mardi 31 août 2010

Mardi, 31 août...



« … La sérénité est un état de bien-être intégral, un état de légèreté et d’amour total où la vie brille de tous ses feux... »

Hervé Desbois

... aussi légère que les plumes d'un Ange...




lundi 30 août 2010

Encore...


… un voyage… un éloignement prévu, voulu, nécessaire, au Nord du Moyen Nord, au Sud du Grand Nord…

Demain, je m’envole vers Ivujivik, j’y passerai une infime partie de ma vie (du moins jusqu’à jeudi matin…) pour ensuite m’ « aéroporter » à Akulivik, communauté voisine…

Il se peut que les ondes « bloguiques » soient brouillées voir, interrompues pour les prochains jours… Pour une rare fois, je partirai sans portable…

Aussi…

… ai-je prévu quelques pensées à l’avance… Vous saurez que ce ne sera pas mon quotidien… Si je le peux, je serai avec vous… Sinon, ce sera partie remise…

Dans mon sac à dos, je vous rapporterai, des dizaines de photos… Promis...

... Cependant, même en fin de semaine, ne m’attendez guère… Il y a de fortes possibilités que mon silence se prolonge…

N’en soyez pas inquiets… ce sera une absence motivée…

… du moins dans mon « livre de vol » à moi!!…

n.b. photographie du cockpit du Turbo-Otter lors de mon vol du 24 août dernier...

dimanche 29 août 2010

Je me disais aussi...

… que si je ne bougeais pas, que je n’aurais rien à raconter…

Comment prendre une page 8 ½ X 11 pour raconter que l’on n’a rien à dire… ou pour dire que l’on n’a rien à raconter?...

… Qu’il ne se passe rien de spécial dans notre vie… ou que notre vie n’a rien de spéciale?...
Ben voyons… je l’ai déjà fait! … mais suis trop paresseuse (et probablement trop mal organisée…) pour retourner en arrière pour vous le mettre en surbrillance…

Désolée…

Ça c’était hier… et curieusement, j’ai fini par bouger… Bouger tellement que j’en ai eu pour une bonne page à vous raconter…

Mais qu’en est-il d’aujourd’hui?...

Aujourd’hui, mon bon moment c’est

… ce dîner partagé avec les quelques habitués de la Mission Catholique, pour souligner le départ de l’une d’entre nous…

En fait, de la première Dame de Kuujjuaq à m’avoir saluée familièrement quelques semaines après mon atterrissage, alors que nos « vols » s’étaient croisés lors d’une activité à l’école…

Je lui devais bien ça…

Moi, mon autre bon moment c’est

… ce « Tea party » organisé dès 15 :00 avec trois Collègues de travail… Dégustation de délicieux scones, biscuits et confitures, couronnée d’exquis blabla de vie…

Et… je n’ai pas de mauvais moment sauf

... Ah non, c’est vrai… ça ne peut être une personne en cause!…

samedi 28 août 2010

"Marcher au radar..." *


Un peu plus tôt cette semaine, Collègue J était venue m’inviter à me joindre à elle et l’une de ses Amies, pour une mini-expédition pédestre en fin de semaine.

Il avait été décidé que ce serait samedi, et nous nous étions données rendez-vous vers 13 :00 devant l’édifice de la Régie, pour ensuite aller retrouver C., qui elle, habite à l’extrémité Nord du village.

Pendant que j’effectuais mon rituel du samedi matin, je jetais un œil à la dérobée sur cette espèce de crachin qui n’avait cesse de dégoûter du ciel. Les heures passaient, mais pas ma forte envie de paresser et de louper l’activité…

Après plusieurs tentatives pour en aviser Collègue J., je finis par prendre mon courage à deux mains, et avec plusieurs minutes de retard, je partis la retrouver à notre lieu de rencontre.

Finalement

Nous avons passé l’après-midi à respirer et à marcher le Nord… Tantôt sous une pluie intimidante mais pas repoussante, tantôt sous un noroît un peu frisquet, nous sommes montées jusqu’au radar…

Nous avons exploré ce que l’on appelle ici « le plateau », manger quelques bleuets, et j’ai même trouvé… deux vingt-cinq sous, en plein « no where »…

Cinquante fois ma chance!...

En redescendant, nous avons croisé mes Amis le Pilote D et sa charmante fille Meeka. Quelle heureuse coïncidence de se revoir à cet endroit somme toute, assez inattendu!

… Et dire que moi, je ne voulais pas quitter la tiédeur de mon « grand » 2 ½ pièces!!!...

*se comporter par automatisme comme lorsqu’on n’est pas complètement réveillé

p.s. à la description que j'ai fait de la température, vous en déduirez que c'est une photo "d'archives"!!!...


vendredi 27 août 2010

"La sagesse...



… c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. »

Oscar Wilde

La pensée de mon agenda…

... pour ce vendredi ensoleillé au cœur léger…

… d'un « ange » illuminé par un soir de fin d’été…

jeudi 26 août 2010

Grigris, adages et porte-bonheurs...


Ceux qui me connaissent le moindrement le savent déjà… Pour mes nouvelles connaissances, je vous l’apprendrai, mais vous devez vous en douter : je suis fervente de croyances, de légendes, d’adages, de grigris et de porte-bonheurs…

Les Pierres à vœux, les Pierres des Fées, le vœu que l’on formule en entrant pour la première fois dans une demeure, le sous noir qui se mire sous nos pieds…

Superstitieuse moi? Non!... Fervente croyante de Tout et de rien? Oui!...

En venant au travail hier matin, j’aperçois un dix cents par terre. Je me penche pour le ramasser (imaginez si une cent porte bonheur, j’y ai vu ma chance décuplée…).

Je m’apprêtais à formuler le vœu suivant : « Que le Bonheur m’accompagne jusqu’à la fin de mes jours » (toujours s’assurer de faire un vœu réaliste et réalisable!!!…) quand tout à coup, le visage d’une Personne pour qui j’ai beaucoup d’estime, s'est imposé à moi…

Ça me fit l’effet d’une douche froide…

En serrant le dix sous dans ma main, j’ai souhaité : « Faites qu’Elle (la Personne…) connaisse le Bonheur, le p’tit du quotidien, comme le grand des Grands jours… jusqu’à la fin de ses jours… »

Et là j’ai souri…

De toute ma vie, je crois que je venais de faire le plus beau, le plus grand, le plus merveilleux des vœux… Pas par altruisme, simplement parce que…

… la seconde précédent ce souhait, j’ai réalisé combien le soleil brillait d’un éclat tout particulier dans ce ciel d’un bleu immaculé et sans tache… Que l’air était déjà tiède à 7 :30 du matin, que le vent tenait les moustiques loin de moi, qu’il jouait dans mes cheveux, invisible main géante, et faisait même valser ma légère jupe, comme si je m’apprêtais à faire quelques pas de danse…

… c’est à cette seconde que je réalisai, que le Bonheur je l’avais déjà…

C’était CE Kuujjuaq, CE matin, CE soleil, CETTE chaleur, CE ciel bleu et…

… simplement finalement CE vœu, offert secrètement à CETTE Personne que j’aime tant…

Tiens : à bien y penser, je crois bien que je vais lui remettre, ce dix sous!...

mercredi 25 août 2010

Nos rêves à notre portée...


« Tu peux planer à de grandes hauteurs avec un cœur rempli de louanges et de remerciements…

Mais, comme l’alouette minuscule, tu dois décoller du sol, tu dois faire cet effort particulier. Ce n’est pas nécessairement une tension; cela peut être un effort joyeux, fait d’un cœur léger. Pourquoi rester cloué au sol, alors qu’en agissant tu peux changer complètement ta vie?...

Que tes objectifs soient élevés! Plus ils sont élevés, mieux c’est. Attends-toi aux événements les plus merveilleux, pas dans l’avenir, mais tout de suite. Avance à grands pas égaux et fermes, sachant intérieurement et sûrement que tu atteindras chaque but que tu t’es fixé.

Pourquoi ne pas faire quelque action positive aujourd’hui? Pourquoi ne pas commencer à faire tourner les roues? Lorsque tu auras fait ta part, tu recevras toute l’aide que tu demandes, mais pas avant.

Aie confiance en ta capacité à faire toutes choses parce que tu puises ta substance en Moi. Tu peux faire toutes choses lorsque ta foi et ta confiance sont en Moi! »

La Petite Voix, méditations quotidiennes pour 2010, Eileen Caddy, Ed. Les Almaniaks.

… ce que je viens tout juste de lire… Ça me gonfle pour mon Défi… peut-être… à venir… décision non prise à ce jour… Trop d’impondérables… Hésitation justifiée… je pense…

Et ce n’est pas de la peur!

Ce texte je le partage, en pensant à nous tous, qui parfois doutons de la réalisation de nos rêves…
Pour qu’aujourd’hui, nous ayons l’audace de faire ce « premier pas »… Pour mon Grand, ma Douceur ma Belle, qui retournent sur les bancs d’école… que vos rêves soient aussi grands que le monde!

"Ne dites pas "Il faudrait que", "Ce serait si bien si"… Dites "Je souhaite", "J'ai envie", "J'aspire à". Ainsi, vous deviendrez acteur de votre avenir. »

Almaniaks, Jour par jour, Ohtimiste 2010

p.s. j'ai reçu hier de ma Bonne Amie G, la dernière pensée... synchronicité (comme dirait Zoreilles)...

p.s.2 Bon anniversaire à toi mon Amie Pilote L... que tous tes rêves se réalisent! xoxo


mardi 24 août 2010

Trois coups de pédales...

… plus loin, j’arrivai à la Base. Quel brouhaha aujourd’hui! Il ne me sera pas possible de prendre ma place sur le bord du quai : trop de va-et-vient!

Deux Cessna 185 sont amarrés entre les deux Beaver. Un magnifique Turbo-Otter, trône fièrement à la place de C-GMAY… Un autre Beaver est reculé dans la petite baie, et un Otter dort, paisiblement ancré un peu plus loin…

Des gens s’affairent près des Cessna. Je m’approche et m’informe de leur provenance. Ils arrivent du Cratère Pingaluit… se dirigent vers George River (Kangiqsualujjuaq), sont arrêtés en montant à… Amos… ont été servis par le « jeune homme qui a fait son premier vol solo à quatorze ans »…

Hey! C’est mon Grand ça!!!...

Vous n’avez jamais vu cœur de mère se gonfler d’orgueil et de fierté aussi rapidement!... En plus on me demande si je suis la sœur de Jeune Frérot et de Meilleure Amie… « Ben oui! »… On les connaît bien, on les estime beaucoup… Ben voyons!... Que le monde est petit!

Pendant ce temps

…deux hommes achèvent de rouler des barils d’essence dans le ventre du Turbo-Otter

J’entends : « Est-ce que ça te tente d’embarquer? »… (je ne me suis même pas retournée, tant j’étais certaine que ça s’adressait à moi…)

Je n’ai même pas hésité une seconde! «Ben oui! Oui! Ben sûr que oui!» ( ai-je été suffisamment affirmative?...)

J’ai « escaladé », telle une gazelle égarée, les courtes tiges de métal servant d’appuis et espacées pour le confort d’un homme mesurant six pieds deux pouces…

… J’exagère à peine!…

Après un décollage en règle avec la tour de contrôle de Kuujjuaq, j’ai été impressionnée par la performance de l’appareil (pas de farce, je n’y connais pas grand-chose, mais je trouvais que ça se glissait bien dans le texte…)

Après un court vol d’environ une quinzaine de minutes, nous avons rapidement livré notre cargaison, redécollé, survolé des bœufs musqués au retour, pour finir le tout par un amerrissage d’une douceur inégalée sur une surface presque miroitante… J’ai aidé à amarré à la bouée,
perdue entre deux îles. On est venu nous chercher en bateau pour nous ramener au quai…

Un beau dimanche vous dites? Je n’ai jamais eu autant d’adrénaline pour pédaler le chemin du retour…

Le lendemain matin, je flottais encore… que dis-je, je planais encore!...

lundi 23 août 2010

Allez hop!


Le lac Stewart : immense réservoir d’eau potable. Notre réserve d’eau…

Je venais de m’installer sur le vieux banc, en avant de la station de pompage. Coup sur coup, deux hydravions me survolent, font leur approche, coupent leur moteur….

Le lac ne présentait que de fines ridules, comme un fin papier de soie qui aurait pris l’eau…

Quelle drôle de comparaison !

J’avais le goût de prendre racine, si ce n’eut été de la Polaris Pro-X rouge échouée près d’un qamutik* jaune, renversé comme gêné d’être exposé en plein été… Tout à fait pas rapport avec la nature et la quiétude de l’endroit…

Mais bon…

Le ciel était floconneux. Le radar lançait son signal lumineux aux deux secondes. J’entendais le bourdonnement d’un moteur à l’intérieur du bâtiment...

Tout à coup, un troisième hydravion apparut…

Ça en était assez! Je me levai, poussée par la curiosité. Je devais aller voir ce qui se tramait aujourd’hui à la Base.

Habituellement, ce sont les Beaver qui pullulent par ici, pas les Cessna 185, encore moins les 180!!!...

* traîneau utilisé au Nunavik et tiré par une motoneige ou un attelage de chiens

(suite demain...)

dimanche 22 août 2010

Usurpation...


L’expédition-campement prévue samedi, est bel et bien tombée à l’eau!

Incongruité de la vie!

J’ai donc une fois de plus, enfourché mon vélo et tout en prolongeant un peu ma randonnée habituelle, refait le trajet du chemin Stewart.

Jusqu’à ce que…

Le promontoire était là qui m’appelait… Me semble… J’ai pénétré « on the land » par un sentier à peine visible du bord de la route. J’y ai roulé mon vélo jusqu’à pouvoir l’appuyer sur un gros rocher. De mon sac, j’extirpai un plat prédestiné et disposé (!) à accueillir des bleuets.

Je gravis alertement la douce pente rocailleuse. Les premières petites baies que j’aperçus avaient la couleur rouge du coquelicot. Comme les seuls fruits ramassés jusqu’à présent en territoire Nunavimiut furent de ces canneberges « ayant passé l’hiver sous la neige », j’hésitai à récolter ce que l’on appelle peut-être ici les « red berries ».

Aucune idée, car comme je crois l’avoir déjà écrit, ici on récolte les « blue », les « black », les « red berries »… sans oublier les aqpik et les canneberges…

Pas certaine que je m’y retrouve…

Mais comme j’arrivais devant une immense étendue de fruits d’un beau bleu acier, confiante que je venais de trouver le « spot » de bleuets de tout Kuujjuaq, j’enfournai les billes (qui cela dit en passant, se ramassaient comme un charme...) et trente minutes plus tard, mon récipient plein à ras bord, et moi pleine de fierté, je repris mon trajet…

Mais, car il y a encore un mais…

… j’ai su hier soir, que « mes bleuets » étaient en réalité des « black berries »…

Je trouvais aussi que ça ne goûtait pas les bleuets...

Faut croire que cueillir les « berries » Nordiques ne sont pas la spécialité des gens « ailés »…

samedi 21 août 2010

J'ai serré la main de...


… Johnny May! Celui-là même qui depuis les années 1970, poursuit la tradition du Candy Drop, ici même à Kuujjuaq.

C’était lors de mes premières ballades à vélo. Je m’étais rendue à la Base d’hydravions quelques jours avant et jasant avec l’un des pilotes, il m’avait dit qu’il me présenterait cet homme quand mes visites coïncideraient avec sa présence sur le site…

Ce qui ne sut tarder…

… J’avais appuyé mon vélo sur la plate-forme utilisée pour peser le matériel devant être transporté. Assise sur le quai, j’observais mes poissons miniatures s’épivarder dans cette eau translucide. Quant tout à coup…

« Tiens, la Dame qui est arrivée sans faire de bruit! » me dit D., le mécano-pilote.

« Bonjour! Belle journée n’est-ce pas? » lui répondis-je.

« Beaucoup d’ouvrage… J’ai reçu l’hélice, je suis en train de la poser. Oh viens donc que je te présente Johnny. »

Un peu intimidée, je me suis levée. J’ai fait quelques pas en direction de l’hydravion amarré et c’est alors que Mr May s’est tourné vers moi et m’a tendu une large main. Sa poignée de main fut aussi franche que ne le fut son sourire.

J’étais subjuguée sans trop savoir pourquoi. Ce n’était quand même pas quelque célébrité d’un quelconque milieu artistique.

… mais pour moi, c’était tout un personnage!

« You come back when you want and one day, so my workday is over, I’ll take a ride… »

Wow! Voler avec Mr Johnny May, y avez-vous pensé?...

vendredi 20 août 2010

Sac à dos...


… prêt!

Semblant de sac de couchage, lampe frontale, bouffe, eau et … insectifuge (!), je crois que je n’oublie rien!

La première levée, sera la première à appeler… Je pars demain, pour la fin de semaine… Pour la première fois dans les dix derniers mois, j’irai coucher dans un camp…

Un camp de filles… Bien sûr !

Ne craignez rien, je vous reviendrai avec des photos, des anecdotes peut-être…

J’ignore où je m’en vais… J’en reviendrai dimanche après-midi, les plats remplis de « bleuets nordiques » si les moustiques m’en laissent le loisir!

On nomme l’endroit les « Trois Lacs »… Les kilomètres de route gravelée, précéderont la marche qui elle sera, d’une vingtaine de minutes, chargées de nos sacs à dos…

Bonne pratique pour le Défi…

Quel Défi?...

Déjà un mois que j’ai réintégré mes quartiers… Comme le temps passe vite… Trop vite?

Je l’ignore, car je ne sais plus si je dois courir après le temps, ou tout simplement le laisser filer, comme l’eau qui suit son courant vers l’océan…

Pour le moment, les jours glissent sur mes ailes, comme l’eau sur le dos d’un canard…

Et c’est très bien ainsi…

jeudi 19 août 2010

Que dire de plus?

C’est la fête de ma Chum G de Rouyn aujourd’hui. Quand j’ai composé son numéro vers 18 :00, je savais que nous en aurions long à nous dire…

Comme de fait…

Revenant tout juste d’une croisière aux Iles de la Madeleine, elle en a profité pour partager un brin de son voyage avec moi…

… et moi j’en ai profité pour lui raconter l’espèce de rêve fou qui envahissait ma vie et me tenait continuellement en haleine ces derniers temps…

Vous en ai-je parlé? Non?... Oh pardon!...

… je le ferai bientôt, dès que la plupart des principales étapes seront en règle… pas avant… histoire de ne pas « mettre la charrue avant les boeux » ou encore « de vendre la peau de l’ours (polaire…) avant de l’avoir tué »…

Difficile pour un Ange comme moi, de garder le secret… Mais quand il faut, il faut…

Demain vendredi. Yé! En fin de semaine, je fais une activité toute spéciale, qui me tient particulièrement à cœur…

Mais sur ça aussi, je garderai le secret…

… ça vous donnera une raison pour venir fureter sur mon blog!...

Sans rancune!...

mercredi 18 août 2010

Ça sonne comme un défi!...

Je me donnais jusqu’à ce soir pour « le faire »… Pour vous ça demeure une énigme, mais j’ai commencé à en parler par ici…

Mystère et boule de gomme

J’ai fait des recherches, j’ai lu sur le sujet… J’ai même tenté un appel avec une personne « responsable » pour avoir encore plus d’informations…

Disons que pour moi, ça rallierait le désir ancien que j’avais de marcher une partie de St-Jacques de Compostelle un de ces quatre…

… aussi ça me permettrait de poursuivre mon implication pour une cause qui me tient plus qu’à cœur, j’oserais dire, qui me lie professionnellement et amicalement…

… et encore ça me ferait réaliser enfin cette envie que j’ai de voyager, celle qui traînasse continuellement sur le dessus de mes ailes, comme un givre indélogeable…

… naturellement ça me rapprocherait de ce Tibet auquel j’ai rêvé de si longs mois, alors que mes jours étaient si gris et mes nuits si noires…

Mais…

… car il y a un « mais »…

… Il y a cette coquine d’hésitation qui se tapit dans ma scissure de Sylvius *…

Certain j’ai une décision à prendre…

Oserais-je?...

À suivre…

* ou sillon latéral séparant les lobes frontal, pariétal et temporal du cerveau

mardi 17 août 2010

Pierres des Fées...

Parfois j’oublie…

… J’oublie mes contes, mes légendes. Les histoires que j’invente ou que je me fais raconter… J’en avais plusieurs dans mon baluchon, à l’époque où je m’occupais d’un mini camp de Jour à la Base d’hydravions où je demeure.

D’un Paladin à l’âme salvatrice de la terre contre la pollution à cet Arbre Sacré emprunté aux légendes Algonquines, en passant par les vertus magiques de certaines plumes d’un blanc immaculé, gracieuseté du jar Silver, qui régnait en maître et roi sur tout notre petit domaine…

Je ne laissais rien au hasard. Tout était songé? Plus ou moins, tout était imagé et faisait appel à l’imaginaire de mes interlocuteurs…

Mes plus récentes toquades sont les Pierres à Vœux. J’en vois partout, je passe mon temps à en ramener dans mon sac à dos, quand je vais traîner sur le bord de la Koksoak... J'en donne aux personnes qui me sont chères…

Et voilà qu’hier, Tendre So me rappelle les Pierres des Fées. Tout à coup, je n’ai plus su. Aucun souvenir n’a envahi ma mémoire, qu’un grand blanc… me laissant tristounette sachant que ses Tourbillonnants Kids se rappelaient, eux… et elle aussi…

Elle m’a donné un indice. Puis ça m’est revenue. Les pierres plates et grises, faites de l’argile de l’Harricana, reposant à quelques endroits précis sur ses berges. Pierres multiformes, façonnées par le temps, l’eau et les vents…

Probablement aussi magiques que les Pierres à Vœux…

D’ailleurs en faisant une courte recherche, j’ai pu lire :

« Porte-bonheur… talisman de protection contre les mauvais esprits… attire l’amour et solidifie les relations amoureuses… »

Dit Tendre So, tu m’en envoies une?...

lundi 16 août 2010

Par manque...

… d’originalité ou de vitalité…

« L’apparence requiert art et finesse; la vérité, calme et simplicité. »

Emmanuel Kant

C’est la pensée du jour… La chaleur m’écrase un peu et m’enlève toute inspiration…

… Je vérifiais mon compte Visa tout à l’heure… Je me suis attardée sur la plupart de mes relevés. J’ai été surprise de la facilité avec laquelle j’ai fait un voyage dans le temps…

ici la (les) facture (s) de la petite boutique de lingerie à St-Jean-Port-Joli

là, celle pour le plein d’essence à St-Cuthbert où j’avais aussi acheté un sac taché de la graisse des beignets qu’il contenait… Mais l’homme avait un si gentil sourire

celle (s) de la SAQ, pour les quelques bonnes bouteilles que j’ai semées ici et là, chemin de retour faisant

une autre de cette charmante petite auberge à l’Islet-sur-Mer et encore celle de ce petit resto italien sympa sur la route 117 à Rivière-Rouge (L’Annonciation)

Comme ils sont loin déjà ces kilomètres de route, faits en enfilade…

J’attends sagement l’automne en profitant pleinement de cet été qui s’est décidé à atterrir ici pour quelques jours…

… et finalement... ça m’apprendra à dire que je suis en panne d’inspiration…

Encore une fois, « tout vient à point à qui sait attendre »…

dimanche 15 août 2010

Fin de contrat...


C’est fini! Je m’en suis séparée cet après-midi. Après un an de vie commune, il était temps pour nous, de mettre fin à cette relation particulière.

Je lui ai remis sa liberté, malgré mon évidente hésitation à le faire et mon grand attachement à cette si anodine petite chose…

En fait, « elle » aura eu le temps dans la dernière année, de traverser avec moi tout le Québec, se baignant dans l’eau salée de l’océan Atlantique jusqu’à celle de la Koksoak.

La grande « voyageuse »!

« Elle » a fait pendant quelques mois, les allers-retours, le matin et en fin de journée, suivant le pas alerte de sa Maîtresse se rendant au travail… à Amos, Abitibi…

« Elle » a roulé sa bosse sur une partie de la piste cyclable du P’tit train du Nord à l’automne 2009, a visité Rawdon, a séjourné à Lennoxville…

« Elle » a survolé une partie du Labrador, une partie du Nunavik : Aupaluk, Kuujjuaraapik, Puvirnituq, Kangiqsujuaq, Quaqtaq…

« Elle » a soupé dans de bons restaurants, a vadrouillé sur les bords du St-Laurent… s’est vue séjourner à Québec, Batiscan, Montréal, St-Sauveur…

"Elle" a vécu la garde partagé quelques mois... était revenue vivre à Kuujjuaq en avril...

Pour lui permettre maintenant de refaire ses forces après avoir si vaillamment travaillé à réaliser mon vœu, je l'ai déposée dans le creux d’une pierre…

... comme « elle » aura passé un an et trois jours nichée bien souvent, dans le creux de mon aile

samedi 14 août 2010

Comme le disait Confucius...




"Négligez et vous perdrez. Cherchez et vous trouverez. Mais chercher ne conduit à trouver que si nous cherchons ce qui est en nous".
Confucius

Vous ferez le lien quand vous lirez le billet de dimanche...

Pour l'instant, j'ai simplement mal planifié mon vol de retour...

vendredi 13 août 2010

En résumé...

… j’ai passé une superbe soirée! Il n’y avait pas qu’Elisapie qui a excellé… Un jeune homme, dont je ne connais pas la place d’origine, nous a fait une prestation époustouflante de manipulations vocales!

Wow! Incroyable le talent qui se terre ici et là!

Ce soir, c’est la fermeture de la semaine d’activités avec entre autres, un repas communautaire au Forum et des feux d’artifice en fin de soirée.

Sans farce il paraît que ça bat ceux des grandes villes! J’ai hâte de constater par moi-même.
Je n’assisterai pas au repas, je choisis d’accompagner Collègue L pour son dernier vol vers Montréal. Dernier vol régulier j’entends, car dans le Nord, on ne sait jamais si on va partir ni si on va revenir…

… et moi j’aimerais bien qu’elle revienne un jour, car malgré le peu de mois où je l’ai cotoyé, j’ai pu apprécier son professionnalisme, sa discrétion, son humour, sa bienveillance, sa générosité…

« Je te souhaite bon succès dans ce nouveau défi, Chère L. »…

Pour terminer, j’espère refaire une tentative d’observation des perséides.

Hier, il me manquait quelques plumes pour me garder au chaud!...

jeudi 12 août 2010

Aqpik Jam...


Cette semaine, c’est la fête à Kuujjuaq! En fait depuis mardi, se déroulent plein d’activités le jour comme le soir. C’est l’Aqpik Jam, un rassemblement hétéroclite de musiciens et chanteurs, toute catégorie confondue.

Tout ce beau monde se partage la scène de la grande salle communautaire, et dans le hall aux immenses fenêtres, des tables sont montées avec dessus, des trésors d’artisanat, de vêtements traditionnels et d'articles promotionnels.

Une vraie belle fête de village quoi!

L’aqpik est un petit fruit ressemblant à une framboise… jaune! On en fait des confitures (jam) et… une occasion pour faire de la musique(Jam!). En effet chaque année, c’est à l’époque de la cueillette de ce petit fruit qu’a lieu le rassemblement musical.

Je n’ose trop élaborer sur l’activité, car je réalise qu’à part me pointer hier soir pour aller zieuter et « zoreiller » Beatrice Deer (ben oui ma Bonne Fée, je l’ai vu en chair et en os… et quelle voix!!!... Elle nous a appris qu’elle venait tout juste de sortir son deuxième CD. Cool non?…) et d’y retourner tout à l’heure pour entendre cette fois, Elisapie Isaac, qui telle un perséide, saupoudrera le Nunavik de sa chaude et belle voix, et bien je ne me suis pas très bien renseignée sur les origines de la fête comme telle…

Désolée! Je ne ferais pas une bonne agente d’information!...

Et vous savez quoi? À la fin du spectacle, je compte me trouver un petit coin sombre, et m'y réfugier pour aller, sans retenue…

… admirer les étoiles filantes qui oseront traverser le ciel de Kuujjuaq!

Quelle aubaine pour les vœux! Je répéterai le même jusqu’à épuisement des « poussières »…

Devinez lequel?...

mercredi 11 août 2010

Sentiment d'appartenance...

Deux fois aujourd’hui je me suis surprise à utiliser cette expression. La première, ce matin… euh… je ne peux pas en parler… Un secret entre Collègue Ed et l’Ange à la langue un peu trop bien pendue…

Mais je suis certaine qu’un jour vous saurez… Promis!...

Et moi les promesses, ça me connaît(!)...

Hum? La deuxième fois fut à la salle à café ce midi… On disait qu’il est important dans une organisation, afin d’établir un sentiment d’appartenance, que chaque membre s’implique et prenne la place qui lui revienne… Enfin quelque chose du genre… Sarcasme, censure et confidentialité obligent que je m’arrête là…

Mais j’ai le goût d’élargir l’horizon de ma réflexion en pensant à…

… Papa Fitzsou, à mes Enfants et Beaux-Enfants, mes Frères et mes Sœurs, mon Neveu et ma Nièce… Sentiment d’appartenance familial…

… aux gens de St-Mathieu d’Harricana, de l’Abitibi… et pourquoi pas du Québec… Sentiment d’appartenance territorial…

… à ceux qui vivent à Kuujjuaq, particulièrement au « 290 »… Sentiment d’appartenance boréal…

…à toutes les infirmières, à la gang de l’équipe médicale du CEDEQ, aux intervenants en diabète auprès des Premières Nations, Cris et Inuits… et à ceux qui le sont à l’échelle nationale… Sentiment d’appartenance professionnel…

… à la grande famille des pilotes, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs… Sentiment d’appartenance aérien

Finalement, je ne suis qu’un petit Ange appartenant à tout un Univers, Infini ou pas!…

mardi 10 août 2010

Le temps des semences...

« Lorsque tu plantes une graine dans le sol, elle peut ressembler à n’importe quelle autre graine, brune et sèche, apparemment sans force de vie en elle. Néanmoins, tu la mets dans le sol avec confiance et, au bon moment, elle commence à pousser. Elle sait ce qu’elle va donner. Tu sais ce que tu as mais dans le sol uniquement par ce qui était écrit sur le paquet, mais tu as confiance que la plante spécifique poussera à partir de cette graine spécifique, et c’est ce qui arrive.
Lorsque tu plantes les idées et les pensées justes dans ton mental, tu dois le faire en totale confiance, sachant que seule la perfection surgira de ces idées et de ces pensées. À mesure que ta confiance devient forte et inébranlable, ces pensées et idées constructives commencent à grandir et se développer. De cette manière tu peux accomplir n’importe quoi. C’est ce pouvoir intérieur en chacun qui fait le travail. C’est le JE SUIS en toi…. »

Eileen Caddy, La petite voix, méditations quotidiennes pour 2010, les Almaniaks.

Jeudi dernier, j’ai ensemencé une petite « graine » dans mon cerveau… Depuis ce jour, je la sens qui se développe à une vitesse ahurissante… Ça me fait presque peur…

Damnée peur!...

Mais je ne vous en dis pas plus pour l’instant… J’attends de voir avec quelle allure elle continuera de croître…

Mais promis, je vous reviens là-dessus…

Parole d’ange-aérien!

lundi 9 août 2010

Épis et brise-lames...

Il est déjà 22 heures passé. Je n’en finissais plus de dérouler… non pas le rebord, comme dans les pubs du Tim… mais bien l’onglet sur le côté droit de mon écran…

J’étais à la recherche de …

… ce mot, qui commenterait la photo prise, il y a un peu plus d’une semaine, alors que j’ai roulé mon vélo jusqu’à la Marina, sise à quelques kilomètres au Nord du village.

Merveilleux moteur de recherche qu’est Google : en inscrivant trois pages (exagération…) d’indices bien concis, il m’a sorti les mots « épis » et « brise-lame »…

… alors que le moteur de recherche céphalique de l’Ange aérien, lui, avait mentionné « brise-vague »…

Bon, l’effet voulu demeurait le même!

Je n’ai jamais vécu quelque chose de pareil! J’ai abouti, non pas dans un escalier, comme dans la chanson de Paul Piché, mais bien sur un site « amazing » qui n’en finissait plus de raconter l’histoire d’un brise-lame, existant, vraisemblablement quelque part en France ( M.Sobieraj, je parie que si vous êtes « à l’écoute », vous saurez me donner les précisions…)

Je vous en prie, allez jusqu’à la magnifique pensée de Baudelaire que j’y ai trouvé :

« La Mer est ton miroir. Tu contemples ton âme dans le déroulement infini de sa lame. »

Voilà pourquoi je m’y sens si bien, si près…

p.s. Pour toi mon Grand : quand tu étais petit, et que tu t’éveillais la nuit, c’est la chanson de L’Escalier que je te chantais pour te calmer… en te berçant en face du poêle à bois, dans le sous-sol de cette petite maison bâtie par Papa Fitzsou et mon Énigmatique Frérot… Je voulais que tu te souviennes…

dimanche 8 août 2010

Nouvelles du Nord...

… je sais, je sais, j’ai eu un manquement… Mais une fois n’est pas coutume! Et puis, n’ai-je pas aussi droit à quelques vacances « d’écriture »?...

J’ai glissé sous vos plumes, pendant votre sommeil, la pensée de samedi, en date du 7 août.

D’ici quelques jours il n’y paraîtra plus rien de mon marasme…

Comme si j’avais été là, sans y être…

La fin de semaine a été maussade. Maussade et grise… Enfin, dans le sens de : « je n’ai pas pu faire de vélo », de : « je n’ai pas pu aller à la Base d’hydravions», de « je n’ai pas mis le nez dehors de la fin de semaine quoi! »…

J’ai végété, tantôt confortablement installée sur le divan, tantôt confortablement couchée sur le lit… Jetant parfois quelques coups de « yeux » sur certains drapeaux du monde (j’ai repris depuis quelques mois la vexillologie*…), quelques fois sur les émissions diffusées à Radio-Canada, mon poste fétiche…

« Allez hop! Debout, j’ai faim… » Je cassais sommairement la croûte…

« (… long bâillement…) Je m’endors… » Je fermais les yeux quelques instants…

D’accord, je n’ai pas là, vécu la plus productive des fins de semaine. Mais il devait bien y avoir … euh… vingt-trois ans, que je n’avais passé la fin de semaine en « pyj », sans autre projet que celui de faire pénétrer l’air dans mes poumons…

Demain lundi : le travail, la routine… Je ne pourrai quand même pas « délinquer » ainsi chaque jour de la semaine!...

* étude de la signification des drapeaux nationaux et des pavillons

samedi 7 août 2010

Petite pensée...


"Cultivons donc notre jardin intérieur, jour après jour, pour être de plus en plus un modèle de paix et de sérénité dans notre coin de pays."
Hervé Dubois

(Kuujjuaq, vu du stationnement de l'aéroport...)


vendredi 6 août 2010

Chutes...

… que dis-je, trombes d’eau!

Ici, le moins qu’on puisse dire, c’est que quand la température change, elle s’organise pour qu’on s’en aperçoive!!! Le soleil s’est caché derrière un amoncellement de nuages pluvieux. Nous qui avions connu une semaine de rêve!

Ce soir, nous nous réunissons, quelques Collègues et moi, pour souligner le départ de Collègue L qui a décidé, bien malgré elle, de s’en retourner vivre et travailler dans le sud.

L’ange aérien risque fort de se retrouver trempé jusqu’aux os, lorsqu’elle quittera son havre de paix d’ici une vingtaine de minutes! Mais comme elle n'est pas faite en chocolat…

On m’a bien offert, deux fois plutôt qu’une, de venir me chercher. Mais comme j’ai eu une occasion à la fin du travail pour revenir au 290, je n’ai cumulé qu’un maigre dix minutes de marche depuis le début de la journée. Alors me déplacer, même sous la pluie, ajoutera un quinze, ce qui ne sera pas si mal ni trop loin de mon objectif visé de « minimum » trente minutes par jour.

Ainsi soit-il…

C’est donc dans le quartier que l’on dénomme « Héli-Québec », que j’atterrirai ce soir, le temps de quelques heures que je passerai, je le sais déjà, en très agréable compagnie.

Et par le fait même, à vous aussi, je souhaite une douce et agréable soirée remplie de bons moments…

jeudi 5 août 2010

Totem tantrique chinois??!!

Reçu ce jour de mon Amie F de Gatineau… Je devais l’envoyer à 5 personnes dans les 96 heures pour avoir la « surprise »… Et superstitieuse ou pas, paraît que ça marche, alors…

… Rien à perdre, tout à gagner… (surtout que je ne fais pas partie du groupe composé de la moitié des employés de la Régie qui compte se partager le gros lot de Loto-Max demain…)

Tout à coup, j’eus la géniale idée de partager le tout avec vous. Imaginez la chance que j’en tirerai en plus de baigner parmi les plus belles « Pierres à vœux » du monde…

Amazing!... Je débute…

UN : Donnez aux autres plus que ce qu’ils attendent et … faites-le avec plaisir! (facile…)

DEUX : Mariez-vous à un homme ou une femme avec qui vous aimez discuter. En vieillissant, converser sera une activité aussi importante que les autres.(je veux bien croire…encore faut-il, en ce qui me concerne, trouver l’homme…)

TROIS : Ne croyez pas tout ce que vous entendez. Ne dépensez pas tout ce que vous avez et ne dormez pas tant que vous voulez.(d’accord…)

QUATRE : Quand vous dites « je t’aime », soyez-en convaincu.(facile…sinon on s’abstient…)

CINQ : Quand vous dites « je m’excuse », regardez la personne dans les yeux.(évidemment!)

SIX : Fiancez-vous au moins six mois avant de vous marier.(oups! pas évidente celle-là… ça implique un mariage…)

SEPT : Croyez au coup de foudre. (moi j’y crois…)

HUIT : Ne riez jamais des rêves d’un autre. Les gens qui n’ont pas de rêves n’ont pas grand-chose. (je peux vous assurer que j’ai les mains pleines…)

NEUF : Aimez profondément et passionnément. Vous pouvez être blessé mais c’est la seule façon de vivre intensément. (je l’aime beaucoup celle-là…ma préférée!)

DIX : En désaccord, combattez dignement. SVP pas d’insultes.(facile…)

ONZE : Ne jugez pas les autres par leur famille.(de toute évidence…)

DOUZE : Parlez lentement mais pensez rapidement.(pas toujours évident…)

TREIZE : Quand quelqu’un vous pose une question à laquelle vous ne voulez pas répondre, souriez et demandez : « Pourquoi veux-tu savoir? »(belle façon de se défiler…)

QUATORZE : Rappelez-vous que les grands amours et les grandes réalisations impliquent de prendre des risques. (celle-là aussi je ne l’haïs pas…)

QUINZE : Dites « Dieu te bénisse » quand quelqu’un a éternué.(« bless you » fait aussi…)

SEIZE : Quand vous perdez, ne perdez pas la leçon.(c’est sage…)

DIX-SEPT : Rappelez-vous les 3R : Respect pour vous; Respect pour les autres; Responsabilité pour toutes vos actions.(c’est zen…)

DIX-HUIT : Ne laissez pas une petite dispute blesser une grande amitié.(entièrement d’accord…)

DIX-NEUF : Quand vous réalisez que vous avec fait une erreur, prenez immédiatement les mesures pour la corriger.(pas toujours facile à faire mais nécessaire…)

VINGT : Donnez aux autres une deuxième chance. Tout le monde peut faire des erreurs. Ce sont des humains.(on oublie souvent celle-ci…)

VINGT ET UN : Faites l’amour aussi souvent que possible. (BEN LÀ!... ils font par exprès ou quoi?!!!...Moi je veux bien mais…faut pas être deux pour ça?...)

VINGT-DEUX : Souriez quand vous décrochez le téléphone. Votre interlocuteur l’entendra dans votre voix.(je l’essaie la prochaine fois qu’il daignera sonner…)

Bon… Après il était écrit que « ce tantra m’a été envoyé pour la bonne fortune. Il a fait le tour… bla-bla-bla… Vous aurez un coup de chance dans les quatre prochains jours… (c'est d'ici lundi ça!...)

Comme je devais l’envoyer à tous ceux qui avaient besoin de chance, j’ai pensé à vous, chers membres et non-membres de mon lectorat. Et en prime, si je l’envoyais à 15 personnes ou plus (je suis certaine qu’au moins 21 parmi vous le recevrez…), ma vie « devrait changer drastiquement »…

… Alors ça vient??... J’attends!!!...

P.S.1 Merci à toi Amie F pour ce partage… je ne connaissais pas ça un « totem tantrique chinois »…
P.S.2 Un cinquième Beaver était amarré à la Base d’hydravions. Une vraie manne!
P.S.3 Meeka va bien et était très heureuse de me revoir…
P.S.4 Je crois que je viens de battre mon record de longueur de billet. Habituellement je ne dépasse pas une page 8 1/2X 11…

mercredi 4 août 2010

M-E-E-K-A...

J’y suis retournée, il faisait trop beau et au deuxième étage, trop chaud… Le choix n’a pas été difficile.

Même route, même sensation d’être « aux anges », même béatitude de me retrouver ainsi en pleine nature…

Retour à la Base... Un quatrième Beaver De Havilland m’y attendait. Sachant qu’il en existe très peu au Canada (une centaine je crois), je me suis dit que je venais de trouver la « talle »!

Je repris la même place, sur le quai, les pieds pendants au-dessus de l’eau… Tout à coup, un museau humide vint me coller. Un petit chiot blanc, tout trempé, quémandait mon amitié.

J’acceptai de lui donner avec empressement.

À peine quelques minutes plus tard, je sentis une autre présence. Je me retournai et aperçus une toute jeune fille d’environ 8-9 ans. Belle comme un cœur, les yeux fardés de violet, je tentai quelques mots…

« Is that… euh…are they (parce qu’un autre chiot, noir celui là, s’était joint à notre petit groupe)… euh… parles-tu français? »

« I speak English… et français! And you? »

« Me too... »

“You speak English?”

“No, not really... je parle français...”

“Oh moi aussi, très bien. »

Ouf! Je l’échappai belle. Nous continuâmes notre conversation dans un excellent français (for sure!). J’appris donc que ma nouvelle Amie, venait de Baie-Comeau, était Innu et s’appelait : « M-E-E-K-A, Meeka »!

« On se reverra Meeka. Je reviendrai, promis... »

mardi 3 août 2010

Mon p'tit bonheur à moi...


La journée s’est levée sous le thème du bonheur.

Dans mon agenda, ma Bonne Amie G avait écrit :

« Les humbles travaux quotidiens, la simplicité de la vie, les modestes joies qu’on se tisse dans la couleur du temps qui passe, tout cela ressemble étrangement au bonheur. »
Ève Belisle

J’ai enfilé cette petite jupe fleurie, maculée de taches pourpre, vert lime et écru, sur fond chocolat, achetée l’an passé à Ville-Marie... Elle a virevolté avec chacun de mes pas, tout le jour durant.

C’est plus fort que moi, quand je la porte je me sens coquette. Mon p’tit bonheur à moi…

Puis, comme bien souvent après le travail, j’ai fait une courte halte à l’épicerie car il me manquait (encore) quelques trucs… Et comme les soirs précédents, une fois les provisions rangées, j’ai sauté à pieds joints dans mon cuissard*, j’ai sorti mon vélo et pris allègrement la route du Lac Stewart.

Dehors, le soleil m’attendait que dis-je, le bonheur m’attendait…

J’ai avalé comme un rien les kilomètres de route gravelée les uns après les autres. Car ce soir, j’avais un but précis : celui de découvrir cette fameuse Base d’hydravions!

D’après vous, ai-je réussi?

Ce fut fort simple avec les précisions apportées pendant la pause du midi par mes Collègues M et Ed. C’est avec une joie mêlée de nostalgie, que j’ai renoué avec ces effluves d’essence flottant dans l’air, la surface miroitante du lac, les hydravions bien amarrés.

Assise sur le bord du quai, à quelques mètres à peine de l’un des flotteurs, je me suis laissée aller à mes jongleries tout en regardant évoluer dans l’eau, des dizaines de petits menés brunâtres.

Quand l’émotion fut plus forte que mon p’tit bonheur, je me suis relevée et suis revenue lentement chez-moi en faisant le détour par l’aéroport. Je ressentais un besoin vital de me rapprocher de tout ce qui vole...

Épilogue : Pendant que j’avalais mon acceptable repas, je lisais dans « Sciences et Avenir » (revue parisienne), le dossier « Ce que la science nous dit du bonheur » (quelle coïncidence!). La pensée à la fin de l’article ?

« Il faut chercher le bonheur. Rien que ça, ça rend heureux. » Boris Cyrulnik

Tiens, tiens…

*culotte rembourrée

lundi 2 août 2010

J'aurais aimé...

… que ça ne s’arrête jamais… Que je puisse rouler ainsi sans fin, jusqu’à épuisement complet, jusqu’à ce que mes jambes refusent d’obéir… Que mes poumons repoussent l’arrivée d’air pur…

Que ma tête oublie…

J’avais cette étrange et irrépressible sensation de liberté. Comme si, j’avais enfin réussi à faire céder ces maillons m’enchaînant à d’invisibles ancrages, ralentissant mon élan de vie…

J’étais subjuguée par toutes ces odeurs terrestres m’enivrant jusqu’à l’euphorie… J’étais, l’espace de quelques minutes, transportée dans mon patelin, mon fond de rang, mon chemin du P’tit Nord!

Endorphines aidant, je flottais littéralement sur la route gravelée. J’esquivais habilement les plus gros cailloux pour ne pas fouiller et je me poussais de tout sable ayant l’apparence d’être « mouvant »…

Sécurité obligeait…

Les renflements rocheux, légèrement verdis par l’été, me faisaient la cour… et je me laissai chanter la pomme par de drôles de troubadours ailés

De retour en « ville », je n’ai pas pu m’arrêter. Je me suis faufilée jusqu’au « Repaire de l’ange »… Assise sur ma pierre, j’y ai lu la lettre de Martha, ramassée un peu plus tôt à la poste…

Les moustiques eurent finalement raison de mon état extatique. J’ai plié bagages et suis rentrée…

… poursuivre la lessive (nous sommes lundi…) et « négliger » ma séance d’anglais!!!...

p.s. Des nouvelles d’Inukshuk-Ange : soit la marée ne s’est pas rendue jusqu’à lui, soit il possède la force de sa mère(!)… Il était intact!...

dimanche 1 août 2010

"Hors d'oeuvre"...


On dit que c’est toujours la première fois qui est la plus difficile. Premier mot, premier pas, première journée d’école, premier rendez-vous, premier baiser, premier amoureux, première peine d’amour, premier travail, deuxième amoureux, premier accouchement, premier bébé…

C’est ce à quoi je pensais hier quand je flirtais avec les pierres multicolores et multiformes qui tentaient de me faire tomber à chaque « premier pas ».

Je portais alors trop d’attentions à leur allure et négligeait leur posture… L’instabilité entraîne souvent la chute…

Je finis par apercevoir cette belle roche plate, « gigantesque Pierre à vœux » ( le genre vous demandez la Lune et vous l’avez… en autant que vous soyez capable de la traîner avec vous… la Pierre, pas la Lune!...). J’ai tout de suite compris qu’elle allait devenir, la première « gigantesque Pierre à vœux » servant de base au premier Inukshuk d’un ange...

Et je commence…

… premières pierres plutôt rectangulaires… premières pierres plates… première pierre arrondie…

Ça m’a pris… je n’ai pas compté… ce n’est pas important…

Mais voilà le résultat! Un premier Inukshuk risquant de perdre son premier bras avec la première marée…

Mais qu’importe, si on considère que chaque création est une œuvre en soi, disons que j’évalue la mienne comme étant « hors d’œuvre »…

Se rappeler qu’il y a toujours une première fois à tout…

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue