samedi 28 mai 2016

Kuujjuaq: sixième jour

"... Le soleil jouait au chat et à la souris. Montrant sa face cachée tôt matin, il eut vite fait de retourner derrière les nuages.

Tant pis pour lui! Il ne savait pas ce qu'il manquait!

J'en ai profité pour faire un saut au Newviq'vi, l'épicerie du coin, où j'ai jasé tant bien que mal, avec mon Ami Commis-sourd-et-muet. Nous nous sommes souris, nous avons gesticulé. Nous nous sommes compris: tous les deux, nous étions heureux de nous revoir.

Par la suite, je suis allée deux fois plutôt qu'une, à l'aérogare attendre un Ami, passager sur First Air. Comme le vol avait été détourné vers Iqaluit en raison d'un bris mécanique, il fallait bien attendre qu'il fasse le ciel de retour avant de se poser comme prévu à Kuujjuaq, un peu après 15h30. Dans mes allers-retours, j'y ai fait de belles rencontres, dont une des deux jeunes "role model" de Kangiqsualujjuaq qui avait participé au Grand Défi Pierre Lavoie en 2013 et dont nous avions fait nos "exemples-à-suivre" au programme diabète dans la promotion de saines habitudes de Vie.

Très, très belle rencontre... Une Jeune bien inspirante...

C'est en revenant à l'appartement, que j'ai démarré le film "Quatre minutes" de Chris Kraus avec Hannah Hezsprung et Monica Bleibtreu. Tous de parfaits inconnus pour moi, mais pas pour l'Amie Sue qui, entre vous et moi, dépasse tout entendement concernant la cinéphilie! 
Film par ailleurs qui m'a beaucoup touchée par la justesse du jeu des deux actrices.

Quand Voisin Haz s'est pointé en début de soirée, se fut pour placoter sur où on en était rendu dans nos Vies respectives et surtout, pour extrapoler sur le "vers où" elle nous mènerait dans les mois et années à venir...

De bien belles heures plongée en plein coeur du Kuujjuaq de mes amours passés..." 
"De l'eau s'il vous plaît", Kuujjuaq, mai 2016


vendredi 27 mai 2016

Kuujjuaq: cinquième jour

"... Ce matin-là, j'ai ouvert le store sans pouvoir retenir un cri de surprise. Dehors, tout était blanc! Qui plus est, de gros flocons s'échappaient encore paresseusement de la couverture nuageuse qui couvrait, tel un nassaq*, le tout Kuujjuaq.

Il n'y avait rien à comprendre. Tout à espérer. Que le Temps s'adoucirait. Que le soleil, que je savais présent malgré tout, cesserait de briller par son absence...

Avant la fin du mois. À tout le moins...

Ma nuit avait été peuplée de rêves bizarres. J'étais passée d'une cabane où je devais me faufiler par une ouverture à peine assez large pour que j'y glisse les épaules, à une immense salle au sol recouvert de quartz où je patinais sur des roues, avec une aisance qui aurait fait rougir d'envie, un athlète olympique. 

Bref... Au petit matin... Je me retrouvais les yeux en feu, à la sortie d'une nuit un peu moche. 
Et pendant que Coeur de Pirate se fendait l'âme, j'écrivais en continuant à regarder distraitement, la neige tomber...

En après-midi, je paressai. J'adoptai affectueusement, la causeuse beige et m'échappai dans l'imaginaire de "Rachel getting married"... Rien de bien compliqué...

Mais il était prévu que je terminerais la journée en allant faire un tour-de-garde au "Wellness Center", la friperie du village, en compagnie de l'Amie Joblo. Après tout, c'était là que j'avais ramassé dès mon arrivée, la doudoune verte fluo, beaucoup plus de circonstance climatique que le simple coupe-vent apporté dans mes bagages.

Preuve irréfutable... que je ne pouvais plus me fier, à mes souvenirs passés..."
* nassaq: chapeau traditionnellement crocheté et porté par les Inuits
"Oups! D'la neige!"

"Vite: une chaude doudoune!", Kuujjuaq, 24 mai 2016

jeudi 26 mai 2016

Kuujjuaq: quatrième jour

"... Ce jour-là, le soleil avait osé se montrer. L'air était pur et frais. J'étais revenue faire un tour dans l'édifice vert et blanc dont j'avais tiré la porte chaque matin, pendant cinq ans. 
Dix-huit mois s'étaient écoulés déjà.

C'était jour férié. Peu de gens étaient entrés travailler. 
Le choix d'avoir le choix...

J'ai revu d'anciens collègues, me suis payée quelques affectueux câlins, des jases de mise-à-jour-de-Vie...

Juste avant, j'avais marché longuement, au nord du village, là où j'étais demeurée pendant trois froids et venteux hivers. Les maisons n'en finissaient plus de pousser dans la toundra. 
Dépaysant...

J'ai suivi la "nouvelle" route menant à la "nouvelle" (et troisième!) épicerie de la place, long serpentin gravelé, qui lui, n'en finissait plus de descendre "down town". C'est là-bas que j'ai ramassé pour $33.33, un litre de vin rouge pour le souper auquel j'avais été invitée le soir même.

Accessibilité et bon marché ne riment pas toujours ici!!!

... Mais qu'importe... 
Quand c'est pour partager en agréable compagnie n'est-ce pas?..."
"Marcher...

... et pas bon marché!", Kuujjuaq, mai 2016


mercredi 25 mai 2016

Kuujjuaq: troisième jour

"... J'avais retrouvé avec bonheur la petite galerie d'art* et tous ses objets hétéroclites auxquels je devais redonner leur brillance. Sculptures ancestrales dans une pierre à savon ne moussant pas... 
Art Nunavimmiut!

Dimanche fut une journée somme toute, assez tranquille, qui me laissa amplement de Temps pour songer, rêver et... magasiner!

J'avais dépoussiéré d'un côté tout en empilant de l'autre, les achats que je comptais faire. Pendant ce Temps, le portable égrenait un "meddley" de musique douce, "jazzée", populaire ou classique. Ambiance feutrée pour acheteurs non pressés...

Je pris plaisir à répondre aux quelques clients qui osèrent ce jour-là, affronter le "chilly wind"! Journée de douces retrouvailles avec ce qui avait été, une infime partie de ma Vie au Nord.

Comme l'après-midi s'étirait, j'observais par la fenêtre, le va-et-vient des "locaux", ces femmes vêtues de parka aux couleurs éclatantes, la tête couverte de fichus tout autant colorés... 
L'habituel du Nord...

Je me laissai bercer par le ronronnement des moteurs d'avions en approche finale pour l'atterrissage. 
Tiens... 
Justement... Le Turbo-Otter... 
Rassurante enivrance...

La journée tira sa révérence dans un soupir. Je fis le trajet du retour, aussi lentement que je le pouvais, profitant de la chance que j'avais de refouler le sol de cette région, pourtant située à des milliers de kilomètres de ma nouvelle Vie-du-Temps-retrouvé..."

*Tivi Galleries   http://tivinunavik.com/fr/about-us
"La source de l'art Nunavimmiut", Kuujjuaq, mai 2016


mardi 24 mai 2016

Kuujjuaq: deuxième jour

"... 6h30- 
La lueur du jour nouveau se faufila jusqu'à moi par les interstices laissés par les lamelles du store. J'avais dormi d'un sommeil de plomb et c'est d'un bond que je me levai en tirant le voile sur les rêves de la nuit.

Le silence était omniprésent. Je m'installai sur la causeuse beige meublant l'espace ouvert que faisaient la cuisine et le salon. Devant moi, par la fenêtre, j'apercevais le même escarpement rocheux ayant bordé la Vie de ma dernière année de Kuujjuammiut. 
À une porte près...

J'étais mûre pour un premier café...
----
Tout en sirotant le breuvage qui réveillerait mes neurones, je pensais à l'Amie Sue, chez qui j'avais atterri la veille. Sue, l'artiste. La puriste, douce et authentique, allumée et éveillée sur le Monde. Avec un grand "M"...

Je m'imprégnais de la sobriété de son logis. Sobre et débordant, tout à la fois. 
Tout comme Elle était. 
Fascinante Amie Sue...

8h30- 
Il se met à neiger. De minuscules flocons blancs s'éparpillant. Se déposant. Pour un instant.

Curieusement, ces particules glacées me réchauffaient le cœur. M'arrachaient un sourire au passage.

Parce que je me sentais riche et chanceuse de cette belle folie qui m'habitait en permanence. 

Celle qui me permettait de plonger toujours tête première, dans toutes sortes de projets un peu fous...

À cet instant, et pour cet instant, j'ai laissé échapper un "Merci"..."

p.s. En soirée, nous avons écouté l'histoire de Sebastiao Salgado, photographe brésilien, dans "Le sel de la terre". Inspirant et touchant, tout à la fois...
"Face à face", Kuujjuaq, 22 mai 2016


lundi 23 mai 2016

Retour à Kuujjuaq

"... Enfin je commençais à ressentir l'excitation du départ alors que le Dash-8 de Jazz avait roulé jusqu'à la porte de l'aérogare.

Les employés s'activaient tout autour. L'un pour faire le ravitaillement d'essence, l'autre pour embarquer les bagages, pendant que le Commandant s'occupait de vérifier son oiseau métallique avec attention. 
Le soleil brillait. 

Dans l'aérogare, passé la sécurité, la radio jouait en sourdine. Des gens discutaient en anglais. 
Langue seconde. 
Le voyage débutait...

Une dizaine de jours qui fileraient comme l'éclair sur une terre encore glacée par le long hiver. 
Terre que je connaissais que trop bien...

- Plusieurs heures plus tard...

... J'ai retrouvé Kuujjuaq comme si je l'avais quitté la veille. Je m'émerveillait d'entendre les Inuits chantonner leur Inuktitutt. 
"On the land", la neige, grisée par un printemps trop lent, reposait en congères ici et là.

L'amitié entre Sue et moi avait résisté aux dix-huit derniers mois de séparation. Je me suis installée dans son logis rempli à craquer de zens créations de mosaïque et de précieuses photos de gens inspirants. 
Comme on regagne son chez-soi après une longue absence.

J'ai fermé les yeux sur cette journée en ayant une pensée pour tous ces Gens qui habitaient ici depuis des siècles... 
Ces gens qui vivaient courageusement, tous les aléas de cette Vie nordique..."
"Oiseau métallique", Vald'Or, mai 2016


vendredi 20 mai 2016

Après le sud, le nord!



« … J’aurais pu vous fredonner une fois de plus:


... Je me retiendrai!

À la place, prenez le Temps d’écouter Louane. 
Et pendant qu’elle chantonnera, lisez ces lignes, empruntées à Quelqu’un* un jour : 


« Dans mon cas, je devais partir. 
Faire un voyage. 
Partir à l’aventure. 
Risquer. 
Oser. 
Changer d’environnement et d’air. 
Revoir des gens que j’aime, ailleurs dans le monde.
Réfléchir et prendre du recul. 

Bâtir de nouveaux projets.


Trouver une quête de sens de la Vie, de ma Vie et de mon existence… »


Je vous dis ça comme ça...
Je m’envole jusqu’au 31 mai vers Kuujjuaq.

Pour faire tout ce que Quelqu'un a écrit.

Kuujjuaq, un autre ancien amour. 
Qui lui perdurera toujours… »

* Je suis tellement, tellement désolée de ne pas avoir inscrit l’auteur de ces lignes, moi qui suis habituellement si disciplinée… 
Par la suite j'appris que QUELQU'UN était... Sarah Lussier!... 

« Kuujjuaq », 20 mai 2012...

 

« Kuujjuaq », 24 mai 2013


Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blog