lundi 31 mai 2010

Amertume...



… je crois que c’est ce goût perfide qui persiste quand je regarde le vol effectué aujourd’hui…

Premièrement, à mon arrivée ce matin, on avait gentiment vidé le contenu d’un extincteur sur mon bureau, mes fauteuils, les classeurs… Il y en avait partout, de cette petite poudre aussi fine que le sable d’un sablier…

Vandalisme à la Régie… Le deuxième étage a été plus touché que le premier… Je suis au premier…

Donc après avoir passé les deux premières heures à laver, épousseter et passer l’aspirateur, j’ai levé le couvercle de mon ordinateur portable pour m’apercevoir qu’on en avait brisé l’écran…

« Gros lundi, petit vendredi » dit-on dans le milieu… Je vous en reparlerai en temps et lieu…

L'après-midi s'est déroulé avec un "motton dans le fond de ma gorge" qui n'avait rien à voir avec la poudre du matin...

Il y a des jours comme ça!...

Changement de propos, j’ai enfin terminé de peindre mon Petit 2 ½… Il est mignon comme tout, tout frais et pimpant … Ce sera mon printemps à moi…

Pour le reste, j’avais pensé vous laisser sur cette pensée magique d’Annelou Dupuis (que j’ai peut-être déjà laissé dans un billet précédent… mais que voulez-vous, je l’aime…)

« Si le tumulte est dans ton cœur, cherche la tranquillité, une mer calme, éclairée par la lune, une oasis de paix, un paysage reposant, et laisse leur paix passer à-travers toi pour te laver de tes soucis. »

Comme ça que je me sens…

dimanche 30 mai 2010

Wow!


… Avec le soleil rayonnant sur la baie, le vent frais mais VRAI… le cri des outardes, le bleu zébré de fils d’anges… j’ai rêvé la mer et un autre fleuve…

Ce matin, j’ai survolé une mosaïque glacière… et bien failli « passer GO sans réclamer Quaqtaq… » à cause d’un plafond à 200 pieds !

Mais tout est bien qui finit bien : mon travail ici est accompli, demain retour au bercail…

J’ai parcouru de long en large Quaqtaq et ses 315 quelques habitants…

J’ai serré la main de son jeune et sympathique maire, visité l’école et le Nursing Station…

Je rapporte souvenir d’un espace infini avec une ligne d’horizon aussi droite que la terre est ronde…

… et j’ai lancé au vent plume de chance et souhait de bonheur…

Voilà ce qui termine le résumé de cette semaine au Nord du Nord…

Je me sens tellement privilégiée de pouvoir vivre tout cela… d’être ici et pas ailleurs…

Mon âme est peut-être « ange solitaire » mais il est solidaire à cette région éloignée et froide qu’est le Nunavik…

samedi 29 mai 2010

J'ai fait...

… la connaissance de CK, Inuk et anglophone…

Nos vies se sont croisées dans la salle à manger du Kangiqsujuaq Inn.

Nous sommes allées marcher, moi pratiquant mon Shakespeare, elle son Molière…

Nous avons contourné ensemble une barrière de roches et de langues… Cinquante minutes plus tard, nous rentrions à l’hôtel…

Et quel hôtel! Neuf, décoré avec beaucoup de goût, sauna, salle d’exercices…

Amazing ! J’ai l’impression d’être en vacance dans un autre pays, ce qui est aussi l’avis de CK… avec qui je viens de tricoter, les premières mailles d’une amitié…



26 mai 2010

La journée fut harassante parce que passée à rencontrer plusieurs personnes différentes en autant d’endroits différents !

Le soleil brillait et rendait étincelante la neige juchée sur le toit des montagnes. « Nursing station », CNV (hôtel de ville), Père Dion, le Musée Pingaluit, la Résidence pour étudiants et enfin l’école et son fameux mur d’escalade… sur lequel j’ai levé le nez, ne sentant pas que je pouvais me fier à mes hanches… alors j’ai fait ma « vieille » et suis demeurée, sagement, seulement pour les photos…

Après une marche du côté est du village, jusqu’au pied de la montagne, je m’installe pour la nuit…

L’ange que je suis est fatigué…

27 mai, Quaqtaq

… La pierre sera blanche et me rappellera la première montagne rocheuse escaladée !

(à suivre…)

vendredi 28 mai 2010

Journal de bord...

D’accord, ce sera peut-être un peu plus long qu’à l’habitude… Mais j’ai jeté pour vous, au fil des jours, un peu de mes pensées égarées dans ce Nord Québécois…

Mardi, 25 mai 2010

…Partie avec un peu de retard, j’ai posé mes ailes à Tasiujaq, Aupaluk et Kangirsuk, où j’ai pu admirer le village du haut d’un promontoire.

Cachée du vent, à l’arrière d’une petite remise, un « grave », genre de tombeau rocailleux, se dressait devant moi… Je m’arrête quelques instants pour imaginer la scène…

« …des hommes, des femmes, peut-être même des enfants, transportant les pierres, les empilant, plantant la croix, se recueillant…
… Il reste un panier à moitié déchiqueté, quelques fleurs usées par le vent… La mort domine et veille, tout à la fois… »

Le vent est agressif, le froid mordant… Je retourne me réfugier dans l’aérogare. Nous décollons vers Quaqtaq puis Kangiqsujuaq, niché en pleines montagnes, en plein soleil…

Le paysage est tout simplement magnifique. À couper l’inspiration et les mots venant avec… Les maisons sont bien assises entre deux bras de mer protecteurs, devant la Wakeham Bay encore gelée...

Les chiens sur la glace, la circulation des rares véhicules, les enfants qui jouent…

J’ai l’impression d’être arrivée en plein tournage de la Grande Séduction

(suite… demain!...)

Erratum... Dans mon billet du 23 mai je mentionnais que ma Précieuse Bru était quelque part en France... alors qu'elle s'était poussée pour quelques jours, quelque part en... Suisse!! C'est donc beau la jeunesse!

jeudi 27 mai 2010

Tembec...


... présent partout... même en face du "290"...

mercredi 26 mai 2010

Je t'espionne...


.... de ma fenêtre...
Petit enfant, jouant dans l'eau...

Mais pour moi, il n'y avait rien de plus beau,
Que de te voir faire ainsi la fête!

mardi 25 mai 2010

Amis, partons sans bruit...

"... la pêche sera bonne,
La lune qui rayonne,
Éclairera la nuit.

Il faut qu'avant l'aurore
Nous soyons de retour,
Pour sommeiller encore,
Avant qu'il soit grand jour..."

Les chants aimés, Fabienne Thibeault

lundi 24 mai 2010

Envol...

Ça y est, je m’envole demain midi vers Kangiqsujuaq, puis Quaqtaq. Je vous ai préparé quelques photos pour les prochains jours, qui vous feront patienter jusqu’à vendredi soir (je l’espère… ici, on sait quand on part, pis encore…, mais jamais quand on revient!...).

Mon sac à dos est prêt, les derniers vêtements sont à culbuter dans le sèche-linge, et je m’apprête à lancer un coup de fil à ma Bonne Fée, qui elle, s’envolera cette semaine vers…

Et si vous alliez fureter vous-même?

Je vous laisse sur cette très belle pensée de Richard Bach :

« Ta seule obligation en n’importe quelle vie est d’être vrai envers toi-même. »

Bonne semaine et à vendredi!

dimanche 23 mai 2010

Précieuse Bru...



J’ai deux enfants… mon Grand et ma Douceur ma Belle. Mais je me plais à dire que j’en ai quatre avec ma Précieuse Bru et mon Sympathique Gendre…

J’ai longtemps voulu avoir une famille nombreuse, et comme dans la chanson de Mes Aïeux, je rêvais « …la nuit, d’une grande table entourée d’enfants »…

Mais il en fut autrement, et c’est très bien comme ça. C’était ce qui m’attendait dans cette vie-là… J’ose croire qu’il y en aura plein d’autres (vies) …

On ne sait jamais…

Aujourd’hui, pendant que je barbouillais la chambre d’un vert olivâtre, ma Précieuse Bru, elle, devait parcourir en France, je ne sais quelle partie de la région de Champagne-Ardenne, dont le chef lieu est Troyes.

Et elle a dû avoir beaucoup de peine de se retrouver dans ce coin du monde pour célébrer son anniversaire…

… Joyeux anniversaire, Précieuse Bru ! xoxo

Et moi, j’ai rempli mon contrat du jour : la chambre est repeinte, les meubles ont repris leur place, l’espace est enfin un peu plus dégagé. Il me restera à défaire mes quelques boîtes lorsque je reviendrai de Quaqtaq vendredi…

Je vous laisse, percluse de douleurs diffuses et d’éreintements, avec cette photo un peu fade, mais qui donne tout de même une idée…

Et après avoir lancé un appel à Papa Fitzsou, je vais m’envoler vers le bain pour finalement revenir atterrir sur le divan pour la reprise des meilleurs moments de « Tout le monde en parle »…

Allez hop! …

Oups! Je n’ai pas soupé… qu’à cela ne tienne, je l’intercalerai au-travers du reste!!!

samedi 22 mai 2010

Fin de samedi...



Ouf! Me voilà assise, à siroter une coupe de vin et à manger, pour la quatrième fois en vingt-quatre heures, un quart de pizza aux fruits de mer!

La deuxième couche de jaune et de rouge a finalement atterri sur les murs de la pièce principale. J’ai même pu replacer les meubles, différemment bien sûr (j’entends rire ma Précieuse Bru même de Troyes!...)! C’est que j’ai la vilaine habitude de les déménager constamment… Toujours à la recherche de « la » meilleure façon d’occuper l’espace...

Je suis vannée, j’ai les hanches en feu, mais je suis fière du travail accompli. Demain je m’attaque à la chambre : découpage, deux couches à deux heures d’intervalle… Je tenterai le tout pour le tout, car mardi je m’envole vers Kangiqsujuaq jusqu’à jeudi puis transfert vers Quaqtaq, village voisin. Alors il me reste peu de temps pour remettre un peu d’ordre dans mon logis.

Je ne serai pas longue ce soir. Je vous envoie une autre vue d’où se marie le rouge et le jaune... Puis je relaxerai pour le reste de la soirée (enfin… ce qu’il en reste!)…

À demain!

vendredi 21 mai 2010

Jaune + rouge = le Nord...


Je vous ai parlé hier de l’avis que m’a fait parvenir mon Amie DR. Après avoir reçu son autorisation, je le partage avec vous…

« … je te donne mon avis sur la couleur jaune. Moi je trouve la cohabitation de ces deux couleurs très harmonieuse. Le jaune et le rouge sont des couleurs pures. Le rouge est symbole de force, d’audace… et de passion. Le jaune, pour sa part, est une couleur émouvante, il symbolise la lumière et donne une impression de chaleur, d’énergie, il illumine une pièce.
Je pense que là où tu habites la chaleur est importante tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de soi… et ton intérieur semble beaucoup plus paisible ces derniers temps. Ces couleurs possèdent, à mon humble avis, des caractéristiques qui te ressemblent… »

Elle est tombée pile sur bien des points : la force, l’audace, la passion… qualités que je possède…

Ce qui m’a surpris du jaune, c’est que ça correspond à des besoins viscéraux pour moi : la lumière, la chaleur (je sais que ça peut paraître incongru vu la localisation « nordique » du village…), l’énergie…

Aurais-je instinctivement choisi les couleurs qui faciliteront mon séjour dans cette région éloignée ? J’ai bien peur que oui! Et pour terminer, aujourd’hui en même temps que son autorisation, elle me glissait ces mots :

« Jamais les fleurs du temps d’aimer n’ont poussé dans un cœur fermé… La nuit, le jour, l’été, l’hiver, il faut dormir le cœur ouvert…" Gilles Vigneault

Comment douter qu’il soit le plus grand poète québécois ?

Et moi l’ange le plus choyé d’avoir dans mon entourage, une Amie comme DR?...

p.s. comme il neigeait en rafales ici cet après-midi, les seules fleurs que j'ai pu trouver, étaient... sur la page de mon calendrier...

jeudi 20 mai 2010

Nakurmiik marialuk!



… (merci beaucoup… en Inuktitut…)

… pour votre nombreuse participation à mon concours sans prix !

Voyez ce soir, vers quoi « on » s’enligne… C’est fou mais j’ai l’impression que je vous aurai avec moi dans ce si petit appartement ! Et vous savez quoi ? Ça me plaît énormément de savoir que j’aurai ainsi plein de visite !

Alors j’ai fait l’école buissonnière ce soir, et je ne me suis pas présentée à mon cours d’anglais, c’est-à-dire, le cinéma… J’ai choisi de poursuivre mon activité de la semaine, et je dois avouer que je suis fière de moi !

Voyez, le jaune et le rouge, comment ils cohabitent bien finalement. Je ne regrette pas de ne pas les avoir séparés… L’un sans l’autre, leur vie n’aurait pas été la même…

J’ai reçu un très beau courriel d’une Amie par rapport à mon questionnement… Si elle me l’autorise, je partagerai avec vous… C’est très explicite et me rejoint… À suivre…

Hier si ce n’eut été de l’heure tardive, j’aurais aimé vous faire part d’une grande nouvelle. Pour occuper l’emploi à la RRSSS du Nunavik (Régie régionale de la santé et des services sociaux) ou la NRBHSS (Nunavik Regional Board of health and Social Services, qui est la même chose mais en anglais), je devais faire mes preuves pendant six mois… période probatoire obligeait…

C’est hier que j’ai reçu une lettre officialisant mon engagement. Il y était fait mention que l’on reconnaissait particulièrement « mon sens de l’organisation, mon esprit d’équipe et ma collaboration… »

Je sais que ça fait prétentieux de clamer ça haut et fort… mais que voulez-vous, ça fait du bien à mon « estime de moi » et cette dernière, est l’une des « pierres angulaires » de l’acquisition de saines habitudes de vie…

Alors pas le choix d’en parler, si je veux continuer à voler

mercredi 19 mai 2010

Votre avis s.v.p.!



Déraisonnable que je suis ! Après avoir peinturluré de 17 :00 à 21 :15, avoir reçu bien inadéquatement de la visite d’Amos, me voilà en train de m’empiffrer d’un Side Kicks « full » sodium, glucides et sans protéines…

What’s a dinner at 23 :02 !!!

État des travaux : le découpage de la pièce principale en jaune est terminé et prête à se faire chatouiller par le rouleau…

Le découpage de l’espace cuisine, est pratiquement terminé : il a fallu que je m’arme de courage… et de force, pour extirper le frigo de son nid douillet pour aller badigeonner de rouge son mur arrière…

Point.

C’est là que j’en suis rendue… Bon, demain le cinéma… alors la reprise des travaux sera vendredi 16 :00… Belle façon de débuter la fin de semaine !

De toute façon ici, c’est loin d’être le printemps. J’ai bien peur qu’effectivement l’été ne soit passé la fin de semaine précédente… J’en profiterai pour finir de me « réinstaller »…

Et là j’ai besoin de vos avis… Je ne suis pas certaine de laisser le mur à droite peint en jaune… Ne serait-il pas préférable qu’il soit lui aussi rouge ?...

Vous avez deux jours pour participer au concours… Le plus original, c’est qu’il n’y a rien à gagner, sauf ma reconnaissance…

Pas rien, puisqu’en vous aurez celle d’un ange qui devrait vous porter chance pour les cinq prochaines années…

p.s. il se peut qu'il y ait plus d'une gagnante (ou gagnant!!!...)

mardi 18 mai 2010

Coupable votre Honneur!

D’avoir fainéanter en soirée…
D’avoir choisi un souper en agréable compagnie…
Plutôt que de peinturer…
Mon si petit logis…

Mais sitôt réintégré mon désordre,
Oubedon me remit vite à l’ordre…
Avec devoir de retirer, plaques de prises et commutateurs…
Dans l’heure…

Sous peine d’être privée, demain,
D’une aide précieuse, laquelle je ne voudrais voir s’envoler
Car plus j’aurai de mains,
Plus vite disparaîtra la corvée…

Ainsi fut-il établi, en ce dix-huitième jour de mai de l’an deux mille dix…

lundi 17 mai 2010

Sans commentaire...


Il est trop tard...

Désolée! Mais voyez ce à quoi je me suis occupée ce soir... C'était mon quart de soirée!

Brièvement je peux vous dire que je n'ai jamais eu autant de va-et-vient à l'appart depuis mon arrivée...

Nouvelle voisine, invitation à souper, visite de Kuujju et de sa Gardienne du moment, visite d'Amos (ben oui!...)... et puis une longue conversation téléphonique avec Tendre So...

Il est temps de replier mes ailes et d'aller au lit... euh! au bain puis au lit!...

Je vous tiens au courant de l'évolution des travaux...

dimanche 16 mai 2010

C'est juste...



… parce que je trouvais que les couleurs de mon repas allaient chercher celles du bouquet qui rend tranquillement un peu de lui, jour après jour…

… parce que je suis dans le barda et que j’anticipais ne pas avoir le temps (ni peut-être même l’envie…) d’écrire ce soir…

… parce qu’il fait un temps splendide et comme je ne connais pas beaucoup la région, j’ai peur qu’aujourd’hui ne soit ici, l’été…

… parce que la fainéantise est parfois permise, surtout le jour du Seigneur…

… parce que j’ai choisi de publier quotidiennement un petit quelque chose en autant que faire se peut…

Pour toutes ces raisons et peut-être d’autres, je vous offre ce « plat » du jour…

… et je vole à mes occupations sans plus tarder…

Beau dimanche
!

p.s. Oh! J'oubliais! Bienvenue à toi Nanou la Terre... contente de te compter parmi les membres du blog de Fitzsou...

samedi 15 mai 2010

Barda...


Ça y est… J’AI DÉMÉNAGÉ !…

... à l’intérieur de mon 2 ½ !...

Pas de farce !

Quand je suis arrivée en novembre dernier, je savais que je n’en avais pas pour longtemps au « 290 », que c’était « en attendant » d’avoir quelque chose de plus grand… Et comme « on » n’avait pas eu le temps d’y faire le ménage, j’avais décidé de faire à ma tête de D et de ne pas me taper deux logements de file à nettoyer…

Je m’étais donc docilement installée du mieux que j’avais pu, toujours « en attendant »…

Mais voilà : les mois s’envolèrent paisiblement… (on dirait un conte…), entraînant avec eux mon envie de déménager. Je me suis habituée à mon petit 2 ½, à mon environnement, aux bruits des véhicules s’arrêtant au « dépanneur », aux cris des enfants, à la grande rivière Koksoak qui se trouve à deux pas de chez-moi…

Il y a quelques semaines, j’ai pris la décision de m’ancrer ici. Je me suis entendue avec le Responsable, pour qu’on vienne y faire quelques réparations ainsi que la peinture (ce n’est pas un caprice… ça aurait dû être fait avant que j’emménage !).

Ce matin, j’ai ouvert grand les minuscules fenêtres (!), j’ai retiré tout ce qu’il y avait sur les murs, j’ai tiré les meubles au centre des pièces, et voilà… j’étais partie !

Collègue BC est venu donner un coup de main à remplir les trous avec du composé à joints, puis j’ai lavé les plafonds (qui n’auront pas besoin d’être repeints, heureusement…) et les armoires de la cuisine…

« Ça sent bon le « net »… » aurait dit ma Mère… Demain la couche d’apprêt… Je me sens toute excitée à l’idée de mettre le tout à mon goût…

Et comme j’attends toujours mon Prince Charmant (je m’inquiète un peu… il a sûrement été retardé dans l’un de ses Royaumes…), tout sera fin prêt pour l’accueillir comme il se doit afin qu’il puisse se reposer de son si long vol

Ce que l’on en aura des choses à se raconter, lui et moi…


vendredi 14 mai 2010

"Qui parle?..."

L’une des rares fois où je ne peux ouvrir le site de mon blog… Moi qui ai la vie chronométrée à la minute près, me voilà à 6 :45, à regarder mon écran qui refuse de me présenter ma boîte de courriels et m’empêche d’aller fureter sur les blogs de mes amies (s)…

« Qu’à cela ne tienne » me suis-je dit… Je vais écrire plutôt que lire… Pour faire changement…

Et puis ce soir, je retourne au cinéma, alors mon billet sera déjà commencé, peut-être même publié avant mon départ…

Drôle de vendredi matin, qui succède à une nuit biscornue… J’ai rêvé…

« Je suis avec ma DMA. Nous roulons à bord de sa camionnette… une vieille camionnette. Nous nous dirigeons vers un site d’activité plein air…

Tout le long du trajet, il refuse de me parler, le regard triste, perdu au loin… Tellement qu’à un moment donné je lui demande pourquoi on fait cette activité si c’est pour être si inamical…

Pas de réponse…

À l'arrivée, se dresse devant nous une gigantesque pente enneigée. Il ouvre sa porte et débarque, sans un mot, sans m’attendre… Il commence à escalader la pente. Pendant ce temps, un homme vêtu en haillons et à l’air mauvais, s’approche du véhicule. La fenêtre est ouverte. J’ai peur. Je remonte la fenêtre et tente de verrouiller la porte, mais j’ai de la difficulté et je crains que l’homme ne l’ouvre avant que je n’arrive à la barrer…

… Je réussis enfin... J’attends un peu et je me décide à débarquer. L’homme a une arme à la main, il ne me menace pas mais finit par tirer un coup en l’air…

… Je commence à gravir la pente très escarpée. J’ai beaucoup de difficultés… Plusieurs enfants glissent autour de moi… Je manque de perdre pied et retourner d’où j’arrive… Je donne des coups dans la neige avec le bout de ma botte pour creuser des semblants de marches…

… En haut de la pente se trouve un grand édifice, genre d’établissement en maçonnerie, université ou hôpital… Je regarde derrière moi le trajet parcouru. Je m’entends dire : « Ce n’était que ça ! »…
Je ne vois plus ma DMA… Des enfants arrivent d’un peu partout. La montagne s’élève encore à gauche… Je me sens seule, abandonnée… mais pas malheureuse… »

Je ne me souviens plus de la suite… Est-ce à ce moment que je me suis éveillée?...

"Le téléphone sonne… une conversation s’engage, se déroule sans ambages jusqu’à… Je raccroche, ébranlée… Je tente une analyse, j’essaie de comprendre, de justifier…

J’ai déjà parlé de ça avec des Amies proches… Qu’on y fasse allusion, me sidère, me laisse pantoise…

Le téléphone sonne… encore… Seuls quelques mots franchissent mes lèvres, ma gorge se serre, les larmes montent… un torrent de détresse dévale mes joues, entraînant mascara et crayon khôl…

Je dois me ressaisir avant d’aller travailler… Tout à coup je trouve qu’il est tard dans le tôt… que le temps n’est plus ce qu’il était…

« Là, là… ça va aller … » me dis-je tout bas… J’ai encore la gorge nouée, mais l’air passe…

Je vais marcher…

Et puis, il fait un si beau soleil… Ça finira bien par avoir raison de la lourdeur qui s’est déposée sur mes plumes ce matin… Et puis je n’en suis pas à mon premier défi…

Peut-être que c’était juste trop, le rêve de ma DMA et l’appel de ma Conscience, le même matin !...

(merci Ed: le titre, c'est toi qui me l'a inspiré…)

jeudi 13 mai 2010

Les Bons et les Mauvais Moments...

Il est parfois difficile de déterminer si nous avons passé une bonne ou une mauvaise journée. Le fait d’avoir rencontré une difficulté peut nous laisser croire qu’elle fut entièrement exécrable. Selon moi, il s’y glisse toujours, même si imperceptibles, quelques bons moments.

Lorsque mes enfants étaient plus jeunes, nous avions instauré une tradition. Au repas du soir, après que chacun eut terminé son plat principal, je sortais une boîte de chocolats et nous faisions ce que nous appelions « Les bons et les mauvais moments ».

Les règles étaient simples. Chacun racontait un ou plusieurs bons moments de sa journée, et par la suite, s’il en avait eu, un mauvais moment. Cependant, ce dernier ne pouvait concerner une personne. C’était défendu…

Obligatoirement nous devions avoir au moins un « bon moment » mais on pouvait ne pas en avoir eu de « mauvais ». On parlait à tour de rôle et on écoutait respectueusement la personne qui s’exprimait. Dans nos périodes plus exaltées, on ajoutait à la fin de nos propos, le cri d’un animal que l’on identifiait… juste pour rire…

Pour faire l’activité (et économiser un peu sur les chocolats!!), nous nous étions entendus que tous les membres de la famille devaient être présents lors du repas.

Le tour de table terminé, chacun choisissait un chocolat et après s’être jeté des regards taquins, nous y mordions à belles dents…

Hum ! Petit bonheur de la vie…

Cet exercice nous permettait de déceler quotidiennement le positif à notre journée ; de remettre la responsabilité des mauvais moments entre nos mains et non entre celles d’une tierce personne ; de détendre l’atmosphère par nos rires; de tisser et renforcer nos liens familiaux.

Il nous permettait de prendre le temps d’être ensemble et de partager sur nos vies se déroulant à l’extérieur du cocon familial.

Au fil du temps, nous avons exporté l’activité lors de réunions familiales. Je me souviens entre autres, d’une certaine veille de Jour de l’An, où nous l’avions adapté, genre revue annuelle. Chacun, chacune avait à raconter son « meilleur » Bon et son « pire » Mauvais moment de l’année…

Intéressante façon de boucler la boucle et de laisser au passé ce qui appartient au passé…

« Sky is the limit » dans l’adaptabilité du concept. Il ne vous reste qu’à l’essayer…

C’est après avoir raconté ce rituel à une Dame, qu’on me demanda si j’accepterais de le partager…

... Ce texte sera traduit en Inuktitut et remis sur clé USB, lors de la conférence organisée pour les Jeunes Inuits, à Inukjuak du 21 au 25 juin prochains. Et croyez-le ou non, je l’ai traduit moi-même en anglais (corrigé par une tierce personne, mais quand même… l’effort était là…) !

C’est un peu grisant de savoir que je laisserai un peu de moi, et de mes folies familiales dans une région aussi éloignée…

Je ne vous cacherai pas que ça me donne envie de gonfler mes plumes

p.s.1 J’aimerais souhaiter la bienvenue à ma Grande Amie Retraitée C. qui est maintenant membre de ce blog…

p.s. 2 … et j’aimerais profiter de cette fenêtre (un peu ouverte sur le monde…) pour souhaiter un Joyeux Anniversaire à la Précieuse Mère de ma Précieuse Bru… Bisous et câlins xoxo

mercredi 12 mai 2010

Plagiat...

… c’est ce que j’ai vraiment envi de faire ce soir… Pas dans l’écriture de mon texte, mais plutôt dans la façon de procéder ou d’amener le sujet…

Je ne le ferai pas par manque d’imagination ou d’inspiration… Ce serait me sous-estimer (!)… Plutôt pour l’aspect pratique, en plus qu’il y a un septième match de hockey en train de se jouer auquel j’aimerais bien « to run one’s eye over*… »… (désolée, mais j’ai cherché pour la quatrième fois cette expression aujourd’hui et j’ai bien l’intention de l’intégrer une fois pour toutes…)

Le concept est fort simple : il s’agit de commenter brièvement un évènement associé à un fait marquant du jour… (merci pour l'idée M. Sobieraj...)

Noooonn! Je ne me transformerai pas en nouvelliste en bref… ni en recherchiste officielle du blog « Fitzsou, l’ange-aérien »…

Simplement…

… pour ce soir, je vous passerai une information, que j’ai trouvé ma foi, fort intéressante…

Je vous ai parlé lundi, de la semaine des Infirmières. En faisant mes recherches ce même jour, j’appris que le 12 mai 1820, naissait à Florence, Italie, Mme Florence Nightingale, ainsi nommée à cause de son lieu de naissance (une chance que ma Mère n’a pas eu la même idée… Amosse ... brrk!... quoique pour un gars, Amos ça va!)

Véritable pionnière des soins infirmiers modernes, elle défendit l’importance des conditions de vie sanitaire, s'improvisa statisticienne, en plus de s'imposer dans le féminisme anglais de l’époque. Elle dispensa ses soins avec compassion et dévouement (dommage que vous n’ayez tombé sur elle M. Sobieraj, plutôt que sur ces dames aigries à cornettes…)

Apprendre qu’il existait un effet psychologique appelé le « Florence Nightingale effect » me fit sourire… C’est lorsqu’infirmières ou docteurs tombent amoureux de leurs patients… (ce qui est défendu, évidemment!)

Quel beau vol de vie pour cette Inspirante Dame qui s’éteignit tout doucement à l’âge de 90 ans, le 13 août 1910…

* jeter un œil

mardi 11 mai 2010

Avant de l'oublier...

… ma Bonne Amie G… Une personne qui fouine occasionnellement (!) sur mon blog et qui m’envoie ses commentaires par courriel, aimerait que je te transmette ceci :

« Ayant eu à se présenter aujourd’hui au CLSC, il dit avoir été accueilli par une Personne Charmante, au Professionnalisme Exemplaire et qui affichait le plus Beau des Sourires… »

Hum! Je me demande bien de qui il pouvait parler…

Dis, tu as une idée toi???... ;-)

Par ailleurs, dans un tout autre ordre d’idées, ce midi la conversation du groupe de dîneurs que nous formions, a soudainement bifurqué sur Jacqueline Bouvier, alias Jackie Kennedy

J’ai osé avancer qu’elle était native du Québec… Grossière erreur ! Je fus donc chargée bien sûr de la preuve de mes allégations…

J’entrepris donc des recherches dès mon retour à l’appartement, plongeant du même coup dans ces quelques pages de vie. Et force me fut d’admettre une fois de plus, que je ne m’y connais que dalle en histoire (ma Précieuse Bru ne serait pas fière de moi, elle qui se trouve présentement en stage à Troyes…)

Bon d’accord, j’avoue que ce n’était pas très fort de ma part et que je me suis laissée berner par le nom de famille aux résonances quelque peu « québécoises »…

Ça m’apprendra à vouloir « voler plus haut que le trou… »

lundi 10 mai 2010

Quelle semaine!

Hier débutait la Semaine de l’Infirmière… Un peu partout au Québec, parmi le quotidien, se tiendront rencontres, soupers, bons moments à partager entre nous…

"Et c’est tant mieux! Qu’on se la donne une bonne fois pour toutes, cette amicale tape sur l’épaule! Et qu’on se la donne suffisamment forte pour qu’elle nous tienne en vol le reste de l’année…"

Ça c’était pour mes Confrères et Consœurs des quatre coins de la province… (et plus particulièrement pour mon Cousin et mes nombreuses Cousines qui en font parti…)

Et pour vous qui n’êtes pas de la profession, pourquoi ne pas avoir, ne serait-ce qu’un court moment, une pensée pour les milliers d'hommes et femmes qui ont choisi de consacrer le tiers de leur vie et parfois beaucoup plus, à écouter, soigner, rassurer, enseigner, apprivoiser, partager, comprendre, évaluer, justifier, programmer, planifier…

… presque toujours en concomitance avec une vie de couple, de famille, des enfants à transporter à la garderie, comme bien d’autres parents, mais souvent à des heures indues…

… liées toute leur vie à ce fameux « secret professionnel »…

… touchées de près par cette loi du Bon Samaritain…

… appelées à travailler à toutes heures du jour ou de la nuit, tous les jours de l’année confondus…

… obligées de tenir le « fort » jusqu’à présence d’une relève compétente, impliquant parfois plusieurs heures supplémentaires et les préoccupations allant de pair…

Pour tout ça et beaucoup plus encore, je nous lève mon chapeau de plumes… qu'on soit inscrites à l'Ordre ou retraitées...

Après tout, on le mérite bien!

dimanche 9 mai 2010

Bonne Fête...

à toutes les Mamans !

À toi, ma Jeune Sœur Chérie, ma Tendre So; à vous, mes Chères Tantes A, Tante M et Tante P; à ma Jeune Tante…et à vous, Chère Cousine J et Chère Cousine H…

À toi, Mère de ma Précieuse Bru… et à toi, Mère de mon Sympathique Gendre…

À ma Belle Dame D, ma Chère M (Tweety), ma Vivifiante Mère de Chère M (!), mon Amie MDesro…

À toi aussi, ma Bonne Amie G, mon Onirique Amie L., mon Amie la Rose, ma Bonne Amie LF; mon Amie RB, ma Généreuse Amie G., ma Précieuse Esthé, ma Capillicultrice Préférée, ma Chum G de Rouyn, ma très Chère R et à toi, Chère Zoreilles…

À toi, Amie L. Cousine de ma DMA, ma Chirurgienne en Chef, mon Amie les Deux LL, ma Chère JPom et à toi, ma Consoeur Jass…

À toi, mon Inspirante Consoeur M, ma Grande Amie Retraitée C., ma Chère Clem, et à vous Amie TZ et Amie PSC…

À vous, Nouvelle Amie Fran(Den), et Amie DR…

À vous toutes qui peut-être auront été oubliées, je vous envoie ma plume chargée de ce bouquet fleuri, aux mille parfums d’amitié, pour vous souligner que même à des milliers de kilomètres, la distance n’aura jamais d’importance…

Que cette journée vous apporte à toutes, un millier de picotements de bonheur…

Ulluqatsiarit! (bonne journée…)

n.b. ces fleurs ont atterri dans une forme splendide ici même à Kuujjuaq... Amazing, non?

samedi 8 mai 2010

C'est avec fierté...

… que je vous annonce que je suis allée prendre une longue marche cet après-midi… Il était temps me direz-vous? Peut-être et même, pourriez-vous ajouter qu’il en était plus que grandement temps…

( l’art d’écrire pour ne rien dire… au moins je m’en rends compte… et qui plus est, je l’avoue…)

Le temps était gris, mais la température clémente. Que voulez-vous, le soleil est gêné de se montrer la binette après cette longue absence. À sa place, moi aussi je serais embarrassé et je demeurerais caché! À croire qu’il le fait exprès pour nous…

( ici, j’avais écrit « étriver » sans qu’une faute ne soit soulignée. Comme le doute persistait, j’ai effectué quelques recherches et ne retrouvant ce mot qu’en rapport avec des cordages… j’en déduisis que c’était du mauvais français, donc…)

… je poursuis en stipulant que la disette solaire dans laquelle il nous place, ne sert qu’à nous titiller et nous saper un peu plus le moral…

Rien de plus!

Mais au fait, en suis-je rendue à croire que j’ai maintenant du contrôle sur le soleil? Quelle prétention! Et pourtant…

… Aux grand maux, les grands moyens! J’ai décidé d’en mettre plein dans ma vie cet après-midi en…

… m’offrant la charmante compagnie de ma Voisine Péruvienne qui a gentiment accepté de m’accompagner dans mes pérégrinations…

… en narguant Galarneau en portant mes verres fumés…

… et en osant dévoiler ici même, les Magnifiques Beautés trônant noblement dans le bureau de la Directrice Adjointe…

Je me questionne : comment peut-on développer autant « son pouce vert » quand on a passé plus de la moitié de sa vie dans un Nord où le sol est gelé en permanence?

Ce n’est vraiment pas juste… mais ça contribue à nous faire croire, qu’ici rien n’est impossible…

Pas même qu’un jour la plume d’un ange ne glisse aisément sur les mots de langue anglaise…

vendredi 7 mai 2010

Le bonheur...

Quand un p’tit rien nous allume une flamme dans le fond des yeux… et qu’on a le cœur rempli d’allégresse sans même être en amour…

Quand on se sent devenir aussi légère qu’une plume… malgré la baguette et le brie couvert de la gelée de pimbina des Amis FranDen... et que le saumon fumé revêt pour l’occasion, sa petite robe « jaune moutarde de dijon »…

Quand une visite à l’épicerie finit par illuminer une fin de vendredi… et que l’on se laisse impressionner par les centaines de bouquets fleuris aux éclatantes couleurs, attendant sagement leur déménagement…

Quand on en arrive à penser, que le village où l’on habite, est nôtre et que l’on y est bien… et qu’en plus une Gracieuse Dame Inuit aux blonds cheveux s’arrêtent sur le bas côté pour nous offrir de nous reconduire…

Quand un sourire se dessine sur nos lèvres à la pensée de nos pensées… et que le souvenir d’une autre Dame, celle-ci rencontrée à l’épicerie le premier jour de notre arrivée, et qui disait : « Vous allez voir dans cinq ans, vous direz que la vraie vie, c’est à Kuujjuaq que ça se passe »… alors que vous, vous n’en croyiez pas un mot…

(… ce 16 novembre 2009, j’avais répondu à cette Dame : « Si jamais un jour je dis ça, je reviens vous le dire… »… il faudrait bien que je pense à le faire un de ces quatre…)

Quand on sent que l’on touche enfin au bonheur, comme on caresserait les ailes d’un papillon, doucement de peur qu’il ne s’envole à nouveau très loin de nous…

Je crois que c’est tout ça, et peut-être un peu plus, le bonheur…

Je crois que le bonheur pour moi, ce soir, c’est de vivre à Kuujjuaq…

jeudi 6 mai 2010

Réflexion...

« Tu as beau embrasser ta famille et tes amis et mettre des kilomètres entre eux et toi, tu les amènes avec toi dans ton cœur, dans tes pensées et dans ton ventre, parce que tu ne fais pas que vivre dans un monde, tout un monde vit en toi. »

Frederick Buechner, Telling the Truth

Ce soir, point de billet… Que cette réflexion qui colle si bien à mes plumes

On m’attend pour un apéro-souper au Kuujjuaq Inn…

… Un départ…

Puis je m’envolerai vers le cinéma…

… Leçon d’anglais oblige…

… À demain…

mercredi 5 mai 2010

Combien ça vaut?

Lorsque je reviens chez-moi, j’allume le poste de télévision. Deux raisons : l’ambiance et… tromper ma solitude…

Toujours, j’écoute CBC North… sauf le dimanche soir où j’ai rendez-vous avec « Dany » à Radio-Canada. De toute façon, ce sont les deux seuls choix que me laissent les « oreilles de lapin »…

Après le passage des usuels… (j’en oublie les noms mais ce sont respectivement, une émission de variétés avec questions de déco et de mode, suivie d’une émission de cuisine… oups! j’entends des rires là!!!...), et juste après les nouvelles « fraîches » du Grand Nord, arrive une émission où l’on évalue des pièces anciennes de toutes sortes…

Pour ce que j’en comprends (!), il s’agit parfois de souvenirs, d’héritages ou simplement de trouvailles dégotées dans de vieilles granges… ou de vieux pays…

Ça m’intrigue toujours de voir la réaction des gens lorsqu’ils apprennent par exemple que leur objet fétiche a une valeur de $20 000.00 ou plus…

Dites-moi, vous le vendriez à ce moment vous, votre petit pot à lait ayant servi à nuager le café de Napoléon Bonaparte lors de son arrivée sur l’île d’Elbe le 4 mai 1814???...

(… j’avoue… je ne possédais aucune de ces connaissances avant de lire fidèlement le blog de M. Sobieraj...)

Non mais c’est vrai! Si c’est un souvenir auquel on tient, qu’est-ce que ça peut bien changer qu’il vaille dix ou dix milles dollars? N’est-ce pas par l’importance que l’on y attache qu’il trouve sa vraie valeur?...

Enfin moi, je n’ai pas beaucoup d’objets auxquels je tiens vraiment. Quelques assiettes décoratives numérotées et authentifiées, œuvres de Norman Rockwell... et justement les pots à lait de mon arrière grand-mère, celui de ma grand-mère, celui de ma mère, le mien…

Et devrais-je en perdre toutes mes plumes, pour rien au monde je ne m’en séparerais…

mardi 4 mai 2010

Tentative...

Je n’aime pas beaucoup cuisiner… Enfin souvent je n’aime pas…

Lorsque la vie de famille mouvementée et mouvante m’y obligeait, j'élaborais des menus jusqu’à trois mois à l’avance, en suivant les saisons… Comme ça, quand j’arrivais à la maison, j’avais la réponse facile à : « Qu’est-ce qu’on mange? »…

Mais « Rendons à Césair… euh pardon!... à César, ce qui est à César… »… J’ai eu la chance d’avoir un conjoint à l’époque qui avait la possibilité et le goût de popoter en fin de journée… Quel bonheur cette période fut-elle pour moi!

Voyez-vous avec les années, j’ai pu « analyser » que mon principal problème, je vous dirais, c’est mon entêtement à ne pas suivre les directives des recettes… Prenez par exemple…

Le projet initial de ce soir…



J’avais une recette toute simple : quatre ingrédients mis à part l’eau… Et bien il a fallu que je sorte un autre livre de recette, qui m’a incité à ajouter de la mélasse, des raisins… La texture était très collante (mais il l’annonçait dans la recette numéro 1…). J’ai donc ajouté de la farine… euh… encore un peu… ben juste un tout petit peu encore… Bon comme ça, ça devrait aller…



… Quinze minutes…

... « me semble » que c’est long…

... Ça sent un peu le brûlé on dirait…

... Je vais la retourner et lui faire faire un 8 minutes sur l’autre bord…

Projet final : je pense qu’ « elle » n’a pas aimé ma poêle anti-adhésive… à moins que ce ne soit la mélasse? Ou encore les raisins? Mais qui peut ne pas aimer les raisins, les tout petit à part ça… sont si mignons…

Finalement… c’est peut-être juste que le feu était trop chaud???...

Ou peut-être que dans le fond, un ange c’est fait juste pour voler, pas pour cuisiner???...

lundi 3 mai 2010

"Nos actes ne sont...

éphémères qu’en apparence. Leurs répercussions se prolongent parfois pendant des siècles. La vie du présent tisse celle de l’avenir. »

Gustave Le Bon


… pensée manuscrite ajoutée dans mon Agenda Zen, par ma Bonne Amie G…

… Ce 3 mai…

Je ne pouvais trouver plus belle entrée en matière pour ce billet… car pour moi, cette date représente le début de ma carrière professionnelle…

… « Le 3 mai 1978, je prenais mon premier quart de travail à l’hôpital d’Amos… »

… 32 ans… j’aurais le goût d’ajouter « Maman »… pour la rime et pour tout ce qu’elle a fait pour moi, pendant les années qui ont suivi… Comme elle était fière ma Mère, de me voir partir dans mon uniforme blanc, mon épinglette solidement fixée, affichant mon nom et ma profession…

… Des études au Collège du Nord-Ouest (ainsi dénommé à l’époque…), l’hôpital Hôtel-Dieu d’Amos (ainsi dénommé à l’époque, je pense…), le Foyer Harricana (ainsi dénommé à l’époque…), le Centre d’Accueil Normand (ainsi dénommé à l’époque…), Santé et Bien-être Social Canada (ainsi dénommé à l’époque…) communauté de Pikogan, CLSC de l’Élan (ainsi dénommé à l’époque…), Conseil de bande Abitibiwinni et Régie Régionale de la Santé et des Services sociaux du Nunavik (toujours ainsi dénommé…)...

… Ouf! Ça vole loin pis longtemps un ange-aérien!

À énumérer tous ces vieux noms… euh!... et… quand je pense que j’ai travaillé plusieurs années avec la Grand-mère du rapeur algonquin Samian... je réalise que…

... le temps s’est envolé pour vrai!…

dimanche 2 mai 2010

Indubitablement...

Je n’en ai jamais vraiment douté… Mais j’avoue m’être laissée emporter par l’influence du temps et de mes fausses croyances, puis j’ai oublié…

… J’ai oublié que tous les êtres étaient bourrés de leur Essentiel, visible ou invisible…Que ce qui les composait en totalité, ne serait jamais seulement ce que je pouvais en voir…

… J’ai réalisé qu’il est plus facile de juger certains comportements et en tirer des conclusions hâtives, plutôt que de me donner la peine d’essayer de comprendre…

… Comprendre cet inexplicable « pourquoi », déchiffrer l’inexorable « comment »…

J’aurais avantage à les laisser voler d’eux-mêmes, les regarder virevolter, faire leurs acrobaties… puis les laisser retomber dans leurs réalités, sans intervenir…

Facile à écrire…

J’ai tellement à faire, tellement à apprendre au-travers de tout ça… Comment y arriver?

En fin de semaine, j’ai laissé la fainéantise m’envahir, se glisser subrepticement chez-moi, en moi… J’ai lu…

… Bouquin étrange… « Le shack » de W. Paul Young… J’ose croire que je ne suis pas la seule à avoir de la difficulté à m’y retrouver… (4 millions d’Américains ont aussi acheté ce livre)…

Je m’y replonge... Tout d’un coup la « lumière » se ferait…

p.s. hier, j’ai félicité ma Douceur ma Belle; aujourd’hui c’est vers mon Grand que je me tourne et vers qui je dirige mes louanges… Une note de 97% obtenu dans un examen de physique… Pas rien!... Bravo mon Fils, je suis fière de toi! xoxo

samedi 1 mai 2010

"Il neige...


… il neige, de gros flocons blancs… Il neige, il neige, pour tous les enfants… »

Est-ce vraiment nécessaire d’aller plus loin dans mes élucubrations ce matin? Ou si une image vaut mille mots?...

Alors si vous êtes, peu importe l’endroit au monde, assis à siroter un café ou un apéro, sur une terrasse, un balcon ou simplement sur les marches de votre perron, dites-vous qu’en quelque part d’autre de ce même monde, ce matin la neige descend lourdement du ciel, comme en une veille de Noël… Ça rend l’atmosphère feutrée à souhait… mais bien loin de celle qu’apporterait la vue de milliers de tulipes multicolores…

Bon, dans la vie on ne peut pas tout avoir…

p.s. j’ai appris ce matin, que ma Douceur ma Belle s’était méritée une bourse de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue pour l’excellence de son dossier académique et son arrivée prochaine à l’UQAT… Félicitations ma Fille, je suis très fière de toi et de ton parcours… xoxo

Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blogue