addiction.

Le temps s'envole rapidement!

Alors pour nous deux, je joins à ce billet la jumelle de la photo publiée mercredi…

Parce que je la trouve jolie ( à notre image quoi!...) et que…

… nous le méritons bien!...

BONNE FÊTE À TOI, MA MEILLEURE AMIE! xoxoxo

jeudi 16 septembre 2010

"Bonne nuit, beaux rêves..."



Voilà les quatre mots que je viens à peine d’écrire à ma Bonne Fée… Je me sens fatiguée mais je souhaite tout de même vous lancer ces quelques lignes, juste avant de me laisser tomber dans les bras de…

Comme à chaque jeudi, je reviens du cinéma. Ce soir, on y jouait « Robin Hood ». La vraie histoire… J’ai bien aimé… mais je n’ai toujours décrypté que très peu, la langue de Shakespeare…

Hum! Tant pis! J’ai au moins profité des prises de vue!

Pour une rare fois ce soir, j’étais accompagnée… Un Gentil Monsieur, venu passer la semaine à Kuujjuaq pour le travail. Depuis dix-neuf ans, ce dernier quitte Amos avec la régularité d’un métronome, pour atterrir ici toujours que pour quelques jours.

Moi qui croyais qu’il connaissait tout de la place. Mais non! La dernière fois qu’il est venu, j’ai réussi à l’initier à l’escalade du Mont-Everest de la Côte du Radar.

Et ce soir, ce fut son baptême de cinéma Kuujjuamiuq. En retour, j’ai donc eu droit à plusieurs moments de traduction simultanée. Ce qui m’a aidé à suivre le déroulement du film.

Alors à toi, Gentil Monsieur, je dis merci pour les bons moments passés cette semaine.

Et ne te gêne surtout pas pour me faire signe lorsque ton avion se posera à nouveau dans mon patelin.

n.b. photo: la Côte du radar, vu d'en-bas, du côté du Lac Stewart

mercredi 15 septembre 2010

Aménagement paysager Nordique...


L’automne, oui... l’automne, est presque aux portes du Nord.

Presque…

Ce matin encore, je portais jupe-sans collant, coupe-vent léger, pour parcourir les quelques petites dix minutes de marche, séparant le « 290 » de l’établissement de la Régie…

N’ai même pas eu froid…

Ce soir, j’ai enfourché mon vélo aussitôt revenue du travail. Le ciel hésitait entre laisser percer les rayons du soleil ou tirer la couverte grise des nuages. Mais moi, j’avais besoin de sentir l’air frais du Nord sur mon visage et voir…

Je ne cherchais rien de précis, mais j’avais glissé mon appareil photo dans mon sac à dos. Il y avait longtemps que je négligeais de l’apporter, mais ce soir j’en eus l’irrépressible envie…

Je n’espérais rien d’éclatant, je voulais avant tout, m’aérer la coloquinte et une bonne fois pour toutes, respirer à fond…

Je n’aurais jamais pensé que ce serait comme ça, si tant pareil à…

Ça sent l’automne dans le petit chemin qui mène au lac Stewart! Et ici l’automne, il sent la même chose qu’en Abitibi…

Amazing!...

C’est parce que j’avais vu la végétation s’habiller d’orangés, de rouges et de jaunes, que j’ai forcé sur l’expédition-photo en fin de journée. Je pensais à vous, à ce que vos yeux voulaient découvrir des alentours de ce petit village qu’est Kuujjuaq…

Et j’ai pensé que vous présenter un « aménagement fait par la nature » vous comblerait...

Est-ce que l’ange a eu raison?...

p.s. sous le rouge se cachent les canneberges nordiques...

mardi 14 septembre 2010

C'est la fête de...


… ma Jeune Sœur Chérie!

Je t’envoie en mode express, tout l’amour que je te porte…

Je te le souffle sur les oscillantes ondulations d’une verte aurore boréale, afin que tel une plume, il caresse ta vie, l’allège et la remplisse de folies et de mystères…

Pour toi, j’ai photographié cette superbe sculpture à Akulivik… Elle trône devant l’entrée de l’école…

J’aurais bien aimé te l’apporter mais…

… il n’y avait pas de place dans l’avion!...

Passe une très belle soirée!


Je t’aime gros comme d’ici à… Vassan!... xoxo

lundi 13 septembre 2010

Mordre dedans?... Vraiment?...


Il y a plusieurs façons de croquer une pomme : on plonge dents premières, en plein centre ou on en prend une petite bouchée sur le côté. On mord de gauche à droite ou de droite à gauche…

C’est selon…

Généralement on termine par le cœur en le jetant. Certains le déglutissent tout simplement.

Comme moi je fais…

Hier midi, installée sur cette pente rocheuse, le nez au vent, regard posé à l’horizon, j’eus soudain cette analogie, de la pomme et de la vie…

Je me disais que j’étais, dans le moment présent, à mordre dans ma vie, en faisant ce que j’aimais le plus, c’est-à-dire en vivant ma solitude en pleine nature et en laissant mûrir mes idées folles, qu’elles soient au niveau personnel ou professionnel.

Et comme on mange la pomme, on peut dévorer notre vie tout d’une traite, ou en laisser une bonne partie avec le cœur…

Quand on y pense, le cœur de la pomme, le cœur de la vie, c’est le début et la fin tout à la fois. Là où tout commence et là où tout se termine…

Et je peux décider de grignoter la pomme parce que je dois me nourrir, mais je peux aussi décider de profiter de chaque bouchée, de chaque morceau et de déguster en mastiquant lentement…

N’y a-t-il que les anges pour se préoccuper ainsi de ce que manger une pauvre pomme peut représenter?

Quand on dit qu’avec moi, rien n’est jamais simple!...

dimanche 12 septembre 2010

Lu jeudi le 9...


« Est-ce que ta vie se déroule bien? Es-tu content de ce que tu fais? Te sens-tu en paix avec le monde, ou bien ta vie est-elle pleine de hauts et de bas?

Es-tu insatisfait de la façon dont tu vis ou du travail que tu fais? Trouves-tu difficile de t’harmoniser avec les âmes autour de toi? Accuses-tu de ton mécontentement et de ton insatisfaction les gens que tu côtoies, les circonstances et ta situation?

As-tu l’impression que si tu étais ailleurs, tout serait bien et que tu serais en paix?

Lorsque tu es parfaitement en paix en toi, peu importe où tu es, avec qui tu es, ou bien quel travail très ordinaire ou très terre à terre tu fais. Rien ne pourra te troubler ou te déséquilibrer, parce que tu seras parfaitement en équilibre et en harmonie en toi.

Au lieu de te battre contre les circonstances de ta vie, apprends à couler avec elles et ainsi à trouver au fond de toi cette paix et cette compréhension profondes… »

Eileen Caddy, « La Petite Voix », Méditations quotidiennes pour 2010, Les Almaniacks.

WOW!...

Quand j’ai lu ça, j’ai tout de suite su que je le partagerais avec vous… Je voulais que vous en profitiez aussi.Mais surtout, de façon très égoïste, je l'ai retranscrit principalement, pour moi, pour que ça s’imprime dans mon subconscient et que ça m'enveloppe de « zénitude »…

… Et pour tous ceux et celles que j’aime "plus que tout au monde" et à qui je désire passer le message…

Que s’envolent vers vous, ces mots doux mais chargés de sens…

p.s. photo: Inukjuak, un certain début d'après-midi...

samedi 11 septembre 2010

Du 6 au 10...


Je reviens sur terre. Enfin, dans l’instant présent. Je vous donne des nouvelles de ma semaine : il a fait un temps superbe, j’ai marché et fait du vélo tout mon saoul. Je suis allée à la Base d’hydravions, mais n’ai point fait de rencontre extra-sensationnelle.

Dommage…

Quoique…

Jeudi, une chienne amaigrie et rongée par la peur m’a escortée sur presque 5 kilomètres. Je lui parlais pour la rassurer. J’accordais mes coups de pédale à sa langue pendante...

Elle m’abandonna sur le trajet du retour, au moment même où je me questionnais sur ce que je ferais avec elle si elle me suivait jusqu’au « 290 »…

Ce fut vis-à-vis un site de chiens de traîneaux et lorsqu’elle réalisa que l’un d’eux, en liberté, montait la garde, qu’elle rebroussa chemin, soulevant un fin nuage de poussière derrière sa solitude…

Sans savoir pourquoi, je me suis sentie un peu comme elle… Mais bon, pas de mélodrame ce soir…

... J’ai repris mes soirées cinéma... Ce jeudi, à l'affiche, un film de Walt Disney : « Prince of Persia, The Sands of Time » avec le beau, que dis-je, le très beau Jake Gyllenhaal.

D’accord… pas pour moi… Pardon?... Pourquoi?...

Ben voyons! Beaucoup trop jeune! Il n’aurait aucune chance avec moi! Je les aime plus vieux, c’est tout!

… Bon… J’avoue que s’il me lâchait un coup de fil, je dirais peeeuut-être oui… pour un café au lait!...

Que voulez-vous, à chaque ange, son caprice!

photo: chien en attente de l'hiver, à Akulivik

vendredi 10 septembre 2010

Finalement...


… J’ai retrouvé l’espace d’un instant, mon sac à dos à PUV… Mais comme nous repartions « tous les deux » pour Akulivik en fin pm, je pris mon mal en patience…

Simplement…

Je dus contacter les personnes que je devais rencontrer à partir de 13 :00, pour les reporter plus tard, à mon arrivée… prévue vers 15:45...

Je fis en deux heures, ce que j’avais planifié faire en quatre parce qu’impossible de le faire en huit…

Vous me suivez toujours?...

J’en suis à me demander ce qui me vaut un tel karma…

Akulivik-PUV; PUV-Inukjuak; InukjuakKuujjuaq...

Je viens d’embarquer dans le King Air… Je prends le dernier banc à l’arrière et me mets à chercher du regard mon sac à dos « vert » derrière le filet retenant les bagages…

Je ne le vois pas… Je ne panique pas… Je reste bien calme… Mais…

… aussitôt que le co-pilote s’approche je l’apostrophe…

« Je ne vois pas mon sac… »

« Nous allons vérifier… Euh… Il n’y est pas?... »

BEN NON TOI… IL N’Y EST PAS!!!...

C’est le commandant qui débarqua pour aller appeler (c’était le même équipage que mardi…)

Plus tard... « Il est resté à PUV. Tu l’auras demain… »

Épilogue : … Je l’ai récupéré ce lundi, 6 septembre! Fin de l’aventure!

Prochaine sortie prévue: fin septembre!... Adviendra que pourra!

n.b. Un joyeux anniversaire à toi, ma Cousine H....Que plein de joies et de bonheurs, petits et grands, t'accompagnent tout au long de la prochaine année... Amicalement... xoxo

p.s. vue sur Akulivik et sa mer...


jeudi 9 septembre 2010

Sur une tablette...



… de la bibliothèque au salon, le mot « FAITH »…

Ça signifie « CONFIANCE » ça non?... En tout cas, c’est la définition que je lui ai donné, dans ce Nord du Nord…

(… là-là… ben je dois vous avouer que je vous en passe une p’tite vite… parce qu’en réalité, je croyais que ça signifiait « ESPOIR »… mais comme je n’avais rien pour valider, ce n’est que ce soir que j’ai vérifié dans le dictionnaire, j’avoue, je suis déçue de mes performances linguistiques… mais pas de ma franchise (!)… »

… et ça me permit d’espérer une fin de voyage plus calme…

Jeudi matin, 2 septembre…

Moses se trouve sur mon parcours de vol… Je dois compléter un constat de perte de bagage. Je m’étais préparée en écrivant rapidement la veille, sur une page de cahier ligné, les circonstances de la "disparition" de mes effets personnels…

Moses parle français, avec un charmant accent. Il me dit : « Je vais appeler à PUV… »

À peine quelques minutes plus tard, il revint en disant bien fort : « Je l’ai trouvé! »

Soupir de soulagement, moment de panique… Je décolle dans une heure pour Akulivik…

« Tu veux que je te le fasse envoyer là-bas? »

« Bien oui, comme ça si la température ne me permet pas de retourner à Kuujjuaq vendredi, j’aurai au moins mes effets… » Tout s’arrange…

Toujours jeudi, toujours le 2 septembre, mais cette fois... 11 :00 am...

… en plein vol, on nous annonce qu’on ne peut se poser à Akulivik à cause du mauvais fonctionnement de l’un des instruments de l'appareil… Alors direction PUV…

Ce n’est pas vrai!…

p.s. fin de coucher de soleil sur la mer intérieure à Akulivik


mercredi 8 septembre 2010

Retour en arrière...


… après avoir constaté que je n’avais pas de bagage à Ivujivik, je devais afficher l’air d’une «Pauvre P’tite M’dame qui s’inquiète tout court » car un gentil « Pierre » s’informa si j’allais à l’hôtel de la place…

Devant ma réponse affirmative, il m’indiqua une vieille guimbarde bleu bossée et défraîchie, d’où descendaient et remontaient par la porte du passager, deux jeunots à peine âgés de vingt ans…

« Ils vont vous y amener » me dit « Ange Pierre ». Et d’ajouter : « Mais comment allez-vous y entrer?... La responsable prend l’avion à l’instant! »

Et d’un pas de course il se faufila dans la minuscule aérogare et engagea la conversation avec, ce qui me sembla pertinemment, la gérante.

Animé, il revint vers moi et me demanda si j’avais un crayon. Il griffonna rapidement quelques chiffres sur un feuillet qui traînait là.

« Comme ça tu pourras ouvrir la porte extérieure… »

Et l’appel retentit. On venait d’appeler son vol vers Salluit… Il fut englouti parmi les autres passagers…

Il venait de quitter ma vie…

… À mon arrivée à l’hôtel, personne pour me donner une chambre… C’est un « Ange-Dentiste », de passage dans la communauté, qui m’offrit gentiment la sienne, car il quittait pour aller habiter ce que l’on appelle ici un « transit » ou appartement pour les gens qui justement, ne font que passer…

J’avais la chambre, mais pas de draps propres ni serviettes… C’est alors qu’un Carl se métamorphosa lui aussi en « Ange » et me dégota tout ce qu’il me fallait pour passer la nuit…

Bonne nuit, beaux rêves! comme on dit... et l'histoire n'est même pas terminée...

photo: l'océan Artique, sous les rafales de vent

mardi 7 septembre 2010

La plate-forme...


… propulsée par un petit tracteur se mit à reculer… « Ils vont le charger (mon sac à dos...) dans le Dash-8 avec les bagages restants …»

... J’en suis certaine… enfin...

Un peu plus tard…

17h01 – Arrivée à Ivujivik...

Le soleil brille, l’air est frais, le vent expire fort et se fait violence… Le paysage est extraordinairement beau, à couper le souffle…

Des escarpements rocheux, rouillés par l’eau salée, une île, immense, hante l’horizon, les moutons sautent d’une crête de vague à l’autre…

Je suis attablée à une table de l’hôtel de la place. Ce soir (sans le savoir encore), je dormirai dans la demeure se situant le plus au Nord du Québec…

Il y a là, quelque chose d’amusant, voir, d’insolite…

Je déglutis la dernière bouchée du « Chili Chunky épicé »mc… Disons que… oh! et puis rien!... Du yogourt en tubes et un mélange de fruits congelés (!) complètent mon frugal repas…

… Car mon sac à dos n’a pas suivi!

... Donc pour la modique somme de $104.00, j’ai de quoi manger pour les trois prochains repas, une paire de petite culotte, du savon, une brosse à cheveux, du déodorant, PAS de brosse ni pâte à dents (j’étais certaine d’en avoir dans mon petit sac à dos…) et une boîte de Pringles 25% moins de gras (!)…

Ben quoi?...

Qu’on ne vienne pas me dire que je suis capricieuse, parce qu’en plus…

p.s. Voilà la vue que vous avez lorsque vous vous trouvez à l'extrême Nord du Québec! Vous pouvez presque vous imaginer avoir touché l'eau... moi je l'ai réellement fait!... Sans rancune... Photo de l'océan Artique à Ivujivik

lundi 6 septembre 2010

Ivujivik, 31 août 2010


Aurais-je anticipé mes déconvenues? Pourtant j’avais, comme à l’habitude, chuchoté une courte prière avant chaque décollage, sans oublier de remercier à chaque atterrissage

Kuujjuaq-Inukjuak; Inukjuak-Puvirnituq; Puvirnituq-Akulivik; Akulivik-Ivujivik…

Et pourtant…

La première partie de l’itinéraire cumulait déjà trente minutes de retard. Je m’inquiétais pour mon transfert à Puvirnituq (PUV), pour lequel je n’avais que quinze minutes...

J’en glissai un mot au Commandant à Inukjuak : « Je vais appeler » me répondit-il.

À l’embarquement, il me rassura : « Ils vont vous attendre ».

« Merci… »...

15 :30 PUV : c’est la pagaille dans l’aérogare. Des gens partout, des aéronefs éparpillés sur le tarmac… Encore une fois, je me tracasse…

Pour mon sac à dos, cette fois… Il doit faire le saut du King-Air au Dash-8… Pas évident quand on est qu’un morceau de toile…

Je m’en informe au co-pilote qui me lance son sourire à la « Pauvre P’tite M’dame qui s’inquiète pour rien »…

« Ben oui il va suivre… »

Je veux bien le croire…

Avais-je le choix?

On apporte les bagages pour le convoyeur… Je « l’ »aperçois… Je me dis que je n’aurai qu’à le ramasser et le ré-enregistrer pour qu’il continue sa route…

Quant tout à coup…


dimanche 5 septembre 2010

Dimanche, 5 septembre...


« … La vie peut nous étourdir et nous faire oublier les autres paysages de notre quotidien. Laissons-la rouler sans nous de temps en temps. Le monde n’arrêtera pas de tourner pour autant… »
Hervé Desbois


... une longue semaine d'absence... je reprendrai ma plume demain et vous raconterai le Nord...

n. b. Les pensées du 31 août au 5 septembre sont tirées de l’Agenda Zen 2010, Modus Vivendi

samedi 4 septembre 2010

Samedi, 4 septembre...



Bonne fête à toi Jeune Frérot…

Que la prochaine année ne t’apporte que joies et bonheurs…

Bon vol… xoxo

vendredi 3 septembre 2010

Vendredi, 3 septembre...


« … Nous devons être conscients des étapes de notre vie et les accepter pour ce qu’elles sont : le passé ne peut être réécrit mais l’avenir est entièrement à faire…»

Hervé Desbois

... si vous saviez les étapes utilisées pour la rédaction de ces écrits afin de ne pas couper les parutions quotidiennes... De quoi en perdre toutes mes plumes!!...

En fouillant dans mes photos, j'ai mis la main sur celle-ci...

... Le chez-nous de St-Mathieu d'Harricana...

... Aurai-je un jour à faire un choix?...

jeudi 2 septembre 2010

Jeudi, 2 septembre...



« … Aujourd’hui j’apprends la gymnastique de la langue et de l’esprit. Le sage ne parle ni ne se tait inutilement… »

Hervé Desbois

... et probablement qu'en ce jour, votre "Ange" ressent la fatigue de son manque de bilinguisme!

Mais si Jeudi est terminé, ça signifie que le plus gros de mon défi linguistique est réalisé!...

mercredi 1 septembre 2010

Mercredi, 1er septembre...



« … Pour qu’il y ait la paix sur la terre, il faudra que tous les êtres soient intérieurement en paix… »

Claude Chénier



... et moi la paix, je la retrouve en pleine nature, quand je replie mes ailes, l'espace d'un soupir...

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue