samedi 25 juillet 2015

« Voyager c’est être infidèle.



… Soyez-le sans remords; oubliez vos amis avec des inconnus. »   
(Paul Morand)
 
Retour sur le 17 juin
Medecine  Hat, Alberta – Indian Head, Saskatchewan (535 km)

«… J’ai fait une bonne nuit, probablement grâce au ronron du moteur. Ça fait du bien!

Planification: Eden House B&B à Indian Head... Tiens, tiens... Plutôt que de coucher à Régina. Un choix…

Ce fut une journée de belles rencontres. La première à Indian Head. Un couple venant d’Ottawa était arrêté au Centre d’information. Lorsque je sortis à mon tour, ils m’attendaient pour me demander de quelle région du Québec je venais au juste. 

On a échangé quelques mots. Lorsqu’ils m’ont laissée, l’Homme m’a lancée un « Bon’ route » amical.

Ça m’a fait sourire.

Ce soir, j’étais à finir de répondre à mes courriels, quand on frappa à ma porte. (faut que je spécifie que j’ai effectivement pris une chambre dans le B&B à Indian Head. De toute façon à Regina, il n’y avait plus d’hôtels disponibles à cause d’un grand rassemblement mondial sur l’équipement agricole)
 
C’était la Proprio voulant me présenter mes Voisins : deux québécois pure laine, débarqués en moto. Faut le faire, à des milliers de kilomètres de notre chez-nous, dans un si petit bled Saskatchewannais d’à peine 2 000 habitants, se retrouver voisins de chambre.

L’homme venait de Whistler, elle de Montréal. Connaissances du secondaire, elle était allée le rejoindre par avion pour revenir avec lui en moto. Toute une aventure! Ils se dirigent vers Winnipeg demain. Pas moi. Ce sera Brandon, où un peu plus loin…

Pouvez-vous vous imaginer combien je me trouve bien dans mon semblant de mini-appartement? (deux chambres, une mini-cuisinette et un coin salon…)… »
 
"Il mouille des tites grenouilles", Saskatchewan, juin 2015

"Between", Alb-Sask, juin 2015

"Main Street à Indian Head", juin 2015

"Eden House B&B", Indian Head, juin 2015

vendredi 24 juillet 2015

« Un des grands malheurs…



… de la Vie moderne, c’est le manque d’imprévu, l’absence d’aventures. »  (Théophile Gautier)
 
Retour sur le 16 juin
Fernie, BC – Medecine Hat, Alberta (379 km)

«... Quand je m’extirpe du sac de couchage, je constate qu’il ne fait que 12 degrés à l’intérieur.  Probablement que ça même descendu plus bas avant que Galarneau ne se montre la binette. Va falloir que je m’écoute et que je me repose dans la journée si besoin. Je n'ai pas super bien dormi.

Au moins, il fait beau. J’ai avalé rapidement une rôtie-beurre-d’arachides et une petite portion de compote de pommes. Ça suffira pour l’instant.

Et malgré que j’aie les doigts gourds et le bout des orteils gelées, je prends le Temps de savourer mon café.

12h00- Je me suis arrêtée au Tim de Coaldale. Les gens sont sympathiques. Une vieille Dame m’a tenue la porte et un bel homme début 50’taine (je dirais…) m’a gratifiée de l’un de ces sourires avec un signe de la main. 

Bon je fais quoi moi là, je m’installe ici « for good » ou je continue???... That is a very interesting question!...

Les paysages s’aplanissent et sont parsemés d’éoliennes. C’est vraim… C’est encore et toujours, très, très beau…

Fin pm- Le Wild Rose Campground est en pleine ville de Medecine Hat. Je dormirai sous le ronron d’un souffleur s’accrochant avec conviction au mur extérieur de la bâtisse située juste de l’autre côté de la clôture métallique derrière la tente. Au-dessus de ma tête, j’entends le ronflement régulier d’un moteur d’avion. Un Dash-8 de Jazz… Ben voyons! C’est certain!...

Fin de soirée- J’ai le bedon plein et bien rond. J’ai devancé ma troisième crème glacée molle (je m’étais dit une par semaine, j’étais due jeudi!...) et j'ai ramassé un sundae au McDo. J’ai un faible pour la crème molle que voulez-vous! Un peu avant, j'avais marché dans l’espoir de  trouver un « Liquor Store » pas trop loin. Peine perdue. J’ai donc abouti sur le patio du Travelodge le Temps de descendre un verre de draft et de manger une « Taco Salad »…

Maintenant prête pour aller au sac de couchage. « I’m done! »… »
"Là où le chemin nous mènera", Saskatchewan, juin 2015

"Saskatchewan pompe le pétrole", juin 2015

"Rencontre de deux types", juin 2015

"Bye Aberta", juin 2015

jeudi 23 juillet 2015

« Le plus grand voyageur…



… est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même. » (Confucius)
 
Retour sur le 15 juin
Kokanee Park, Nelson, BC – Fernie, BC (294 km)

« … Après une nuit de « sommeil-tourniquet », je m’apprête à quitter la Colombie-Britannique. Le point d’arrivée fixé sera Lethbridge… Province suivante…

9h30- J’attends sereinement en ligne, pour prendre le traversier de Balfour à Kootenay Bay, pour ensuite poursuivre la route 3-A jusqu’en Alberta. Il fait merveilleusement beau et chaud. Merci la Vie (et à tous Ceux et Celles aux alentours!)…

9h49- sur le Ferry. Je me sens un peu énervée « là-là »…

- 35 minutes plus tard- 

La route n’est que montagnes, courbes et précipices. Je n’aime pas (définitivement pas), y rouler. Ça requiert beaucoup trop d’attention. De la mienne en tout cas!... Mais c’est si beau!

En même Temps, j’essaie de me concentrer sur le moment présent, consciente que le lendemain m’offrirait assurément quelque chose de très différent. 

Enfin, c’est ce que je pense… ;-)

En chemin, je croise un wagon toilé comme dans le bon vieux Temps des Cowboys, avec un attelage de quatre chevaux. Sur le Highway. Spécial…

14h00- Je suis rendue à Cranbrook. Comme Lethbridge me parait trop loin (304km encore), je décide de rouler jusqu’à mi-chemin. Je manque de courage on dirait…

16h20- Heure locale- Me voilà arrivée et installée dans le Parc Provincial de Fernie, toujours en Colombie-Britannique. Qu’est-ce qui cloche? Ah oui! Le point d’arrivée a changé! C’est la plus petite journée roulée jusqu’à ce jour : seulement 294km. J’aurais pensé en avoir fait plus!

Tout à coup ici, j’ai peur des ours. J’ai mis à portée de main, poivre de Cayenne et sifflet. Au cas où… C’est qu’ils ont placardé des avis un peu partout sur le site. De faire attention. Moi je veux bien faire attention, pas vraiment envie de voir un gros ours poilu se glisser avec moi dans le sac de couchage. On y serait bien trop à l’étroit!!!... 
Seule raison…

Je sirote une Dab, bière allemande, tout en laissant couler les mots. C’est le moment de la journée où je relaxe vraiment et où je peux penser à plein régime.

Temps de laisser sortir la vapeur… Justement j’entends un train qui siffle au loin… »

Addenda- Vous ai-je mentionné que je voyage avec Maman Fitzsou? Que je jase avec Wilson? Que je confie tous les reçus à Méo?...
À nous quatre, nous faisons une bonne équipe…


mercredi 22 juillet 2015

« Qui a l’habitude de voyager…

… sait qu’il arrive toujours un moment où il faut partir. » (Paulo Coelho)
 
Retour sur le 14 juin
Penticton, BC- Kokanee Park, Nelson, BC (369 km)

« … Ce fut des aurevoirs émouvants avec Syh ce matin. Un amical câlin après une longue jase matinale. À mes yeux, elle est déjà une bonne Amie…

Je suis installée dans le Parc Provincial de Kokanee, tout juste passé le beau pont rouge vif* de la ville de Nelson. Je suis toujours en Colombie-Brittanique, sur le bord du lac Kootenay.

Ça été une belle journée de route, parsemée de quelques arrêts, dont un assez long à Osoyoos (qui a failli d’ailleurs me coûter un débosselage à cause de mon inattention…). Tout ça pour finir par trouver la bouteille de vin Larose, beaucoup trop dispendieuse à mon goût! Je suis donc simplement repartie avec une bouteille de l’un des rouges des plus appréciés dans la région d’Okanagan.

Ainsi vont les choix d’un Ange-au-Temps-Retrouvé!

La route a défilé devant moi, verdoyante et ondulante à souhait. Vallées, montagnes, canyons, lacs et rivières se sont succédés. Les paysages étaient majestueux. À un moment j’ai enregistré sur le dictaphone que la région avoisinant Osoyoos était à mon avis, le plus bel endroit de tout le voyage jusqu’à maintenant. Indicible impression d’un heureux mélange panoramique Gréco-Italien… 

La conduite m’a demandé cependant, un bon effort de concentration. Pas question de partir dans la lune trop trop longtemps.

Comme de raison, j’ai passé tout droit à tous les bons "spots photos". J’avais aussi décidé de diminuer la prise de photos « illégale » en roulant : difficile d’observer le paysage en conduisant, imaginez en prenant des photos!

Je reprends donc ma Vie de nomade après trois couchers passés dans le monde civilisé. Le ciel est gris, je croise les doigts pour ne pas…

Tout de suite après le frugal repas, je marchai jusqu’à la plage. Comme un couple âgé y arrivait en même Temps que moi, je me poussai un peu plus loin.

Seuls au monde, un jeune couple (décidément!) était amoureusement installé sur le sable. Ne voulant pas les déranger, je passai derrière eux et me dirigeai jusqu’à un vieux tronc d’arbre renversé. Je m’assis pour admirer la beauté de ce lac serti de ses hautes montagnes. « Presque aussi beau, sinon plus, que le Lac Louise… » m’avaient dit Syh et Charlie. « Et beaucoup moins touristique » avaient-ils renchéri.

J’en étais à remercier la Vie pour les cinq meilleurs « bons moments » de la journée quand une Vieille-Dame-à-lunettes, coiffée d’un fichu… rose, et vêtue d’une veste et d’un pantalon aussi teintés de… rose, vint s’asseoir à une table derrière moi.

Je lui souris. Elle me répondit.

Après un certain Temps, je me levai, prenant soin de passer un peu loin d’elle pour ne pas interférer dans son moment méditatif.

Je me rendis compte qu’elle s’était levée à son tour, et qu’elle me suivait. Elle m’aborda en m’offrant de demeurer sur la plage. Je lui expliquai que je voulais me coucher tôt et c’est ainsi que nous commençâmes à converser.

J’appris qu’elle habitait près du Parc mais qu’elle venait y camper avec son Bill-de-mari pour profiter de la splendeur de l’endroit.

Elle avait une intériorité surprenante et ses paroles entraient en moi comme des douceurs. Feeling bizarroïde… 

Lorsqu’elle me répéta en cours de conversation à plusieurs reprises : « God bless you! » j’en vins à en avoir les larmes aux yeux. Sans comprendre pourquoi. Elle semblait si sincère. Pas du tout le genre d’illuminée en plein délire religieux.

On marcha un bon bout. À la fin, elle me prit tendrement dans ses bras et me dit en anglais : « Je ne sais pas pourquoi au juste, mais je sais que nous ne nous sommes pas rencontrées pour rien. » À ça je lui répondis : « You look like an angel! »

Nous nous sommes quittées sur ce… »
"Région d'Osoyoos", BC, juin 2015


"Vert d'eau entre Castlegar et Nelson", BC, juin 2015

"Lac Kootenay", BC, juin 2015


mardi 21 juillet 2015

« L’important arrive…



… non pas au terme de la route, mais bien avant, pendant le trajet lui-même. » (M. Pavic)
 
Retour sur le 13 juin
Penticton, BC 

« … Se termine une belle journée de repos. Je ne pouvais espérer plus : j’ai rarement croisé des gens aussi sympathiques, simples et charmants que le sont mes Hôtes. 

Ce matin, j’ai justement suivi mon Hôtesse Syh, jusqu’à la ville de Penticton située à 10km de Trout Creek, l’agglomération où elle habite et qui fait maintenant partie de Summerland.

Je me suis noyée dans la foule du marché publique, occupant une bonne partie de la rue Principale. Des gens, des gens, des gens! Par centaine, goûtant les vins, les huiles et les vinaigres. J’ai été surprise de constater que grand nombre d’entre eux promenaient leur chien en laisse. Il y avait aussi des musiciens qui égayaient de leurs notes, plusieurs parties du marché.

Fruits et légumes frais, pains et pâtisseries, mets préparés et tout le bataclan habituel de bijoux, artisanat, poteries, fichus de tous genres. J’ai résisté à la tentation de « magasiner » et me suis contentée de rapporter quelques produits de la vallée d’Okanagan pour mes Enfants ainsi que pour les Cousines chez qui je « couchsurferai » la dernière semaine de route.

J’en ai aussi profité pour acheter des cerises et des betteraves pour ce soir (que Syh ajoutera à celles de leur jardin pour concocter une salade à apporter au potluck* prévu chez le beau-frère de cette dernière, où je suis bien sûr, invitée).

En fin d’après-midi, j’ai marché avec Syh, une de ses Amies et la mère de cette dernière, une Dame de quatre-vingt-onze ans, sur le sentier menant au lac Okanagan jusqu’à ce qu’on appelle ici, la Plage aux chiens. 

La Vieille Dame était super en forme. Elle a suivi la « troupe » sous le pont, marchant sur les pierres rondes d’un bon pas. Par orgueil, j’ai tu mes douleurs aux jambes et l’imprévisibilité de mes genoux flageolants. Ce fut un bien beau moment.

Pendant que je déambulais sur le sentier bordant le ruisseau d’un côté et les cerisiers de l’autre, je me disais que je me verrais habiter cette région à l’année. Température douce, peu d’hiver, des gens sympathiques, des produits frais. 

Qui sait ce que me réserve l’avenir?... »

*LE potluck! J’avais enfilé mes vêtements de camping-qui-sentaient-la-boucane, croyant qu’on veillerait sur la plage au coin du feu. Quelle surprise de constater que la plupart des invités étaient très chics! J’ai vite compris que j’assistais au rassemblement annuel du « BBQ-famille-voisins » d’une personne « très-aisée-vivant-sur-le-bord-du-lac-Okanagan ».
Rien de moins!...
"Marché publique", Penticton, juin 2015

"Le Temps des cerises", Summerland, juin 2015

"Sous le pont de...", Summerland, juin 2015

"La Plage aux chiens", Lac Okanagan, juin 2015


Qui suis-je ?

Ma photo
Ex-Kuujjuamiut, Abitibi, Canada
Angélique, perfectionniste- approximative, douce mais impatiente...

Archives du blog